Le drag, un vieux métier

Le drag a commencé par nécessité, mais cela ne veut pas dire que ses participants ne l’ont pas apprécié. 

Lorsque le théâtre shakespearien battait son plein à la fin du 16e et au 17e siècle, le jeu et les acteurs avaient des liens étroits avec l’église et étaient régis par des règles assez contraignantes. Par exemple, les rôles féminins étaient joués par des hommes, car le théâtre était un milieu sexiste auquel les femmes n’avaient pas le droit de participer. Les acteurs s’habillaient donc en femmes et même si ce n’est pas exactement dans l’esprit de ce que nous appelons aujourd’hui le drag, c’est tout de même un début.

Michel Gervais dans son personnage de drag, Jenna Seppa.

Cette pratique nécessaire pour l’époque est rapidement devenue un moyen pour les artistes drags d’exprimer une autre facette de leur personnalité : plusieurs exagéraient leur apparence, leur style et leur langage afin de créer leur personnage et se donner en spectacle. Au fil des ans, le drag a évolué. Mais, avant de connaitre la popularité, il était pratiqué dans des clubs et des endroits moins connus, souvent cachés du reste du monde. 

Aujourd’hui, alors que la lutte pour l’égalité des communautés LGBTQ2+ se poursuit, les artistes drag gagnent en popularité. Grâce à leurs spectacles et à leur côté divertissant, les dragqueens rompent le lien avec la négativité jadis associée à leur talent et poursuivent une carrière. 

En 2019, la culture drag est plus présente et plus populaire que jamais. RuPaul’s Drag Race, l’émission suivie par plusieurs sur Netflix, vient de connaitre sa meilleure saison. La série a attiré près d’un million de téléspectateurs et en est à sa 10e saison. Cela signifie que la culture drag continue d’attirer de nouveaux admirateurs. 

Le drag continue de pousser les limites de l’acceptation et de l’inclusion sociale. En plus de la série de Ru Paul, plusieurs artistes drag s’affichent sur les médias sociaux et présentent leurs performances en direct sur YouTube et créent des baladodiffusions. Plusieurs opportunités de carrière sont disponibles pour les artistes qui se passionnent pour le drag. De plus en plus de clubs offrent des spectacles trans de façon régulière. Zigs à Sudbury, The Drink et Cruise & Tangos à Toronto en sont quelques exemples.

Sudbury

Cela fait maintenant deux mois que nous sommes en 2020. Le champagne est rangé depuis des semaines, les dernières brumes des fêtes commencent à se dissiper, les sapins sont défaits et rangés et on commence sérieusement à regretter les résolutions du Nouvel An qu’on a prises et qu’on continue de respecter… ou pas. Fort heureusement, Gym Tonic est là pour nous rappeler de reprendre le sport!

Cette pièce de théâtre communautaire a été présentée au Théâtre du Nouvel-Ontario et mise en scène par Ryan Demers-Lafrenière. Le spectateur y suit l’histoire comique, mais essoufflante, de Martine Laforce, qui a divorcé récemment. Pour se changer les idées (et accessoirement donner envie à son ex-mari de la reprendre), elle décide de se mettre à faire de l’exercice. Tapis roulant, vélo, Zumba : tout semble être bon pour elle. 

New Liskeard

Je suis certaine que tu as déjà lu quelque chose qu’un auteur a écrit. Sinon, tu viens de le faire en lisant cette phrase! Tu as lu des travaux d’école, peut-être un journal ou un livre. Ces choses sont toutes écrites par des auteurs. 

Sudbury

La réalisatrice Greta Gerwig a réussi à recréer un classique féministe indémodable avec sa réédition de l’œuvre Les quatre filles du docteur March (Little Women). Ce film, qui retrace le destin de quatre protagonistes féminines durant la Guerre de Sécession, est un divertissement sympathique qui modernise un roman classique, tout en ayant quelques tournures inattendues.  

Le film prend place dans un décor de paysages anciens, inspiré par des œuvres picturales du XIXe siècle. Les scènes hivernales méticuleusement composées ainsi que les séquences parisiennes élégantes captent l’attention de l’auditoire. De plus, la maison dans laquelle évolue la famille March est soigneusement décorée de meubles antiques, enveloppés d’une lumière dorée. Tout au long du film, ces agencements sensationnels nous permettent de vivre une expérience réaliste de l’époque.

Au-delà de la beauté des images, l’œuvre présente aussi une trame sonore incroyable, réalisée par le compositeur français Alexandre Desplat. La musique folklorique, douce et entrainante, se mêle parfaitement à la scénographie ancienne. Les mélodies chaleureuses permettent à l’audience de s’immerger dans une atmosphère émouvante. Par l’efficacité de ce dynamisme musical, on ressent les émotions des personnages.  

En alternant entre le présent et le passé, Greta Gerwig parvient avec brio à faire ressortir les caractéristiques uniques de chaque personnage. 

Incarnée par Saoirse Ronan, Jo est la plus flamboyante de la famille. Elle apprend à faire sa place tout en conciliant ses ambitions littéraires et amoureuses. Sa jeune sœur Amy, jouée par Florence Pugh, est passionnée des arts. Elle devient la rivale de Jo en raison de conflits amoureux, tandis que Beth, interprétée par Eliza Scanlen, est la cadette et la protégée de Jo. Elle dispose d’une personnalité douce et sympathique. 

Emma Watson hérite du rôle de Meg, l’ainée de la famille. Elle est une jeune femme déterminée, qui rêve de fonder une famille. Malgré les critiques adverses de sa sœur Jo, Meg poursuit sa quête de maternité tout en étant consciente des embuches financières qui se dressent devant elle. 

Enfin, Marmee, mère de ces quatre demoiselles, est un personnage coincé entre la tendresse, la colère et le don de soi. Laura Dern concilie avec intensité la complexité de ce personnage. La présence de Marmee et ses conseils constants permettent à ses quatre jeunes filles différentes de s’épanouir, et ce, malgré les comportements qu’on attendait des femmes durant la Guerre de Sécession.

L’adaptation de ce classique est sans aucun doute un triomphe. L’enchainement des décors authentiques, la musique envoutante et de la qualité des acteurs surpassent les attentes de chacun. Bref, cette nouvelle version à la fois émouvante et captivante est une histoire d’hier pour les femmes d’aujourd’hui!

Sudbury 

Certaines personnes croient que les arts visuels ne sont que de simples passe-temps, mais une grande communauté d’artistes les utilise comme moyen de communiquer ce qu’ils ressentent avec leur entourage. Une jeune artiste qui  fréquente l’Académie Marymount dans le Grand Sudbury, Megan Schroeder, a déjà suivi quatre cours d’arts visuels. L’élève de 18 ans partage son opinion à ce sujet. 

Q : À quel âge avez-vous réalisé que vous aviez une passion pour l’art? 

MS : Quand j’étais jeune, probablement entre 10 et 13 ans. 

Q : Y a-t-il un artisteou un style particulier qui vous inspire?

MS : J’aime beaucoup Van Gogh, car il utilise une gamme de couleurs plutôt sombres que j’apprécie beaucoup. 

Q : Quel est votre médium préféré?

MS : Ça dépend vraiment de ce que je suis en train de peindre. Si je crée quelque chose de plus sombre, j’utiliserai de l’acrylique. Cependant, si je crée une pièce plus pâle en couleurs, telle que la nature, j’utiliserai plutôt l’aquarelle. 

Q : Quel est votre style préféré?

MS : Probablement plus du côté effrayant, peut-être un peu terrifiant. Beaucoup de mes pièces sont obscures et contiennent des monstres. Je voudrais commencer à créer des portraits et des trucs comme ça, car je suis bonne en ombrage. Je fais habituellement des œuvres plus sombres, car c’est plus facile pour moi. 

Q : Que représente l’art pour vous? 

MS : L’art est comme un débouché pour mes émotions, car je ne sais parfois pas comment les exprimer. Des fois, la peinture m’aide à comprendre ce que je ressens. D’autres fois, j’aime peindre pour pouvoir capturer le bonheur que je ressens pendant un moment. 

Q : Croyez-vous que les arts visuels peuvent avoir un effet guérisseur sur les gens plutôt que d’être simplement un passe-temps?

MS : Pour la guérison mentale, oui. Il vous aide à mieux gérer des évènements et vous donne le temps d’être seul. Vous avez le temps de penser à vous-même uniquement et à ce que vous faites exactement. 

Q : Qu’espérez-vous réaliser à travers votre art?

MS : J’espère gagner de l’argent et peut-être un peu de gloire. Mais d’une manière qui sera aussi une inspiration pour les gens. Je veux que ceux qui regardent mon art veuillent le mettre dans leur maison, malgré l’obscurité. Je veux que les gens soient enthousiastes, en particulier les jeunes. J’espère que les enfants verront mes pièces et qu’ils voudront s’inspirer de mon style. 

L’élève de 12e année illustre très bien de quelle manière les arts visuels peuvent avoir un effet positif dans la vie de ceux qui les pratiquent. Une meilleure capacité de communication, une meilleure compréhension de ses émotions et un sens d’appartenance accru sont quelques-uns des avantages qui accompagnent les arts visuels. 

Ceux qui aimeraient en apprendre plus au sujet de Megan et de ses aventures artistiques peuvent la suivre sur Instagram à Meganschroe_art. 

Sturgeon Falls

Come from away est une pièce de théâtre écrite par le couple canadien Irene Sankoff et David Hein. Elle est présentée jusqu’au 31 mai 2020 au théâtre Royal Alexandra de Toronto. D’une durée de 100 minutes, sans entracte, la comédie musicale est basée sur les évènements du 11 septembre 2001.

Grand Sudbury

La Fédération des ainés et des retraités francophones de l’Ontario (FARFO) lance un projet à Sudbury qu’elle espère pouvoir éventuellement étendre à toute la province.

Au cœur des artistes est un mélange de formation et de concours artistique que l’on a plus l’habitude de voir pour les jeunes et qui se terminera par un gala le 25 avril.

Verner

La neige a recouvert la terre d’un tapis blanc, les arbres ont perdu leurs feuilles et certains animaux se sont endormis dans un sommeil profond. Mais ce n’est pas l’hiver qui va empêcher les petits comme les grands de profiter de ce temps de l’année. En effet, pour plusieurs, l’hiver est synonyme du temps des Fêtes. Eh oui! Noël arrive à grands pas, mais ne paniquez pas, car j’ai préparé un guide pour que vous soyez prêt pour le grand jour!

Sudbury

Les histoires d’amour se terminent souvent par un évènement inattendu. Dans, Fake, le roman de Jenn P. Nguyen, faire semblant d’être en couple est ce qui a déclenché des émotions d’amour sincères entre les deux personnages principaux, Jake et Mia.

Simuler son couple est la dernière chose que la jeune adulte a voulu faire, mais les circonstances n’étaient pas idéales pour elle. Son voisin Jake, fils de la meilleure amie de la mère de Mia, est frustré que sa mère lui dise sans cesse que sa jeune voisine et lui formeraient le couple parfait. Puisque cela faisait plus de dix ans que ces commentaires étaient exprimés par leurs mamans poules, mettre fin à ces remarques était le but premier des jeunes ados durant leurs deux mois de vacances.

Blind River

Un orchestre est formé d’un groupe de musiciens et musiciennes qui travaillent ensemble pour faire des mélodies. Depuis des centaines d’années, de grands composeurs présentent leur style de musique avec une panoplie d’instruments. Il existe diverses formes d’orchestres, du temps médiéval à aujourd’hui.

Période médiévale

Autour des années 800 à 1400, l’orchestre se présentait comme un groupe qui se déplaçait souvent pour divertir différents spectateurs. À cette époque, les musiciens n’étaient pas connus comme un orchestre, mais plutôt comme des ménestrels itinérants. Ces groupes déménageaient beaucoup et travaillaient où il le pouvait. Éventuellement, ils trouvèrent du travail dans les cours seigneuriales. Les ménestrels servaient surtout à distraire les maitres et leur entourage. Ils se servaient souvent de danses ou de ballades pour performer leurs symphonies. Un des instruments qui était souvent utilisé était le luth, un instrument à cordes pincées, à caisse bombée et dont le cheviller forme un angle droit avec le manche.

Sturgeon Falls

Yolanda Gampp est la femme célèbre derrière How To Cake It. Âgée de 42 ans, elle a une passion pour les gâteaux décorés. Cette dernière a obtenu son succès en ligne seulement trois mois après avoir publié sa première vidéo à Toronto, en février 2015.

Yolanda Gampp est autodidacte : elle s’est apprise elle-même à fabriquer des gâteaux décorés qui ont l’air réels. Dès sa jeunesse, elle aimait observer son père confectionner des pâtisseries complexes. Elle a travaillé dans quelques boulangeries de Toronto, comme Desserts By Phillips puis Dessert Trends.

Sudbury

Avez-vous du temps libre? Avez-vous quelques sous de surplus? Selon certaines études, un don en temps ou en argent vous rapporterait énormément. Découvrons quand, comment et à quel endroit vous pouvez offrir ces dons pour qu’ils puissent améliorer le sort des Sudburois.

Coniston

D’où vient la légende de l’homme surnommé le père Noël? Pourquoi récompense-t-il les enfants sages avec des cadeaux pendant le temps de Noël? Nous avons plusieurs questions, mais aucune réponse. Peut-être que si l’on reculait dans le temps et que l’on écoutait les histoires ainsi que les légendes, on pourrait découvrir la vérité. Chaque pays a sa propre version d’un Nicholas. Voici deux légendes qui appuient la nôtre ici, au Canada.

North Bay

Les recherches démontrent que la musique peut avoir un impact positif sur la vie d’une personne. Par exemple, elle aide avec la concentration et la discipline et aide aussi à développer sa confiance en soi. 

La musique joue un rôle très important dans ma vie : je joue de la guitare depuis quelques années et je chante depuis que je suis très petite. La musique m’aide à exprimer et utiliser ma créativité, à avoir du courage et à diminuer le stress de la vie de tous les jours.

Kapuskasing

Le Centre de loisirs de Kapuskasing a organisé des activités lors de sa foire de Noël les 8 et9 novembre. Il y avait un peu de tout!

Les kiosques présents vendaient toutes sortes de choses : des chapeaux et des mitaines de laine, des foulards, des bijoux faits de roches et de minéraux et beaucoup plus! 

Ensuite, il y avait l’atelier du père Noël où les enfants ont pu prendre des photos de famille ou seul avec le père Noël. Par la suite, un lutin leur a donné une petite carte avec une clochette pour s’assurer que le père Noël passe par leur maison. 

Les enfants pouvaient aussi dessiner des dessins de Noël et se faire maquiller par des bénévoles. Ils ont sorti de la foire avec le visage maquillé d’un renne, d’un bonhomme de neige, des feuilles de gui et il y a même eu quelques chats! 

Il y avait aussi de super bons mets chauds. Les adultes semblent avoir eu autant de plaisir que les enfants, compte tenu de tous les bons desserts de Noël, les décorations et les activités! Grâce aux bénévoles, ils ont pu avoir de l’aide à la cantine pour ceux qui voulaient des rafraichissements et des gouters.

L’une des bénévoles, Kariane Bourgeois, a bien aimé son expérience : «C’était la première fois que je faisais du bénévolat et c’était une bonne première fois! Même si je n’étais pas très talentueuse en maquillage, je me suis bien amusée et j’encourage les autres à visiter le bazar de Noël, parce que c’est vraiment beau et ça nous met dans l’esprit du temps des Fêtes. Cette expérience m’a permis de rencontrer de nouvelles personnes et aussi de me trouver un autre évènement pour faire d’autres heures de bénévolat : le bazar de l’église Immaculée conception. J’irai avec mon amie et nous nous occuperons du bingo. J’ai très hâte!»

Les quatre autres bénévoles ont aussi bien aimé leur expérience dans cet évènement bien réussi. Espérons que le bazar soit aussi rempli de succès!

Nipissing Ouest

Connaissez-vous le groupe musical Cherry Chérie? Le groupe québécois a été formé en 2013 et joue des airs de rock’n roll qui ressemble à la musique des Beach Boys. Mais la musique de Cherry Chérie n’intéresse pas seulement les gens nés avant 1960! À la suite de leur passage dans le Nipissing Ouest, il est clair que les jeunes les aiment aussi.