Une tradition succulente!

Entre le dégel et le temps pluvieux, le printemps peut sembler ennuyant pour plusieurs. Mais pour une famille qui réside au nord du lac Huron, ce n’est pas du tout le cas. Bien qu’elle aime l’hiver pour les diverses activités qu’il permet et l’été pour la pêche et le camping, la famille a trouvé une activité amusante à faire au printemps : dès le début de la fonte des neiges, lorsque la température se réchauffe, chacun s’apprête à entailler les érables. Pour les Levac, c’est la saison des sucres qui commence! 

Depuis quelques années, la famille Levac confectionne son propre sirop d’érable, non pour la vente, mais plutôt pour la fierté de déguster un produit frais et local. Ce beau passetemps permet aussi de vivre de beaux moments en famille, en plein air, tout en faisant découvrir aux enfants les coutumes de leurs ancêtres. 

Pour mieux comprendre le fonctionnement et les étapes de production du sirop d’érable, j’ai posé quelques questions à un grand passionné de ce fin nectar : Michel Levac. «Il y a maintenant 4 ans, nous commencions une toute nouvelle aventure!», se rappelle-t-il. 

Les seaux sont déjà tous installés pour la saison des sucres.

Assez facile à faire

M. Levac explique qu’il a déménagé dans un endroit plus boisé où plusieurs érables entouraient son terrain. Se souvenant des histoires de ses ancêtres et de certains membres de sa famille qui faisaient du sirop d’érable, il a décidé que ce passetemps serait une bonne expérience pour toute sa famille. Après avoir effectué quelques recherches, il a découvert que ce n’était pas si compliqué que ça! 

Contrairement à plusieurs croyances, le sirop d’érable est relativement facile à faire, ne demandant que quelques outils et du temps. Pas besoin de cabane à sucre pour avoir du sirop de qualité : il suffit d’une perceuse, des seaux avec des couvercles, des embouts et, bien sûr, des érables. 

La météo joue aussi un rôle important dans la collecte de la sève : il doit faire 0°C ou plus pendant la journée et 0°C ou moins pendant la nuit. 

Maëlle aime aider son père à faire bouillir la sève.

De 10 à 60 arbres!

La première année, les Levac ont décidé d’entailler 10 arbres. Depuis ce temps, gagnant en expérience, ils ont augmenté à 60 arbres. La collecte dure généralement entre quatre et six semaines. Cette année, la famille Levac a recueilli environ 200 litres de sève par jour et a déjà fait 30 litres de sirop d’érable! Bien sûr, elle en offre aussi aux proches et aux amis. 

M. Levac admet que de s’occuper de la sève d’érable demande une attention constante. «Chaque jour, il faut ramasser, faire bouillir et mettre le sirop en pot. Il faut être organisé. Pour environ 10 érables, c’est simple de le bouillir à l’aide d’un bruleur au propane, mais lorsqu’on augmente à60 ou plus, il faut un meilleur système», avertit-il. 

La famille de cinq consomme quotidiennement du sirop d’érable : dans le café, les desserts et pour remplacer le sucre en général! Le sirop d’érable est un sucre naturel qui possède de nombreux bienfaits pour la santé.

Le sirop d’érable existe depuis toujours, et aujourd’hui il peut parfois couter très cher. Certains, dont la famille Levac, préfèrent donc le faire eux-mêmes. Au-delà du cout du propane et l’effort fourni, ils obtiennent toujours un résultat succulent à partager!

La famille et les amis se rassemblent pour déguster de la tire d’érable.