Variants : la croissance inévitable du Delta

Philippe Mathieu
Philippe Mathieu
Le Voyageur
COVID-19 : Mise à jour du 21 juin

À la mise à jour matinale du 21 juin, le nombre de personnes qui ont reçu un diagnostic positif de la COVID-19 en Ontario depuis le début des tests était à 542 468 (+270). Le total incluait 529 992 (+486) guérisons et 9022 décès (+3). Il y a 261 (-5) personnes hospitalisées, dont 323 (-10) aux soins intensifs.

Depuis vendredi :

  • Santé publique Sudbury et districts : +14, 2145 cas (2117 résolus, incluant 30 décès).
  • Bureau de santé Porcupine : +31, 1969 cas (1738 guérisons, 29 décès).
  • Bureau de santé du district de North Bay-Parry Sound : +12, 534 cas (478 guérisons, 4 décès).
  • Service de santé du Timiskaming : 208 cas (206 résolus, 2 décès).
  • Santé publique Algoma : +1, 398 cas (395 résolus, 6 décès).

Santé publique Sudbury et districts avise la population d’un haut risque d’exposition à la COVID-19

Santé publique Sudbury et districts avise la population que toute personne qui a participé à un rassemblement social qui s’est tenu dans un endroit appelé « Morgan Beach » , situé sur le chemin Morgan, entre chelmsford et Dowling, le 16 juin 2021, entre 14 h 30 et 20 h, risque fort d’avoir été exposée à la COVID-19.

Vous devriez passer un test de dépistage de COVID-19 le 23 juin ou après cette date. Même si vous obtenez un résultat négatif, vous devez restez chez vous et vous isoler jusqu’au 30 juin.

Variants : la croissance inévitable du Delta

Agence Science-Presse

Le variant Delta représente désormais plus de 96 % des nouveaux cas dans au moins trois pays : Royaume-Uni, Russie et Portugal. Et il est responsable de nouvelles éclosions et d’hospitalisations dans deux des pays les plus vaccinés, Israël et la Grande-Bretagne.

Ailleurs, il tire certes de l’arrière. Par exemple, aux États-Unis, il ne représentait que 10 % des nouveaux cas au début de juin, mais il n’était qu’à 2,7 % pour la période de 15 jours prenant fin le 22 mai. Cela laisse présager qu’il deviendra dominant sous peu. Selon l’estimation du Financial Times, il pourrait être déjà à 30 %.

Le Delta, originaire de l’Inde, de son vrai nom B.1.617.2, est considéré plus contagieux (deux fois plus que le virus original, une fois et demi plus que le variant Alpha, ou britannique), de même que plus à risque de causer des hospitalisations, et un peu plus résistant aux vaccins.

« Un peu plus résistant » veut tout de même dire un taux d’efficacité qui, avec deux doses, se situerait entre 80 et 90 %, tout dépendant du vaccin. Mais plus le nombre de cas augmente, et plus cela signifie que, statistiquement, un petit nombre de gens ayant reçu leurs deux doses attraperont inévitablement le virus.

Et c’est ce qui semble déjà se passer dans l’un des pays les plus touchés — et celui pour lequel le haut taux de vaccination fait qu’on dispose d’une bonne base de données : en Grande-Bretagne, un petit nombre de cas et d’hospitalisations se retrouvent parmi les gens qui avaient reçu leurs deux doses il y a au moins deux semaines : 83 cas sur 1234 de ceux qui ont été diagnostiqués avec le variant Delta et 42 hospitalisations sur 383, de février jusqu’au 7 juin. En comparaison, 251 de ces hospitalisés n’étaient pas vaccinés.

Dit autrement (et ces chiffres vont évoluer de semaine en semaine à présent que le variant Delta représente presque 100 % des cas) : environ 10 % de ceux qui ont été hospitalisés à cause du variant Delta avaient eu leurs deux doses au moins deux semaines plus tôt.

Israël aussi, où plus de la moitié de la population a reçu deux doses, a signalé deux éclosions du variant Delta dans autant d’écoles, la plus récente, le 19 juin, incluant 44 cas.

Au Canada, l’administratrice en chef de la santé, Theresa Tam, déclarait vendredi que le nombre de cas confirmés de COVID-19 attribués au variant Delta avait augmenté des deux tiers en une semaine, passant à 2000. Ça reste 10 fois moins que le variant Alpha, mais c’est le Delta qui progresse désormais le plus vite. Les données par provinces sont toutefois incomplètes au sujet de ce variant.

En France aussi, la santé publique le signalait « en augmentation » vendredi, mais minoritaire, avec seulement 1 % des cas à la fin-mai. Mais la proportion n’était que de 0,2 % deux semaines plus tôt.