Vaccination quelque peu obligatoire pour les travailleurs de la santé de l’Ontario

Émilie Pelletier
Émilie Pelletier
Initiative de journalisme local - Le Droit

Le premier ministre Doug Ford a décidé, après délibérations avec son cabinet, de ne pas rendre fermement obligatoire la vaccination auprès des travailleurs de la santé de la province. Mais ceux qui ne rouleront pas leur manche pour s’immuniser contre la COVID-19 devront en subir les conséquences, selon les nouvelles règles établies par la province mardi. 

Le gouvernement ontarien obligera les milieux de travail à haut risque à mettre en place des politiques de vaccination contre la COVID-19 pour leur personnel, et ce, à compter du 7 septembre. 

Ces politiques devront exiger au minimum que les travailleurs fournissent une preuve de vaccination complète contre le coronavirus, une raison médicale de ne pas être vacciné, ou l’achèvement d’une «session éducative sur la vaccination contre la COVID-19». 

Foyers de soins de longue durée

La mise en place de cette mesure au sein des foyers de soins de longue durée de la province avait été annoncée le 31 mai 2021. 

Les établissements de soins de longue durée devaient avoir mis en place leurs politiques d’immunisation du personnel au plus tard le 1er juillet.

Or, ces mesures n’obligent en aucun cas les employés à se faire vacciner.

Un foyer de soins de longue durée situé dans la région d’Etobicoke actuellement aux prises avec une éclosion en est la preuve : en juin, le taux de vaccination au sein des membres du personnel stagnait à 37 %, selon CTV News. 

Plus loin

Les milieux de travail peuvent choisir de mettre en place des mesures qui vont plus loin, a déclaré le médecin hygiéniste en chef de l’Ontario, le Dr Kieran Moore.

Selon les nouvelles règles provinciales, les individus qui ne fournissent pas de preuve de vaccination complète contre la COVID-19 devront se soumettre à des tests d’antigène réguliers. 

Les politiques de vaccination devront aussi être mises en œuvre dans d’autres milieux à risque plus élevés, tels que les établissements postsecondaires, les maisons de retraite agréées, les refuges pour femmes et les centres de traitement pour enfants et d’autres services pour les enfants ayant des besoins spéciaux, entre autres. 

Troisième dose

La province offrira également une troisième dose du vaccin contre la COVID-19 aux individus les plus vulnérables.

Le Dr Moore a aussi annoncé mardi que les enfants nés en 2009 ou avant pourront recevoir le vaccin de Pfizer contre le virus.

Doug Ford ne bronche pas

Certains médias, dont le Toronto Star, rapportaient en début de semaine que le gouvernement Ford s’apprêtait à rendre obligatoire la vaccination pour tous les travailleurs de la santé de l’Ontario, ouvrant la voie à un possible revirement idéologique chez Doug Ford.

Mais l’annonce de mardi démontre que le chef du Parti progressiste-conservateur ne bronche pas face à son opposition de forcer la vaccination auprès de la population.

Ce dernier est resté ferme depuis l’arrivée des vaccins contre la COVID-19 au pays : «personne ne devrait être forcé de faire quoi que ce soit».

Or, le premier ministre ontarien, pleinement immunisé, ne changera pas son fusil d’épaule quant à son opinion à propos de l’efficacité des vaccins contre le virus. «Ils fonctionnent, allez vous faire vacciner», répète-t-il à qui mieux mieux.