Gym Tonic : un autre regard sur l’apparence physique

Cela fait maintenant deux mois que nous sommes en 2020. Le champagne est rangé depuis des semaines, les dernières brumes des fêtes commencent à se dissiper, les sapins sont défaits et rangés et on commence sérieusement à regretter les résolutions du Nouvel An qu’on a prises et qu’on continue de respecter… ou pas. Fort heureusement, Gym Tonic est là pour nous rappeler de reprendre le sport!

Cette pièce de théâtre communautaire a été présentée au Théâtre du Nouvel-Ontario et mise en scène par Ryan Demers-Lafrenière. Le spectateur y suit l’histoire comique, mais essoufflante, de Martine Laforce, qui a divorcé récemment. Pour se changer les idées (et accessoirement donner envie à son ex-mari de la reprendre), elle décide de se mettre à faire de l’exercice. Tapis roulant, vélo, Zumba : tout semble être bon pour elle. 

La distribution de <em>Gym Tonic</em> salue le public après la dernière représentation de la pièce communautaire.

Mais Martine se rend rapidement compte que le gym est très différent de ce qu’elle pensait. Malgré le bon vouloir et l’empathie de son entraineur Kevin, Martine ne peut que subir l’énergie débordante de l’entraineuse Kim «la Killer», les bavardages incessants de Michel, l’obsession un peu malsaine de Roxanne pour l’exercice et les ragots de sa voisine Belinda «Bay Window». Sans même parler de son ex-mari, Christian, qui l’a laissée pour nulle autre que l’athlétique Roxanne! Martine survivra-t-elle aux exercices de Kim et, surtout, regagnera-t-elle le cœur de Christian? 

Je crois que cette pièce de théâtre était très intéressante, non seulement à cause de son côté comique, mais également pour le point de vue que la pièce nous propose sur notre rapport à l’apparence physique. On voit des références subtiles au fait que certains personnages ne sont pas exactement heureux avec leur corps… ou au contraire en sont très contents et désirent garder leur corps tel qu’il est.

Le naturel des comédiens ainsi que leur manière de s’exprimer donne vraiment une impression de familiarité avec eux et nous permet d’associer la pièce à notre vie quotidienne. C’est, je crois, ce qui fait de Gym Tonic une pièce facile à comprendre et amusante pour tous.

Sturgeon Falls

Depuis le 1er février 2020.

Depuis le 1er février 2020, les villageois de Lavigne sont choyés d’avoir accès à un tout nouveau magasin général. Le propriétaire, Emmanuel Courchesne, en a fait une entreprise familiale. Son frère, Jérôme Courchesne, en est le gérant. Tous les membres de leur famille prêtent mainforte pour faire fonctionner le magasin en marche. Leur équipe dynamique comprend également quatre employés, un à temps plein et trois à temps partiel. Ils se feront tous un plaisir de servir leurs clients en français.

Jérôme Courchesne, ses trois frères et sa sœur ont grandi à Lavigne, à quelques rues du magasin. Au cours des dernières années, ils ont vu l’entreprise changer souvent de propriétaire. Lorsqu’elle a de nouveau été mise en vente, les frères se sont dit : «Elle est là notre chance!»

 Ils se doutaient bien que de tenir un magasin ne serait pas chose facile, mais ils voulaient à tout prix réinstaller un commerce au village. Ils ont réfléchi longtemps au nom. Ils voulaient un nom où les Courchesne pourraient se reconnaitre. «C’était important de faire valoir notre nom puisque toute la famille est impliquée», explique le gérant. À son avis, une attitude positive, une équipe solide et une communauté engagée sont les éléments clés pour le bon fonctionnement du magasin général.

Sudbury

Les écoles anglophones et francophones de l’Ontario sont touchées par une grève du zèle qui dure depuis quelques mois maintenant.

Mise en contexte de la grève

Au printemps dernier, le gouvernement provincial a annoncé qu’au cours des quatre prochaines années, il augmenterait de
22 à 28 le nombre moyen d’élèves par classe au secondaire. Aussi, pour obtenir leur diplôme, les élèves devraient désormais effectuer quatre crédits en ligne. 

Au cours des derniers mois, le gouvernement ontarien a finalement proposé que le nombre d’élèves augmente plutôt à 25 et il a ramené les exigences en matière d’apprentissage en ligne à deux cours. Toujours insatisfaits, les enseignants ont décidé d’agir. (NDLR : le 3 mars, le gouvernement a annoncé vouloir augmenter à seulement 23 et retirer le caractère obligatoire des cours en ligne.)

Blind River

L’humanité n’utilise pas efficacement les ressources de la Terre, ce qui cause des souffrances à ses habitants, en particulier les plus vulnérables. Souvent, il semble que le pouvoir de changer le monde soit hors de portée des citoyens ordinaires, mais des solutions existent pour faire sa part.

Les militants pour l’agriculture régénératrice estiment qu’il y a beaucoup d’espoir avec cette pratique. La solution se trouve à la racine du problème : l’agriculture et la sylviculture (exploitation rationnelle des arbres forestiers) produisent autour de 20 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, contre 14 % pour l’industrie des transports. Les «régénérateurs» (adeptes de l’agriculture régénératrice) affirment donc que cette pratique est la clé pour réduire les dommages causés au climat.

New Liskeard

TikTok est une application qui montre des vidéos d’environ 15 à 30 secondes. Les vidéos peuvent prendre différentes formes tant qu’elles suivent les règles strictes des créateurs de l’application. En allant sur l’application, tu peux voir environ dix catégories : les «enfants théâtre», les «émos», les «efilles» ou «egarçons», les «vscos», les «weebs», les «cosplayers», les «gamers», les enfants, les «furries» et, dernièrement, les adultes.

River Valley

Depuis des millénaires, nos ancêtres abattent des arbres pour la construction de résidences ainsi que pour du bois de chauffage, qui jadis était primordial pour la survie. Mais, au fil des ans, l’abattage des arbres et l’industrie forestière ont bien changé. 

Le métier de bucheron est né au début du 18e siècle. À l’époque, les bucherons abattaient les arbres avec des godendards, de grandes scies à main opérées par une personne à chaque bout. Pour transporter les billots, les bucherons utilisaient alors un gros traineau robuste tiré par des chevaux. L’abattage d’arbres se faisait durant l’hiver et, lorsque la neige fondait, les billots étaient dravés aux moulins à scie par les rivières et les cours d’eau. 

Sudbury

Aujourd’hui, plus de 75 % des enfants à travers le monde vont à l’école. Ceux qui n’y vont pas, c’est généralement parce qu’ils ne peuvent pas se le permettre. Je crois personnellement que l’école est nécessaire et je vais vous expliquer pourquoi dans ce texte. Je traiterai de trois aspects : l’éducation, l’apprentissage et le social.

L’école nous permet d’être très éduqués. Elle nous apprend à être plus polis et à nous accepter les uns et les autres. Elle nous enseigne aussi l’ouverture d’esprit, ce qui signifie d’être respectueux envers les personnes qu’on ne connait pas, de respecter la religion des autres et la couleur de leur peau. L’école nous offre une formation diversifiée et cela nous aide à être polyvalents, à mieux nous connaitre et à trouver un métier qu’on aime pour le futur. Aussi, l’école nous aide à développer nos intérêts et notre bienveillance à l’égard des autres.

Sudbury

Les animaux de compagnie ont joué un grand rôle dans l’enfance de plusieurs personnes. Meilleur sens des responsabilités, meilleure confiance en soi et gain d’un nouvel ami à quatre pattes; les avantages d’avoir un animal domestique sont nombreux. Reanne Martin-Beaudry, élève en 12e année à l’École secondaire du Sacré-Cœur, connait personnellement très bien les impacts que peuvent avoir les animaux de compagnie sur soi.

Kapuskasing

Dans la société d’aujourd’hui, les réseaux sociaux sont devenus encore plus addictifs que les cigarettes ou l’alcool. Ces plateformes possèdent une attraction puissante qui nous amène à les vérifier constamment, sans même y penser. 

De plus en plus de personnes, partout dans le monde, commencent à remettre en question la véritable valeur des médias sociaux dans leur vie. Selon moi, nous devrions tous renoncer aux réseaux sociaux pour trois raisons : ils nuisent aux relations interpersonnelles, ils abaissent notre perception de nous-mêmes et ils nous font oublier de vivre le moment présent. 

Sudbury

L’urgence climatique, c’est la guerre contre le réchauffement planétaire. Le gouvernement doit agir aussitôt que possible pour protéger notre planète. Si moi, une adolescente de 17 ans, j’étais à la tête du gouvernement canadien, mon but ultime serait de réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre, principalement de dioxyde de carbone. 

Afin d’atteindre cet objectif, je crois fermement que nous devrions effectuer plusieurs changements à l’instant même. Les premières étapes : encourager l’utilisation d’énergies renouvelables, former une main-d’œuvre qualifiée dans le domaine de l’environnement et améliorer le transport en commun.

J’arrêterais d’offrir des subventions aux industries pétrolières ainsi qu’aux industries de combustibles fossiles. Ces dernières sont la cause principale de la pollution atmosphérique. En effet, 54 % des émissions de gaz à effet de serre proviennent de ces industries. 

Elliot Lake

Nos villes du Nord ontarien ont toutes des atouts uniques à découvrir. Quand on s’en donne la chance, on peut y découvrir divers attraits locaux. Elliot Lake a une identité propre et des particularités qui lui sont uniques. Aujourd’hui, je vous parlerai de la tour d’observation Fire Lookout du mont Dufour et de ses pentes de ski. 

River Valley

Le patinage artistique est, comme son nom le dit, un sport très artistique. Le danseur de ballet et patineur américain Jackson Haines est considéré comme le père du patinage artistique moderne. En 1865, il a développé la lame à deux plaques entièrement faites de métal. En 1870, il a ajouté pour la première fois des griffes aux lames de patin, rendant possibles les piqués. 

Jackson Haines a patiné pour la première fois à New Haven, au Connecticut, et la première compétition de patinage artistique a eu lieu en 1896 à Saint-Pétersbourg, en Russie. À cette époque, seuls les garçons faisaient du patin artistique et, quand ils présentaient leur performance, il n’y avait pas de musique. C’est seulement dans les années 1908 que la danse sur glace est apparue à Londres, aux Olympiques. À ce moment, le sport a pris un tournant plus artistique.  

Sudbury

Depuis leur réintroduction formelle en 1896, les Jeux olympiques ont subi plusieurs transformations graduelles. Les prochains Jeux olympiques d’été doivent avoir lieu à Tokyo du 14 juillet au 9 aout 2020. Ces Jeux seront sans doute différents de ceux du 19e siècle, aussi bien sur le plan social, financier et environnemental. 

Côté social, les Olympiques ont toujours été une source de divertissement et de plaisir pour le public et une plateforme de reconnaissance professionnelle pour les athlètes de haut calibre. Mais avec l’arrivée d’internet, les JO s’emmêlent dans plusieurs scandales et leur popularité commence à diminuer. 

Sturgeon Falls

Les bibliothèques publiques évoluent au rythme de la technologie moderne. De plus en plus de services autres que l’emprunt de livres y sont offerts aux membres de la communauté. 

Ce sont des lieux de rassemblement où les gens se sentent accueillis, où ils ont accès à diverses ressources physiques et électroniques. De plus, divers programmes et activités sont organisés par les bibliothèques publiques, pour des publics de tous les âges. Souvent, ce sont des sorties idéales pour la famille ou entre amis. 

Les bibliothèques sont un lieu spécial, notamment pour que les enfants puissent y découvrir de nouvelles choses. Cette étape est importante pour encourager la curiosité de lire chez l’enfant. Cette curiosité peut influencer sa motivation à apprendre à lire et, plus tard, à lire par lui-même. 

Emprunter des livres et des films est un service gratuit grâce auquel les enfants peuvent développer l’habitude de partager et de développer leur sens des responsabilités en gardant les livres en bon état. Plusieurs programmes et activités pour enfants leur donnent aussi l’occasion d’interagir et socialiser avec autres enfants, comme l’heure du conte. 

Elliot Lake

À Elliot Lake, comme dans plusieurs autres villes et villages de la province, les bibliothèques scolaires se transforment. En général, le nombre de livres et d’ouvrages de référence diminue tandis que les ordinateurs, les tablettes électroniques et les tableaux interactifs occupent une plus grande place. Là où il y avait des rangées d’étagères remplies de bouquins, on voit apparaitre de plus en plus des espaces de jeux et des aires de détente.    

À l’École secondaire Villa française des Jeunes d’Elliot Lake, Francine Vaillancourt a été témoin de ces changements. Responsable de la bibliothèque scolaire depuis 2007, elle a vu l’espace accordé aux livres et aux manuels scolaires diminuer de moitié. 

Mme Vaillancourt constate que les élèves viennent de moins en moins la voir pour emprunter des livres. Ils préfèrent, selon elle, se servir de leurs téléphones cellulaires pour faire des recherches sur Google. «Les élèves ne veulent pas lire des livres», constate la bibliothécaire.

Blind River

De nombreuses petites entreprises (de 10 à 250 salariés) ont choisi de s’installer dans le Nord de l’Ontario. Ce territoire fait cependant face à une pénurie d’employés et même de clients. Les petites communautés comme Blind River ont donc du mal à garder leurs petites entreprises en vie. Mais ces petites entreprises sont fondamentales pour l’économie locale, car leurs propriétaires soutiennent beaucoup les organismes locaux. Heureusement, l’endurance des petites entreprises a jusqu’ici suffi à leur assurer un avenir prospère. 

«De nombreuses petites entreprises sont créées chaque année. Beaucoup de petites entreprises échouent. Dans la plupart des cas, elles échouent en raison d’une mauvaise planification», affirme l’experte en petites entreprises Susan Ward dans son article Facts About Starting a Business in Canada. Puisque l’une des principales causes de l’échec des entreprises est le manque de bonne planification, il suffirait de combler cette lacune pour améliorer la situation dans le Nord ontarien.

Verner

Tout comme votre empreinte digitale, votre empreinte écologique est très difficile à faire disparaitre complètement. Une seule bouteille de plastique peut mettre jusqu’à 450 ans pour se décomposer dans le sol. Au cours des 65 dernières années, 8,3 milliards de tonnes de plastique ont été créées. Une grande quantité de ce plastique existe encore aujourd’hui et s’accumule dans les dépotoirs. Pour inverser la tendance, seriez-vous prêts à diminuer, voire à éliminer, tous les articles de plastique à usage unique de votre vie quotidienne?

En juillet dernier, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a fait une grande annonce au Mont-Saint-Hilaire : il créera d’ici 2021 une loi sur le plastique à usage unique. Son plan est d’interdire les pailles en plastique, les assiettes et les couvercles en plastique et les récipients en polystyrène. 

Verner

L’insertion du mot «hommes» dans la loi électorale du Nouveau-Brunswick (1843) et dans la loi électorale québécoise (1849) reflétait l’idéologie de l’époque qui plaçait les femmes et les hommes dans des sphères distinctes de la société. En fait, les femmes n’ont pas eu le droit de vote au Canada avant 1918. Comment les femmes ont-elles enfin obtenu leur propre journée? 

Au Canada, la première femme à être nommée première ministre a été Kim Campbell. Elle a servi un court mandat en 1993 en tant que 19e personne à diriger le pays. Bien que le mandat de Kim Campbell n’ait duré que quatre mois et demi, elle avait auparavant exécuté un programme ambitieux en tant que ministre de la Justice. 

Astorville

À une époque révolue, il n’y avait pas de gros centres d’achats, de plastique jetable ou d’emballages superflus. Les gens vivaient alors sans ces luxes. Aujourd’hui, notre société semble ne pas pouvoir s’en passer, ce qui cause des dommages considérables à l’environnement.

Blind River

L’Immanuel Baptist Church, à Blind River, parraine une famille de réfugiés pakistanais pour qu’elle puisse immigrer au Canada.

Interrogée sur les raisons qui l’ont poussée à créer le comité de parrainage des réfugiés, la fondatrice, Anna Raddon, déclare : «Pendant des années, j’ai voulu parrainer des personnes persécutées qui voulaient venir au Canada. Mais en raison de nombreux défis liés au parrainage à partir d’une petite communauté rurale, je n’ai pas suivi cette voie dans le passé. Puis, il y a trois ans, un autre groupe de notre communauté a pu parrainer une famille de réfugiés syriens. J’avais donc bon espoir que cela serait désormais possible.»

Quatre membres de la famille sont actuellement détenus par les services d’immigration thaïlandais. Ils seront bientôt interrogés par un agent canadien des visas, afin d’évaluer l’urgence de leur cas. Les conditions de vie dans le centre de détention sont très inhumaines, il est donc probable que le gouvernement leur accorde un statut prioritaire.

Les activités du comité de parrainage des réfugiés deviennent également plus soutenues à mesure que l’arrivée de la famille approche. Le comité doit préparer les membres de la communauté qui travailleront avec la famille sur des questions telles que le logement à long terme, les demandes d’Assurance-santé de l’Ontario, les soins médicaux et dentaires immédiats, les cours d’anglais langue seconde, l’éducation postsecondaire, le transport, la communication et l’engagement communautaire.

Comme la famille parrainée est composée de cinq adultes, le comité doit réunir environ 75 000 $. L’Immanuel Baptist Church s’associe à Peter Bhatti, le directeur de l’organisme lnternational Christian Voice. Ensemble, ils ont recueilli plus de la moitié des fonds requis.

Le comité de parrainagedes réfugiés mène une campagne GoFundMe pour mener à bien sa mission. Les dons sont recueillis sur le site www.gofundme.com/f/br-refugee-fund.

Timmins

Saviez-vous qu’un des problèmes grandissants dans notre société est celui des enjeux de santé mentale? Par exemple, la dépression et l’anxiété sont de plus en plus communes. 

Ces problèmes peuvent survenir après plusieurs incidents sociaux. Par exemple, des personnes te taquinent ou te font une mauvaise blague et tu la prends à cœur. Certains problèmes sont plus graves que d’autres, mais il y a des façons de les traiter. Par exemple, consulter un psychologue ou son médecin de famille, qui peut prescrire des médicaments contre la dépression. 

Toutefois, si tu es dépressif et que tu ne demandes pas d’aide, les choses peuvent s’aggraver et, malheureusement, tu pourrais commencer à penser à t’enlever la vie. C’est un danger très sérieux et je pense que nous avons tous besoin d’en connaitre davantage à ce sujet. 

La plupart du temps, on ne peut pas le voir simplement en regardant une personne. Il faut lui parler et poser des questions. Par exemple, l’acteur Robin Williams s’est suicidé en 2014. Ses proches ne voyaient pas que sa vie s’effondrait, car il avait un trouble cérébral qui ne pouvait pas être traité. De plus, il avait reçu un diagnostic de la maladie de Parkinson.

Une autre personne connue qui s’est enlevé la vie est le chanteur du groupe Boston, Brad Delp. Il s’est suicidé par empoisonnement au monoxyde de carbone. Encore une fois, ce sont des problèmes personnels qui l’ont poussé à poser ce geste.

Un autre trouble mental qui est de plus en plus commun chez les enfants, les adolescents et les adultes est l’anxiété. Celle-ci peut être causée par le stress à l’école, au travail ou même simplement dans des relations personnelles. Contrairement à la dépression, l’anxiété survient lorsque les émotions dominent la raison dans le cerveau. L’anxiété est probablement plus commune que la dépression, mais selon moi, elle n’est pas aussi sévère.

En conclusion, je crois qu’une des questions qu’on doit se poser est : «Est-ce que j’ai besoin de parler à quelqu’un dans ma vie?» Il faut aussi faire attention à ce que l’on dit aux autres, car nous ne connaissons pas leur état mental.

Verner

L’intimidation est un phénomène très grave qui se retrouve partout. Saviez-vous qu’un adolescent sur trois se fait intimider? Des études ont démontré que l’intimidation se produit toutes les 7 minutes lors des récréations et toutes les 25 minutes dans les classes. 

Comment pourrait-on diminuer les impacts de l’intimidation? Voici trois mythes sur ce phénomène, quelques statistiques importantes et une revue des conséquences de l’intimidation.

À chaque mythe s’oppose une réalité. En voici quelques-unes :

«Ça crée du caractère.»

Réalité : Les enfants ou adolescents qui se font intimider manquent constamment de confiance en eux. Ils ont de la difficulté à faire confiance aux autres. Leur estime de soi demeurera basse longtemps après que l’intimidation ait eu lieu.

«Des bâtons et des pierres peuvent me briser les os, mais les mots ne peuvent jamais me blesser.»

Réalité : Les cicatrices psychologiques laissées par des noms vilains peuvent durer toute une vie.

«Ce n’est pas de l’intimidation, c’est juste des taquineries!»

Les railleries vicieuses ont un réel impact, il est dangereux de les percevoir comme des taquineries.

Sturgeon Falls

Les adolescents sont de plus en plus nombreux à vapoter partout à travers le monde. Ce problème se manifeste dans les écoles primaires et secondaires et crée beaucoup de conflits dans les écoles ontariennes et ailleurs au pays. Le phénomène se popularise tout comme le tabagisme à une certaine époque. 

Sturgeon Falls

La relation entre parents et adolescents n’est pas toujours évidente ou facile à maintenir. Il est pourtant essentiel de travailler à garder une bonne communication. 

L’adolescence est une grande étape dans la vie d’un jeune ainsi que dans celle de ses parents. C’est le moment où les parents commencent à revoir les limites pour laisser à leur ado l’occasion d’explorer son potentiel et lui laisser une certaine indépendance. 

Cependant, il est important que les ados gardent une bonne communication avec leurs parents pour créer une relation de confiance et pour assurer leur propre sécurité. 

Les jeunes ne réalisent pas toujours à quel point le monde est grand. Les choses qui se passent dans les alentours ont souvent un impact sur les décisions de leurs parents. Ces derniers doivent laisser leur ado explorer, tout en tenant compte sa sécurité.

Plusieurs changements ont lieu dans les comportements des adolescents jusqu’à l’âge de 24 ans, en raison de leur cerveau qui se modifie. Comme parents, il peut être difficile de comprendre ces changements, qui peuvent être synonymes de multiples difficultés du côté des ados. 

La communication est alors importante pour comprendre les pensées et les émotions des deux côtés. Il est impossible de créer une bonne relation du jour au lendemain, mais si parents et ados le veulent et font preuve de patience, c’est possible à long terme. 

Aussi, le processus de communication fonctionne dans les deux sens, d’où l’importance de communiquer verbalement, mais aussi d’être capable d’écouter. Pour que ce processus fonctionne, les deux parties doivent écouter toute l’information partagée et non seulement l’information agréable à entendre. 

Avoir une attitude émotionnelle ouverte aidera à se comprendre l’un et l’autre. Il faut que les ados soient à l’aise d’exprimer leurs inquiétudes. À ce moment, les parents ont comme rôle de garder la discussion ouverte et sans jugement.   

Beaucoup d’ados ne savent pas à quel point il est important de communiquer avec leurs parents. Mais la communication est essentielle pour avoir une relation saine où la confiance règne. 

Sudbury

Avez-vous déjà entendu parler des aliments végétaliens, faits à base de plantes, connus ici sous le nom plant-based? Ce style de nourriture fait beaucoup parler en ce moment. Plusieurs chaines de restauration rapide, telles que A&W, PFK, Harvey’s, Tim Horton’s et Subway, ont ajouté à leur menu des options de plats d’origine végétale. Même des épiceries comme Costco s’y mettent.

L’alimentation à base de végétaux est un mode d’alimentation qui privilégie les aliments végétaux à leur état naturel, n’ayant pas subi de transformations industrielles. Ils permettent de faire le plein de vitamines, de fibres et de minéraux pour un fonctionnement optimal du corps.

En faisant des recherches à ce sujet, j’ai découvert le témoignage d’un jeune homme qui explique son expérience et le changement qu’il a effectué dans sa vie. 

Jeune, il mangeait beaucoup de malbouffe, mais il était quand même sportif. Jusqu’au jour où il s’est blessé au genou, à la suite de quoi il ressentait d’horribles douleurs. Fatigué de souffrir, il a tenté le tout pour le tout afin de trouver une solution et c’est là qu’il a découvert les bienfaits des aliments d’origine végétale. En modifiant son alimentation, il a pu guérir son genou en l’espace de six mois. Il est désormais capable de courir et de marcher correctement. 

Manger végétalien présente plusieurs avantages. Cela peut réduire les risques de souffrir d’une maladie chronique, dont les maladies cardiaques et le cancer. Ce régime peut aussi permettre de contrôler le poids et d’améliorer la santé globale. De plus, il comporte non seulement des changements positifs sur la santé physique, mais aussi pour la santé mentale.

Évidemment, l’alimentation à base de végétaux comporte aussi quelques désavantages. Votre capacité physique pourrait s’affaiblir et il se peut que vous ayez faim plus souvent. Vous pourriez souffrir de carences nutritionnelles, ce qui veut dire que votre corps pourrait manquer de fer, de zinc ou de calcium, par exemple. Mais il y a des façons de pallier ces manques.

Si l’expérience vous tente, une petite recherche en ligne vous permettra de trouver des centaines de recettes à base de végétaux à faire chez soi. 

North Bay

Avez-vous déjà vu un chien de thérapie dans un centre commercial ou à la bibliothèque dans votre communauté? Si oui, vous savez peut-être que les chiens de thérapie ont des impacts positifs dans la vie d’une personne qui souffre d’anxiété, de stress, etc. Ma sœur Natalia Bélanger et moi avons décidé de mettre sur pied un projet de zoothérapie canine. 

Sturgeon Falls

Adopter un animal de compagnie exige beaucoup de réflexion et de préparation. Saviez-vous que beaucoup d’animaux ont besoin de votre aide parce qu’ils sont sans foyer? 

D’après la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA), les refuges animaliers ont accueilli plus de 81 000 chats et 30 000 chiens en 2018. Si vous désirez adopter un animal, ce serait une idée géniale de le faire dans un refuge de votre communauté ou des environs.

Ces animaux sont souvent placés dans un refuge, un endroit sécuritaire et temporaire, après avoir été maltraités ou abandonnés. Ils sont souvent stressés, mal nourris et leur système immunitaire est affaibli. L’équipe du refuge travaille fort pour leur redonner la santé afin qu’ils puissent être adoptés. Ces animaux ont donc besoin de l’amour d’une famille chaleureuse pour en prendre soin.

Céline Séguin-Shank, une jeune femme ayant adopté deux chiens de refuge, explique les raisons qui l’ont poussée à faire ce choix : d’abord, elle trouve que c’est moins dispendieux. Aussi, les chiens sont souvent déjà opérés et vaccinés. Lorsqu’on adopte un animal chez un éleveur, ce n’est pas toujours le cas. 

De plus, selon Mme Séguin-Shank, il est important de penser aux besoins des animaux qui n’ont pas de foyer. D’autant plus qu’un chien peut devenir notre meilleur ami. Les chiens peuvent ressentir nos sentiments et peuvent même nous consoler. Mme Séguin-Shank affirme : «Mes chiens, ce sont mes enfants. Je n’ai pas d’enfant, donc je prends soin de mes chiens. Je les adore!»

Si vous êtes prêts à offrir un foyer accueillant à un animal, pensez à jeter un coup d’œil aux refuges locaux. Vous pourriez visiter les animaux des organismes locaux, comme Pets Need Love 2 de Verner, la SPCA de North Bay ou celle de Sudbury. Adoptez un animal dès aujourd’hui : ça pourrait vous faire du bien et vous pourriez sauver une vie!

Blind River

Les vaches Highland ont un héritage fascinant. Leurs caractéristiques et leur mode de vie expliquent leur présence marquée dans les fermes du Nord de l’Ontario. Voici les avantages et les inconvénients de cette race de bétail ainsi qu’un survol de ses comportements et habitudes. 

Au premier regard, les highlands peuvent sembler menaçantes avec leurs grosses cornes, mais, traitées de façon adéquate, elles sont très douces. Leurs poils longs rappellent ceux des animaux en peluche. Elles sont reconnues pour leur bonne nature — une race bovine sociale qui respecte sa place et se bat rarement. Cela les rend très populaires auprès des petites fermes du Nord de l’Ontario. 

Les highlands portent un manteau naturel chaud et laineux qui les protège des vents froids de l’hiver. Cette caractéristique en fait une race de choix pour les agriculteurs canadiens. Bien que, pour la plupart, les highlands soient complaisantes et faciles à vivre, elles sont étonnamment agiles et peuvent facilement sauter les clôtures si elles le désirent.

Sudbury

La génération Z est celle qui regroupe les gens nés après 1997. Plusieurs nous perçoivent comme des jeunes ayant une dépendance aux technologies, une génération sans futur fixe. On nous considère comme égocentriques et intoxiqués par les médias.

Sudbury

Astral Chain ressemble à plusieurs autres jeux de la maison de production Platinum Games. Toutefois, les détails et la personnalité du jeu sont uniques parmi cette collection. Le jeu est bien structuré autour du métier de policier, ce qui aide à capturer son identité malgré certaines missions mal conçues.