La chasse : le MRN change les règles du jeu

Le nombre de vignettes distribuées pour chasser l’orignal dans le district 41 du Nipissing Ouest a diminué de façon drastique au cours des dernières années. Cette pratique a été remplacée par une distribution au hasard. Plusieurs groupes de chasseurs ont tout simplement arrêté de pratiquer ce sport dispendieux, car ils ont très peu de chance d’avoir une vignette d’orignal. 

Jacob et son grand-père, Gary Burton, avec l’orignal qu’ils ont chassé 
il y a quelques années dans le Nipissing Ouest.

En 2018, le ministère des Ressources naturelles (MRN) a accordé deux vignettes pour orignaux mâles et une vignette pour une femelle. Lorsque l’on compare le rapport d’animaux dans les bois au nombre de vignettes distribuées, il est évident que les gens qui prennent ces décisions ne sont pas des chasseurs d’expérience qui chassent dans notre région.

Le MRN décide du nombre de vignettes en envoyant une équipe examiner les bois par avion. Cette méthode donne un chiffre très vague du nombre réel d’orignaux, puisqu’il est impossible de voir toute la population dans le bois dense. Puisque le ministère n’a pas vu beaucoup d’orignaux, il a diminué le nombre de vignettes afin de mieux en contrôler la population. 

En plus de la faible distribution de vignettes d’orignaux dans le district 41, la limite de coyotes et de loups n’est pas très élevée; les chasseurs ont droit à deux par personne, alors qu’il y a une abondance de loups et de coyotes dans notre district. Ceci crée un problème, car si l’on ne peut pas contrôler la population de loups, il devient difficile de soutenir la population de chevreuils, de lièvres, de perdrix et d’autres petits gibiers.

Pour ce qui est des limites accordées pour le petit gibier, le MRN permet la prise de cinq perdrix par personne et de la même quantité pour le canard et l’outarde. Ce nombre est raisonnable si l’on tient compte du nombre de petits animaux dans les forêts de notre région.

Mon père, Sandy Cull, chasse depuis l’âge de 17 ans. C’est son père Gary qui lui a transmis la tradition. Aujourd’hui, à l’âge de 45 ans, il peut pratiquer ce sport avec son propre fils. 

Sandy trouve important que les chasseurs suivent les règles du MRN, mais il n’est pas d’accord avec les nouvelles restrictions. «Les nouveaux règlements de la chasse n’aident pas toujours à contrôler la population de la faune, comme l’avait prévu le MRN», dit-il. 

D’après Sandy ainsi que d’autres chasseurs de la région, la population d’orignaux est encore très élevée et le MRN pourrait se permettre de distribuer quelques douzaines de vignettes de plus par année.

En ce moment, bon nombre de chasseurs croient qu’obtenir une vignette dans la région du Nipissing est aussi certain que de gagner le gros lot à la 6/49.