Ellie Black et Isabela Onyshko de l’équipe canadienne de gymnastique lors des Jeux olympiques de Rio en 2016.
Ellie Black et Isabela Onyshko de l’équipe canadienne de gymnastique lors des Jeux olympiques de Rio en 2016.

De la gymnastique jusqu’aux Olympiques

Chloé Donovan | École Sainte-Marie
Chloé Donovan | École Sainte-Marie
Tapage

Depuis l’antiquité, la gymnastique est un sport compétitif. De nos jours, on voit de grandes compétitions mondiales aux Olympiques d’été. C’est une discipline qui demande un entrainement sérieux.  

La gymnastique comme on la connait trace ses origines à la fin du 18e siècle. L’Allemand Friedrich Ludwig Jahn, considéré comme le père de la gymnastique contemporaine, invente la barre fixe, les barres parallèles, la poutre et le saut de cheval. Au fil du temps, d’autres disciplines s’ajoutent. 

Selon Gymnastique Canada, la première école de gymnastique a ouvert ses portes en 1811 à Berlin. Un peu plus tard, des clubs apparaissent un peu partout en Europe, comme en Angleterre, en Belgique, en France et aux Pays-Bas. 

La Fédération européenne de gymnastique voit le jour le 23 juillet 1881 à Liège, en Belgique. Quarante ans plus tard, elle change de mandat et devient la Fédération internationale de gymnastique (FIG). 

La gymnastique figure à la première olympiade, c’est-à-dire les Jeux olympiques de 1896 à Athènes. Sept ans plus tard, au tournant du 20e siècle, la FIG organise le premier championnat de gymnastique pour hommes. En 1928, les Jeux olympiques d’été ont inclus pour la première fois une compétition de gymnastique pour femme.  

L’intérêt de la gymnastique au Canada se développe à partir de 1899. Toutefois, les Canadiens ne participeront pas aux compétitions olympiques de gymnastique avant 1956, à Melbourne en Australie. C’est nouveau comme sport et les seuls participants sont un homme nommé Ed Gagnier et une femme nommée Ernestine Russell. Mme Russell devient ainsi la première femme à représenter le Canada aux Olympiques et la première Canadienne à remporter une médaille dans une compétition internationale de gymnastique. 

Six femmes du Canada devraient participer aux Jeux olympiques d’été 2021 en gymnastique. Les évènements de ces participantes sont le saut de cheval, les barres asymétriques, la poutre et le sol. Les femmes qui représentent le Canada aux Olympiques font de la gymnastique pendant un minimum de 30 heures par semaine. 

De nos jours, aux Olympiques, certaines disciplines telles que la poutre et les barres asymétriques sont réservées aux femmes. En tout, les femmes compétitionnent dans quatre agrès (Appareil utilisé pour les exercices de gymnastique). En revanche, les hommes compétitionnent dans six disciplines : le sol, le cheval d’arçon, les anneaux, le saut de cheval, les barres parallèles et la barre fixe.

Pour moi, la gymnastique est une passion. C’est facile pour moi de me préparer et de m’organiser pour ce sport. Quand je fais de la gymnastique, je m’entraine au moins
7 heures et demie chaque semaine. 

Avant une compétition, on s’entraine souvent plus longtemps afin de bien se préparer. Il est normal que ceux qui participent aux Olympiques s’entrainent encore plus avant les grandes compétitions. Mais quand on aime un sport, on peut facilement donner beaucoup de temps.   Nos grandes gymnastes canadiennes qui participent aux Olympiques font la même chose. L’entrainement est difficile, mais c’est un sacrifice dans tous les sports.

Ma gymnaste préférée est Ellie Black. En 2016, elle a remporté la cinquième place aux Olympiques. Elle a 25 ans et elle demeure à Halifax. C’est une personne modèle et une inspiration pour plusieurs.