Travail peu orthodoxe pour plusieurs femmes de Dubreuilville

Nadine Duclos | École secondaire publique de l’Orée des bois
Nadine Duclos | École secondaire publique de l’Orée des bois
Tapage

Depuis la récente ouverture de la mine à ciel en aout 2021 et la mine souterraine, présente depuis déjà 36 ans, il y a une plus grande diversification des rôles et des emplois à Dubreuilville. De plus en plus, les emplois attribués longtemps au sexe masculin dans le Nord sont maintenant occupés par la communauté minière féminine de Dubreuilville. 

Des femmes telles que Nathalie Tremblay, Jocelyne Prince, Cathy P. Bélanger et de nombreuses autres travaillent actuellement pour Argonaut Gold Inc., Alamos Gold Inc. et des entrepreneurs locaux ou de l’extérieur. 

Nous pouvons y retrouver des opératrices de machinerie lourde, des conductrices de camions à bascule, des opératrices de chargeuse frontale et autres. La liste est longue, mais ce n’est pas surprenant pour ces femmes déterminées. 

Toutefois, ce travail n’est pas toujours facile avec des heures de concentration exigeantes et d’horaires qui peuvent commencer dès 5 h le matin et se terminer à 17 h. Elles vont souvent travailler de 10 à 12 heures. Ces travaux demandent de la débrouillardise, de l’initiative et surtout un caractère fort, puisque les femmes sont grandement désavantagées en ce qui concerne l’aspect physique. Que ce soit la force physique ou autres, la tâche reste difficile. 

«Je suis tellement fière d’elles. Ce n’est pas évident de conduire de l’équipement lourd, spécialement quand tu n’es pas familière avec son concept. J’encourage toutes les femmes qui ont ce rêve d’avancer et de ne pas abandonner», dit Caroline Dubreuil, femme d’affaires de RCMD, un entrepreneur local de Dubreuilville. 

Malgré tout, il est important de continuer de foncer pour cette évolution pour laquelle nos ancêtres maternels ont travaillé si durement. Avec le temps, les figures féminines ont su montrer l’égalité des sexes dans tous les domaines du travail et le progrès réserve un avenir prometteur pour ces femmes qui osent s’aventurer dans ces métiers. 

Celles-ci tracent leur chemin dans le secteur minier tout comme les emplois leur étant attribués comme plus «féminin». La communauté féminine de Dubreuilville continue de se frayer un chemin d’innovation dans la vie de tous les jours.