Génération Z : Notre voix cachée derrière la technologie

La génération Z est celle qui regroupe les gens nés après 1997. Plusieurs nous perçoivent comme des jeunes ayant une dépendance aux technologies, une génération sans futur fixe. On nous considère comme égocentriques et intoxiqués par les médias.

L’internet aurait été créé pour nous rendre la vie plus facile, plus agréable, mais ce n’est simplement pas le cas et nous souffrons comme génération de plus de problèmes que n’importe quelle autre. 

Le web nous donne accès à toute l’information possible et imaginable, nous permettant de nous informer sur des sujets importants comme la biotechnologie, l’histoire du monde, les arts et beaucoup plus. Cela nous sensibilise au monde dans lequel nous vivons, incluant les famines en Afrique, les protestations à Hong-Kong, la guerre en Iran… 

Dès un jeune âge, tout est à notre disposition; on peut tout savoir et c’est même parfois trop. On est exposés aux problèmes «adultes» trop jeunes et les gens veulent que nous trouvions des solutions à la pollution, à la surpopulation et pour modifier le système économique. Nous n’avons même pas atteint l’adolescence, mais nous sommes déjà responsables de problèmes que certains adultes ne peuvent même pas comprendre. 

Un des problèmes les plus graves de nos jours est celui des maladies mentales, qui sont en hausse extraordinaire dans la génération Z en raison du contexte social. Les réseaux sociaux nous pressent d’avoir un visage parfait, la cyberintimidation nous suit partout, les commentaires malicieux rendent impossible de s’en sortir. 

Des influences cinématiques comme la série 13 Reasons Why sont des drames un peu exagérés, mais qui montrent notre réalité. Cette réalité est cachée par les médias. Grâce aux influenceurs populaires sur les réseaux sociaux qui souffrent ouvertement de maladie mentale, on est encouragés à sortir et à chercher de l’aide, mais, dans un monde si difficile, la façon de s’y prendre n’est pas toujours claire.

On se tourne alors vers la technologie, là où tous nos problèmes ont commencé. Même si elle est la source de nos tourments, elle nous aide aussi à surmonter nos problèmes puisqu’elle regorge d’histoires, de voix qui n’ont pas toujours la chance de se faire entendre ailleurs que sur le web. L’internet est un endroit dangereux, mais qui peut quand même nous servir de refuge et de plateforme où se faire entendre dans ce monde pernicieux.

New Liskeard

TikTok est une application qui montre des vidéos d’environ 15 à 30 secondes. Les vidéos peuvent prendre différentes formes tant qu’elles suivent les règles strictes des créateurs de l’application. En allant sur l’application, tu peux voir environ dix catégories : les «enfants théâtre», les «émos», les «efilles» ou «egarçons», les «vscos», les «weebs», les «cosplayers», les «gamers», les enfants, les «furries» et, dernièrement, les adultes.

Kapuskasing

Dans la société d’aujourd’hui, les réseaux sociaux sont devenus encore plus addictifs que les cigarettes ou l’alcool. Ces plateformes possèdent une attraction puissante qui nous amène à les vérifier constamment, sans même y penser. 

De plus en plus de personnes, partout dans le monde, commencent à remettre en question la véritable valeur des médias sociaux dans leur vie. Selon moi, nous devrions tous renoncer aux réseaux sociaux pour trois raisons : ils nuisent aux relations interpersonnelles, ils abaissent notre perception de nous-mêmes et ils nous font oublier de vivre le moment présent. 

Sudbury

Astral Chain ressemble à plusieurs autres jeux de la maison de production Platinum Games. Toutefois, les détails et la personnalité du jeu sont uniques parmi cette collection. Le jeu est bien structuré autour du métier de policier, ce qui aide à capturer son identité malgré certaines missions mal conçues.