Industrie touristique : le danger des méduses

Les piqures mortelles de méduses Irukandji sont considérées comme une cause possible de la mort mystérieuse de deux touristes français qui faisaient de la plongée en apnée dans la Grande Barrière de Corail. 

Le docteur Guy Labelle en plongée sous-marine en Australie, juste avant l’incident qui lui a presque couté la vie.

Dû au réchauffement climatique et à la pollution, plus de tortues meurent chaque année. Les océans se retrouvent donc avec plus de méduses, puisqu’elles n’ont plus autant de prédateurs. Ceci semble entrainer la mort de plusieurs touristes. Leila Trott, Jacques Goron et Danielle Franck sont tous des touristes victimes de ces prédateurs.

L’industrie touristique de la Grande Barrière de Corail vaut 56 milliards $. Celle-ci refuse donc d’admettre que les décès sont causés par des méduses. Ils les cachent en disant que les touristes meurent d’attaques cardiaques, mais la vérité commence à se faire connaitre dû au décès d’une plongeuse sous-marine professionnelle, Leila Trott. Plusieurs scientifiques se sont penchés sur ce cas puisqu’une autopsie a révélé que la femme de 38 ans avait un rétrécissement important sur l’une des artères du cœur et s’était probablement noyée après un épisode cardiaque. Malgré cette information, ses parents refusent cette conclusion. Ils ont dit : «Elle était plus que capable de parcourir la distance qu’elle avait choisi de nager ce jour-là, même avec un fort courant et des eaux agitées.»1

Jacques Goron, 76 ans, et Danielle Franck, 74 ans, ont aussi été retrouvés immobiles, flottants dans l’eau à quelques minutes l’un de l’autre alors qu’ils plongeaient dans la Grande Barrière de Corail. Cependant, le cardiologue de Sydney, Dr Ross Walker, a émis l’hypothèse qu’une méduse Irukandji pourrait être mise en cause : «Il est très peu probable que deux personnes meurent à quelques minutes l’une de l’autre simplement parce qu’elles ont des problèmes de santé sous-jacents».2 

Un médecin de Nipissing Ouest, Guy Labelle, s’est fait piquer par une méduse Irukandji en faisant de la plongée sous-marine en Australie en 2008. Guy est l’une des seules personnes dans le monde qui a survécu à une attaque de méduse Irukandji. Il croit avoir survécu à cet incident grâce à son excellente forme physique et ses connaissances médicales. Il a dit : «Malgré tout, ma vie est mieux qu’elle aurait été si cet incident n’était pas arrivé. Je n’aurais peut-être pas eu d’enfants et je ne verrais pas la vie comme je la vois en ce moment.»

Les méduses Irukandji sont parmi les créatures les plus venimeuses dans le monde. Donc, si l’on veut éviter ces décès, il faut que l’on fasse connaitre ce problème au public.