Les membres de l’AGE — Alex McFadden, Tavin Ewing-Bui, Lilia Lambert, Joseph Roy, Éric Bélanger et Pierre Toupin — et deux membres de L’AGET — Jeremy Rhéaume et Kayden Major — devant la boite de collecte.
Les membres de l’AGE — Alex McFadden, Tavin Ewing-Bui, Lilia Lambert, Joseph Roy, Éric Bélanger et Pierre Toupin — et deux membres de L’AGET — Jeremy Rhéaume et Kayden Major — devant la boite de collecte.

Des jeunes à l’aide des jeunes; un feu de nos cœurs

Pierre Toupin | École secondaire Macdonald-Cartier
Pierre Toupin | École secondaire Macdonald-Cartier
Tapage

Le matin du 15 novembre 2021, l’École secondaire Macdonald-Cartier a eu froid. Tout comme les 10 à 20 jeunes qui n’ont pas un endroit à passer la nuit chaque soir à Sudbury. L’Association générale des étudiants (AGE) a pris l’initiative, avec l’appui de Brigitte Caveen et Lorraine Legault, de mettre une boite devant le bureau pour faire la collecte de vêtements chauds. 

Avant tout, les vêtements chauds sont transportés et donnés au Sudbury Action Center for Youth (SACY). Un organisme qui gère un centre de réchauffement au 199, rue Larch au centre-ville de Sudbury. Ils offrent des lits pour les jeunes sans-abris qui ont moins de 24 ans au 95, rue Pine. Tous les dons qui ressortent des élèves vont être apportés à l’édifice sur la rue Pine pour réchauffer et donner du confort aux jeunes qui en ont besoin.

Lors de cette collecte, la générosité et le sens de communauté de l’école se relèvent. Le représentant sénior de l’AGE, Éric Bélanger, indique : «De nombreuses personnes sans domicile ont besoin de vêtements d’hiver pour rester au chaud… Nous essayons d’apporter notre contribution à cet enjeu.» 

Mme Laurie Simard a également aidé les membres à trouver un slogan. Ils ont ressorti : «Des jeunes à l’aide des jeunes». Ce slogan souligne ce qui est le plus important dans cette collecte : la compassion et les actions de cette nouvelle génération.

Est-ce que le processus pour commencer la collecte de vêtement en valait la peine? L’enseignante des mathématiques et des sciences est un élément vital pour l’AGE, Brigitte Caveen, répond : «La collecte de vêtements chauds a vraiment valu la peine pour plusieurs raisons, mais les deux raisons principales seraient les suivantes. Premièrement, nos dons vont faire une énorme différence pour les personnes sans-abris. Deuxièmement, cette collecte de vêtements a donné l’occasion aux élèves de Macdonald-Cartier d’être conscientisés envers le fait qu’il y a des jeunes dans cette ville qui sont moins fortunés et qui ont besoin d’aide.» 

En outre, la direction générale de SACY, Julie Gorman, explique pourquoi il est important d’aider les jeunes sans-abris cet hiver. «Nous donnons à notre communauté parce que c’est ce que nous voudrions que les autres fassent si jamais nous étions dans cette situation. Nous donnons parce que cela nous fait du bien d’aider les autres. Nous donnons parce que c’est la bonne chose à faire.» 

Elle explique aussi quel est l’impact de la COVID-19 sur le centre de réchauffement et les dons de vêtements. «La COVID-19 a été une bénédiction et une malédiction en matière de dons. C’est une bénédiction parce que nous voyons de plus en plus de gens prendre le temps d’organiser leurs placards et de trouver des choses à offrir. C’est une malédiction, car tout le monde est heureux de donner ses vêtements de la saison dernière, mais pas aussi intéressé par l’organisation et le don de vêtements d’hiver chauds. Les vêtements chauds quittent notre espace rapidement à cette période de l’année, car les vêtements humides et froids doivent être retirés et remplacés rapidement pour éviter les gelures.»

La collecte est un bon exemple pour la jeunesse de la ville de Sudbury. Presly Tarini, une élève de l’école, implore : «C’est une petite chose que notre communauté peut faire». 

L’école a fini sa collecte de vêtement le 26 novembre, par contre il y a la collecte de boites de conserve à l’avenir. Bref, même dans les temps difficiles comme ceux-ci, nous pouvons avoir de la sympathie.