Body positive : un mouvement pour l’acceptation de soi

Depuis plusieurs années, on peut constater que de plus en plus de jeunes adolescents et adolescentes ne se sentent pas à l’aise dans leur corps et n’ont pas confiance en eux. La cause est majoritairement les réseaux sociaux. Nous sommes sans arrêt bombardés, à travers posts et stories, d’images de corps parfaits. Le mouvement social body positive encourage la diversité et l’estime de soi en soutenant que la beauté est une construction sociale partagée par les médias.

 

Connie Sobczak et Elizabeth Scott sont les pionnières du mouvement body positive, créé en 1996 aux États-Unis. Malgré que les réseaux sociaux véhiculent des images de gens parfaits, qui sembleraient vivre une vie parfaite, ces réseaux, tel que Instagram, aident aussi à promouvoir body positive avec les nombreux comptes d’influenceuses qui prônent l’acceptation de soi peu importe la différence. Le mouvement s’est grandement propagé depuis 1996 grâce à ces réseaux et la création de sites web en faveur de celui-ci. Le mouvement est principalement soutenu par des militantes et découle du mouvement d’acceptation des personnes en surpoids. 

Pour exercer un contrepouvoir aux dictats de la mode et encourager les autres femmes à se débarrasser de leurs complexes, de plus en plus de personnes, en majorité des femmes, n’hésitent plus à montrer leurs imperfections. De plus, beaucoup de grandes marques de vêtements élaborent des collections de vêtements de taille plus dans leur boutique, chose qui était impensable il y a 15 ans, comme quoi le mouvement a fait du chemin. Et c’est tant mieux, puisque plus de 67 % des femmes aux États-Unis sont de taille plus. 

Petit à petit, body positive se répand sur plusieurs réseaux sociaux comme Tik tok, Facebook, Twitter et Instagram. On peut y voir des vidéos ou des photos accompagnées des mots-clics #imnotperfect, #imnotperfectchallenge ou encore #imrealnotperfectchallenge sur Instagram. Plus de 175 000 personnes ont utilisé ces mots-clics lorsqu’ils ont affiché des photos sur Instagram. Plus les gens utilisent ces mots-clics, plus le message se propage un peu partout dans le monde. Plus le message est véhiculé partout dans le monde, plus la presse, la télé, les journaux et toutes les publications de mode ou de jeunesse en parleront. Plus il y a de gens qui en parlent, plus cela contribue à faire changer les mentalités sur la vision que nous avons du corps parfait et de la vie parfaite. 

Depuis la création de ce mouvement, on dirait que les gens se sentent plus concernés par ce que les jeunes ressentent et veulent faire changer les choses. Body positive  se répand de plus en plus tous les jours. Si vous lisez cet article, parlez-en autour de vous. Qui sait, peut-être que ça va servir a nourrir et ouvrir les esprits !

Sturgeon Falls

Les piqures mortelles de méduses Irukandji sont considérées comme une cause possible de la mort mystérieuse de deux touristes français qui faisaient de la plongée en apnée dans la Grande Barrière de Corail. 

New Liskeard

Il y a 4,93 millions de personnes qui ont accès à internet et 3,48 millions qui ont accès aux médias sociaux. Il existe 63 différents médias sociaux, dont les plus populaires sont Twitter, Facebook, Snapchat, TickTock et Instagram.

Les gens peuvent utiliser ceux-ci de façon positive ou négative. Malheureusement, l’intimidation sociale fait partie de notre réalité. Sur les médias sociaux, on y retrouve tous les genres d’intimidation, telle que l’intimidation raciale, religieuse, de handicap, etc. Ceci se nomme la cyberintimidation et elle est en hausse chez les jeunes.  

Le sentiment d’être seul malgré tous les amis virtuels est une réalité ressentie par plusieurs. Ce n’est vraiment pas une bonne chose de voir que personne n’a cliqué ou aimé ta photo ou ta vidéo. Ou même encore ceux qui se moquent, car ils n’ont pas de bonnes choses à dire.

Ces actions peuvent causer de la dépression chez certaines personnes. Il faut que l’intimidation par les réseaux sociaux arrête.

Sudbury

Le cadeau de la vue est certainement un don que plusieurs tiennent pour acquis. Les gens ne réalisent souvent pas à quel point ils sont chanceux d’avoir la capacité d’utiliser leurs sens afin de s’orienter dans la vie quotidienne. Par contre, il y a des gens parmi nous qui ne sont pas aussi fortunés. Bien que la plupart d’entre nous ont entendu parler de cataractes et de glaucome, il y a une grande variété de troubles de la vue qui ne sont pas très connus. Notamment, le syndrome de neige visuel est une condition neurologique dont plusieurs n’ont jamais entendu parler.

New Liskeard

Les enfants et les adolescents passent plus de sept heures par jour devant des écrans numériques. Cinquante-huit pourcent des personnes qui travaillent sur des ordinateurs souffrent maintenant d’une maladie qui s’appelle le syndrome de vision informatique.

Sturgeon Falls

On a tous peur de quelque chose. Mais parfois, cette peur grossit et vient contrôler notre vie. C’est là que nous parlons de phobies. N’ayez pas peur, il y a beaucoup de stratégies pour mieux les gérer.