Impacts COVID-19 : Résumé du 12 juin

Julien Cayouette
Julien Cayouette
Le Voyageur
Plages et «cercles sociaux»

À la mise à jour matinale du 12 juin, le nombre de personnes qui ont reçu un diagnostic positif de la COVID-19 en Ontario depuis le début des tests était à 31 726 (+182). Le total incluait 26 187 guérisons (+302) et 2498 décès (+11).

Algoma, qui a eu plus de temps à avoir des cas au début de la pandémie, continue à en voir apparaitre aujourd’hui.

Santé publique Sudbury et districts : 64 cas (64 résolus, 2 décès). Aucun nouveau cas depuis le 17 mai.

Bureau de santé Porcupine : 65 cas (57 résolus, 7 décès). Aucun nouveau cas depuis le 10 mai.

Bureau de santé du district de North Bay-Parry Sound : 29 cas (28 résolus, 1 décès). Aucun nouveau cas depuis le 3 juin.

Service de santé du Timiskaming : 18 cas (18 résolus, 0 décès). Aucun nouveau cas depuis le 13 mai.

Santé publique Algoma : +1, 23 (21 résolus, 0 décès).

Plages

La saison des plages va bientôt commencer dans le Grand Sudbury — surtout avec températures chaudes qui reprendront la semaine prochaine — et Santé publique Sudbury et districts commence ses tests réguliers de la qualité de l’eau. Le service rappelle du même coup qu’il y a des mesures de sécurité en place pour prévenir la propagation de la COVID-19. Une distance de deux mètres doit être respectée entre les personnes et les groupes et les groupes ne peuvent pas être composés de plus de 10 personnes. Les terrains de jeux et structures de jeux pour les enfants demeurent fermés.

Des «cercles sociaux»

Émilie Pelletier – Initiative de journalisme local – Le Droit

Le gouvernement de Doug Ford a décidé de mettre en place un concept de «cercles sociaux», qui permettra aux Ontariens d’ajouter un plus grand nombre de personnes avec qui ils pourront avoir des contacts «de proximité», soit jusqu’à dix personnes. Cette approche peut commencer dès vendredi.

Au sein de ces «cercles sociaux», toutes les interactions, incluant les câlins, sont acceptables. Le port du masque ne sera pas nécessaire pour les interactions entre les membres d’un même cercle.

Pour organiser ces cercles sociaux ou familiaux, le gouvernement ontarien a mis en place cinq étapes à suivre.

D’abord, les personnes d’un même ménage constituent les premiers membres du cercle social. C’est à ce nombre que les membres pourront ajouter des proches, jusqu’à un maximum de dix personnes.

Ensuite, ceux-ci devront s’assurer que toutes les personnes ajoutées à un cercle social aient préalablement consenti à en faire partie.

Le gouvernement recommande ensuite que les membres d’un cercle social s’assurent de la sécurité des uns et des autres et de continuer la distanciation physique avec quiconque ne faisant pas partie d’un même cercle social.

Finalement, les autorités sanitaires de la province demandent aux Ontariens de ne pas faire partie de plus d’un cercle social.

Mais attention, les personnes qui ont une santé plus instable ou qui sont plus à risque, ainsi que certains travailleurs de la santé, entre autres, «peuvent souhaiter de ne pas participer à un cercle familial ou social, limiter la taille de son cercle ou limiter la quantité d’interactions avec son cercle», précise le ministère de la Santé, Christine Elliott.

Quels seront les bénéfices de la mise en place de ces «cercles sociaux»? Selon les autorités sanitaires de la province, cette stratégie «contribuera à alléger le fardeau de la pandémie de COVID-19 et les mesures de santé pour les Ontariens, tout en minimisant le risque de transmission du virus».

Les «cercles sociaux» devraient aussi permettre de soutenir la santé mentale et de réduire l’isolement social, d’offrir des options aux personnes qui pourraient avoir besoin de recevoir le soutien de personnes à l’extérieur de leur ménage, notamment pour la garde d’enfants ou les soins aux personnes âgées.

Selon le ministère de la Santé, il sera plus facile de déterminer rapidement ceux avec qui une personne ayant contracté la COVID-19 a eu des contacts de proximité.