L’agriculture régénératrice

L’humanité n’utilise pas efficacement les ressources de la Terre, ce qui cause des souffrances à ses habitants, en particulier les plus vulnérables. Souvent, il semble que le pouvoir de changer le monde soit hors de portée des citoyens ordinaires, mais des solutions existent pour faire sa part.

Les militants pour l’agriculture régénératrice estiment qu’il y a beaucoup d’espoir avec cette pratique. La solution se trouve à la racine du problème : l’agriculture et la sylviculture (exploitation rationnelle des arbres forestiers) produisent autour de 20 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, contre 14 % pour l’industrie des transports. Les «régénérateurs» (adeptes de l’agriculture régénératrice) affirment donc que cette pratique est la clé pour réduire les dommages causés au climat.

L’organisme Regeneration International définit l’agriculture régénératrice comme «l’ensemble des méthodes d’agriculture et de paissance qui, entre autres bienfaits, aident à inverser les changements climatiques en reconstituant la matière organique et en restaurant la biodiversité d’un sol dégradé.»

Une seule cuillère à café de sol sain contient plus d’organismes vivants qu’il n’y a d’humains sur terre. Le monde qui se trouve sous nos pieds est essentiel à la survie de l’homme, car il assure la subsistance même de la vie.

Les régénérateurs tentent d’encourager l’écosystème existant, comme cette ferme de bleuets dans le nord de l’Ontario.

L’agriculture régénératrice commence par la photosynthèse. Les plantes recueillent le dioxyde de carbone de l’air et l’eau du sol. La lumière du soleil catalyse la réaction entre ces deux molécules, produisant de l’oxygène et des hydrates de carbone. Bien que la plupart de ces hydrates de carbone soient utilisés par la plante pour accomplir ses fonctions biologiques, environ 30 % sont diffusés dans le sol par les racines de la plante. Le carbone atmosphérique problématique est ainsi transformé en carbone du sol.

L’écosystème du sol a une symbiose bien établie. Les plantes partagent leurs hydrates de carbone avec les billions d’habitants microbiens du sol et, à leur tour, ces microbes fournissent aux plantes une protection, des nutriments et des minéraux en guérissant leurs racines. La matière organique, la fertilité, la texture et l’humidité du sol augmentent, permettant ainsi de faire pousser une plus grande quantité de nourriture de meilleure qualité. L’agriculture régénératrice est une solution non seulement à la crise du changement climatique, mais aussi à celle de la faim dans le monde.

Les animaux de pâturage augmentent la fertilité des terres.

Drawdown: The most comprehensive plan ever proposed to reverse global warming classe l’agriculture régénératrice au 11e rang des solutions les plus fructueuses pour lutter contre les changements climatiques. Pour 2050, les experts prévoient une réduction de 23,15 gigatonnes de la production de CO2, pour une économie nette de 1,93 milliard $. 

Ce qui distingue vraiment l’agriculture régénératrice, c’est qu’elle peut être mise en œuvre par tout le monde et non pas uniquement par les dirigeants politiques. À mesure que l’agriculture régénératrice gagnera en popularité, il deviendra évident que chacun peut effectivement faire la différence dans le monde — tout le monde peut être un régénérateur. 

Le pouvoir ne repose pas seulement entre les mains des gouvernements et des grandes entreprises. Les gens ordinaires deviennent des agents de changement à chaque bouchée qu’ils prennent. Chacun est doté de libre arbitre — le pouvoir de choisir quels producteurs alimentaires soutenir. Opterez-vous pour la commodité ou investirez-vous dans notre planète?