Les psychologues de l’Équipe de santé psychologique d’Orléans.
Les psychologues de l’Équipe de santé psychologique d’Orléans.

La COVID-19, un an plus tard : une réalité qui ne laisse personne indifférent

Samuel Gosselin-Bélanger
Samuel Gosselin-Bélanger
Initiative de journalisme local - APF
Les besoins en santé mentale sont toujours bien d’actualité.

Le 11 mars 2020 marquait officiellement le début de la pandémie de la COVID-19 à l’échelle mondiale. Une année de changements et de questionnements pour plusieurs. L’Équipe de santé psychologique d’Orléans (ESPO) constate que les besoins en santé mentale sont toujours bien d’actualité. 

«L’impact de la pandémie sur la santé psychologique des gens est encore bien présent. La pandémie, comme tout autre stress important, affecte nos capacités d’adaptation», affirme d’emblée l’ESPO.  

La fermeture des écoles et la mise sur pause de l’économie sont des conséquences directes de la pandémie qui ont eu des impacts directs sur la population. D’ailleurs, le quotidien des étudiants a été également bouleversé. Ils ont dû s’adapter à une nouvelle réalité : l’école à distance. «L’apprentissage à distance et l’éducation en personne avec mesures sanitaires comportent plusieurs défis et nous le notons dans le service avec nos clients. Pour la population adolescente, ce qui semble le plus difficile, c’est le changement de la vie sociale et la navigation des relations interpersonnelles», affirme l’organisation.

Même constat pour ceux qui font maintenant du télétravail. Coupés d’un contact humain, ils doivent se rabattre sur des contacts virtuels avec leurs collègues. Selon l’Équipe, il est difficile d’évaluer les bienfaits de cette méthode de travail à long terme. Toutefois, il est possible de constater que cette nouvelle façon de faire peut s’avérer positive dans l’optique où elle augmente la productivité et la rapidité d’exécution chez les uns, mais accroit le sentiment d’isolement chez les autres en plus d’affecter la concentration et la motivation des gens.  

Des demandes de consultation à la hausse

Au fil des mois, les impacts de la COVID-19 ont évolué. «Au début de la pandémie, on remarquait beaucoup de difficultés de nature anxieuse. Nous voyons encore beaucoup ce genre de problème, mais il semble également y avoir un changement vers des difficultés au niveau de l’humeur», mentionnent les intervenants de l’ESPO. Ces changements peuvent accentuer les problèmes reliés au sommeil, au stress et à la fatigue physique et cognitive. 

D’ailleurs, l’ESPO a remarqué une augmentation assez importante des demandes de consultation en 2021 comparativement à la même période l’année dernière. Aucune donnée n’a été divulguée, mais plusieurs intervenantes de l’ESPO «comptent maintenir les services de téléspychologie postpandémie». «Des clients démontrent également un intérêt à poursuivre ce mode de traitement», indique l’Équipe. 

Malgré cette période sombre, il y a toutefois une lueur d’espoir avec l’arrivée  prochaine de la vaccination massive en Ontario. Toutefois, l’ESPO souhaite rassurer la population. «Il faut d’abord prendre conscience que nous éprouvons tous des émotions et que celles-ci sont des réactions internes naturelles et utiles pour nous guider. On peut ajouter à cela de tenter de maintenir de bonnes habitudes de vie et des liens avec notre cercle social à travers les technologies disponibles», explique l’organisation.