La phobie : comment s’en sortir?

On a tous peur de quelque chose. Mais parfois, cette peur grossit et vient contrôler notre vie. C’est là que nous parlons de phobies. N’ayez pas peur, il y a beaucoup de stratégies pour mieux les gérer.

Mélodie affronte sa phobie!

Connaissez-vous la différence entre une peur et une phobie? Selon ma recherche, la peur est un sentiment qui affecte tout le monde depuis leur enfance. C’est un sentiment qui peut exprimer de la tristesse ou de la joie. Parfois, la peur indique un danger. Un message est d’abord envoyé au cerveau et, ensuite, le cerveau envoie un message à l’une de ses parties, appelé l’amygdale. 

La phobie, elle, est une peur intense de quelque chose qui ne pose aucun danger réel. Par exemple, les espaces confinés, les araignées ou les hauteurs. La phobie peut empêcher les gens de vivre des expériences de vie, puisqu’elle vient changer leur quotidien. Par exemple, une personne qui a une phobie de foule peut éviter d’assister à un spectacle. 

Voici quelques stratégies pour mieux gérer la phobie. 

Il faut d’abord comprendre l’importance de faire face à sa peur graduellement, par petites étapes, tout en respectant son rythme. Ensuite, il faut se parler pour expliquer au cerveau qu’il n’est pas en danger en se répétant que tout va bien, qu’on est en sécurité. Prendre de grandes respirations par le nez, se répéter des affirmations positives, telles que : «je suis calme, je suis bien et je suis en sécurité» sont de bons moyens. 

Selon ma recherche, si la phobie continue, il serait bien de consulter un professionnel de la santé. 

Depuis que j’ai 3 ans, j’ai une phobie des mascottes. Petite, je voyais une mascotte et mon cœur battait vite. Je respirais rapidement. Je me mettais à pleurer et je m’enfuyais sans regarder où j’allais. Je ne pouvais pas vivre les activités amusantes avec tous les membres de ma famille. Il était très difficile pour moi de participer à certaines fêtes de famille et à la parade de lumières dans ma communauté. À l’école, je ne pouvais pas assister aux rassemblements lorsque Balou, la mascotte de notre école, était présent. 

Dernièrement, mes amis de classe m’ont encouragé à faire face à ma phobie. Avec leur appui et mes stratégies, j’ai enfin réussi à donner la main à Balou. J’étais tellement fière de moi! Depuis que j’ai accompli ce geste, j’ai un peu moins peur de notre mascotte. 

Bref, les phobies sont normales et il y a des stratégies qui existent pour mieux les gérer. Le soutien de l’entourage est aussi très important. Ceux et celles qui ont une phobie, faites comme moi! Essayez de mettre en pratique les stratégies suggérées et prenez le temps qu’il vous faut. Vous vivrez peut-être, vous aussi, une grande fierté.