Impacts COVID-19 : Résumé du 18 juin

Julien Cayouette
Julien Cayouette
Le Voyageur
Nouveaux cas à Sudbury + Quelques annulations supplémentaires + Une application COVID

À la mise à jour matinale du 18 juin, le nombre de personnes qui ont reçu un diagnostic positif de la COVID-19 en Ontario depuis le début des tests était à 32 917 (+173). Le total incluait 28 004 guérisons (+220) et 2553 décès (+3). Il resterait donc 2410 cas actifs en Ontario, dont trois dans le Nord-Est de l’Ontario. La santé publique a aussi effectué 25 278 tests de dépistage.

Retour à la réalité à Sudbury aujourd’hui.

Santé publique Sudbury et districts : +2, 66 cas (64 résolus, 2 décès). «Bien que nous n’ayons pas signalé de cas de COVID-19 depuis le 14 mai, ces nouveaux cas nous ramènent à la réalité et nous rappellent à quel point nous devons rester sur nos gardes afin de contrôler la propagation de la maladie dans nos collectivités», a déclaré la médecin-hygiéniste de Santé publique Sudbury et districts, Dre Penny Sutcliffe. Les deux nouveaux cas sont un homme et une femme dans la vingtaine.

Bureau de santé Porcupine : 65 cas (57 résolus, 8 décès). Aucun nouveau cas depuis le 10 mai.

Bureau de santé du district de North Bay-Parry Sound : 30 cas (28 résolus, 1 décès).

Service de santé du Timiskaming : 18 cas (18 résolus, 0 décès). Aucun nouveau cas depuis le 13 mai.

Santé publique Algoma : 23 (22 résolus, 0 décès). Aucun nouveau cas depuis le 12 juin.

Quelques annulations supplémentaires

La 7e édition de Festin à la ferme n’aura pas lieu cette année à Nipissing Ouest cet été en raison de la pandémie. Le festival de musique River & Sky, qui a lieu au camping Fisher’s Paradise chaque année, a aussi été annulé par les organisateurs. Il devait avoir lieu du 22 au 26 juillet.

COVID alerte : l’application mobile pour tracer les cas testés en Ontario 

Émilie Pelletier – Initiative de journalisme local – Le Droit

L’Ontario sera la première province canadienne à tester une nouvelle application mobile de traçage des cas de COVID-19. L’application, qui sera provisoirement appelée COVID alerte, permettra d’aviser les personnes qui l’ont téléchargée s’ils ont croisé une personne ayant contracté le virus. Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, en a fait l’annonce, jeudi matin.

Les Ontariens devraient pouvoir télécharger l’outil dès le 2 juillet. L’application, dont le téléchargement se fera sur une base volontaire, pourra être supprimée à tout moment, indique le gouvernement Ford.

L’outil a été conçu par Services numériques de l’Ontario et un groupe de bénévoles de la compagnie Shopify.

Le gouvernement de Doug Ford lancera une campagne publicitaire à l’échelle provinciale pour encourager la population à faire le téléchargement.

Plus il y a de gens qui téléchargent l’application, plus elle sera efficace, jugent les premiers ministres Trudeau et Ford.

L’application de traçage, conçue en s’appuyant sur les «meilleures pratiques à l’échelle mondiale dans le domaine de la protection de la vie privée», ne recueillera aucune donnée personnelle ou de localisation, promet le gouvernement.

Les gouvernements s’appuieront sur l’expertise de l’entreprise BlackBerry pour s’assurer de l’efficacité des protocoles de sécurité et de confidentialité de l’application.

Les cas pourraient augmenter bientôt

La ministre de la Santé, Christine Elliott, a déclaré en conférence de presse que le nombre de cas de COVID-19 risque d’augmenter à mesure que la province poursuivra son plan de déconfinement.

Pour s’y préparer, son gouvernement a dévoilé jeudi sa nouvelle stratégie de recherche des contacts des personnes infectées. Ce système remplacera le système de données actuel, considéré désuet par la santé publique.

Le lancement de la nouvelle application mobile de traçage survient alors que la province procède également à une mise à niveau importante de son système de collecte de données. Le système actuel est critiqué fortement par les bureaux de santé régionaux.

Le nouveau système d’information sur les laboratoires de l’Ontario sera déployé dans les 34 bureaux de santé publique de la province au cours des deux prochains mois. Il devrait permettre de collecter et d’analyser plus rapidement les données et de les partager plus efficacement au sein des différentes communautés.