Le drag, un vieux métier

Catherine Gervais | École secondaire catholique Franco-Cité
Catherine Gervais | École secondaire catholique Franco-Cité
Tapage

Le drag a commencé par nécessité, mais cela ne veut pas dire que ses participants ne l’ont pas apprécié. 

Lorsque le théâtre shakespearien battait son plein à la fin du 16e et au 17e siècle, le jeu et les acteurs avaient des liens étroits avec l’église et étaient régis par des règles assez contraignantes. Par exemple, les rôles féminins étaient joués par des hommes, car le théâtre était un milieu sexiste auquel les femmes n’avaient pas le droit de participer. Les acteurs s’habillaient donc en femmes et même si ce n’est pas exactement dans l’esprit de ce que nous appelons aujourd’hui le drag, c’est tout de même un début.

Michel Gervais dans son personnage de drag, Jenna Seppa.

Cette pratique nécessaire pour l’époque est rapidement devenue un moyen pour les artistes drags d’exprimer une autre facette de leur personnalité : plusieurs exagéraient leur apparence, leur style et leur langage afin de créer leur personnage et se donner en spectacle. Au fil des ans, le drag a évolué. Mais, avant de connaitre la popularité, il était pratiqué dans des clubs et des endroits moins connus, souvent cachés du reste du monde. 

Aujourd’hui, alors que la lutte pour l’égalité des communautés LGBTQ2+ se poursuit, les artistes drag gagnent en popularité. Grâce à leurs spectacles et à leur côté divertissant, les dragqueens rompent le lien avec la négativité jadis associée à leur talent et poursuivent une carrière. 

En 2019, la culture drag est plus présente et plus populaire que jamais. RuPaul’s Drag Race, l’émission suivie par plusieurs sur Netflix, vient de connaitre sa meilleure saison. La série a attiré près d’un million de téléspectateurs et en est à sa 10e saison. Cela signifie que la culture drag continue d’attirer de nouveaux admirateurs. 

Le drag continue de pousser les limites de l’acceptation et de l’inclusion sociale. En plus de la série de Ru Paul, plusieurs artistes drag s’affichent sur les médias sociaux et présentent leurs performances en direct sur YouTube et créent des baladodiffusions. Plusieurs opportunités de carrière sont disponibles pour les artistes qui se passionnent pour le drag. De plus en plus de clubs offrent des spectacles trans de façon régulière. Zigs à Sudbury, The Drink et Cruise & Tangos à Toronto en sont quelques exemples.