Deux doses obligatoires pour fréquenter les campus postsecondaires

Philippe Mathieu
Philippe Mathieu
Le Voyageur

Les campus universitaires et collégiaux de l’Ontario devront avoir une politique de vaccination, et ce, à partir du 7 septembre. Le gouvernement de l’Ontario a annoncé cette initiative le 17 aout. Chaque institution postsecondaire doit renforcer ces mesures d’ici là. 

À Sudbury, l’Université Laurentienne avait déjà annoncé le 16 aout qu’elle exigerait le vaccin. D’autres en province l’avaient fait la semaine précédente.

Le même jour, le Collège Boréal a annoncé que toute personne qui souhaitent accéder aux installations et aux campus du collège devra avoir reçu au moins une dose d’un vaccin approuvé par Santé Canada. La deuxième dose devra être atteinte au plus tard le 4 octobre 2021. Après cette date, les personnes n’ayant pas reçu les deux doses de vaccin devront se soumettre aux tests de dépistage régulièrement pour y avoir accès.

Selon les exigences du gouvernement, chaque personne devra fournir une preuve de soit une vaccination complète contre la COVID-19, une raison médicale pour ne pas être vacciné ou un suivi d’une séance de formation sur la vaccination. Ceux qui ne fournissent pas de preuve de vaccination complète devront subir régulièrement des tests de dépistage rapide. 

Ces mêmes politiques d’immunisation seront appliquées à d’autres milieux à risque élevé, comme les maisons de retraite agréées, les refuges pour femmes et les foyers de groupe et les programmes de jour pour les adultes ayant des troubles de développement, les centres de traitement des enfants et autres services aux enfants ayant des besoins 

Pas juste le postsecondaire

Bien que les institutions postsecondaires renforcent ces mesures d’immunisations obligatoires et que le ministère de l’Éducation a l’intention de mettre en place une politique de vaccination pour tous les employés des conseils scolaires financés par les fonds publics, le personnel des écoles privées ainsi que pour tous les employés des milieux de garde d’enfants agréés, l’idée fait son chemin et se diffuse dans d’autres domaines. 

D’ailleurs, les syndicats d’enseignants se sont prononcés en faveur de la vaccination obligatoire dans les écoles, tout en respectant ceux qui ne peuvent pas recevoir le vaccin.

Début de la troisième dose

La province commencera à offrir une troisième dose du vaccin contre la COVID-19 aux personnes présentant le plus de risques. Il s’agit notamment de ceux avec des problèmes de santé sévère ainsi que les résidents de milieux d’hébergement collectif à risque élevé, y compris les foyers de soins de longue durée, les maisons de traite autorisées à risque élevé et les pavillons de soins aux ainés des Premières Nations. Les mesures sont en planification avec les bureaux de santés. 

Troisième phase en pause, plus grande admissibilité au vaccin

Citant l’évolution des données concernant le variant Delta, le gouvernement a décidé de suspendre le Plan d’action pour le déconfinement. À ce jour, la province a atteint le jalon important de plus de 81 % des Ontariens âgés de 12 ans et plus ayant reçu une première dose et on s’attend à atteindre l’objectif de 75 % de personnes vaccinées avec une deuxième dose plus tard ce mois-ci. 

À compter du 18 aout, tous les enfants qui auront 12 ans avant la fin de cette année seront admissibles à recevoir leur première dose du vaccin contre la COVID-19.