COVID-19 : Mise à jour du 16 septembre

Julien Cayouette
Julien Cayouette
Le Voyageur
100e cas pour Santé publique Sudbury + Outil de dépistage en ligne pour l'école + Vers 50 000 tests par jour

À la mise à jour matinale du 15 septembre, le nombre de personnes qui ont reçu un diagnostic positif de la COVID-19 en Ontario depuis le début des tests était à 45 383 (+315). Le total incluait 40 245 (+154) guérisons et 2822 décès (+2). L’Ontario a effectué 28 761 tests hier.

Deux nouveaux cas dans le Nord-Est aujourd’hui.

  • Santé publique Sudbury et districts : +1, 100 cas (94 résolus, 2 décès). Ce nouveau cas est une personne qui a voyagé à l’extérieur de sa région. Il s’agit de l’un des rares cas sur l’ile Manitoulin.
  • Bureau de santé Porcupine : +1, 77 cas (65 guérisons, 9 décès). Enquête sur la source de la propagation en cours.
  • Bureau de santé du district de North Bay-Parry Sound : 39 cas (37 résolus, 1 décès). Dernier cas : 14 septembre.
  • Service de santé du Timiskaming : 19 cas (19 résolus, 0 décès). Dernier cas : 29 juillet.
  • Santé publique Algoma : 29 (29 résolus, 0 décès). Dernier cas : 3 septembre.

Outil de dépistage en ligne pour l'école

L’adresse covid-19.ontario.ca/depistage-pour-les-ecoles/ vous mènera vers un questionnaire qui peut aider les parents, les élèves, les enseignants et le personnel à déterminer s’il est prudent de se présenter à l’école. Quelques questions évaluent le facteur de risque d’être atteint de la maladie. Il peut être rempli en moins de trois minutes et le test vous confirmera s’il est prudent d’aller à l’école ou non.


L’Ontario pourrait faire passer sa capacité à 50 000 tests par jour

Émilie Pelletier — IJL Le Droit

Alors que les files d’attente et les problèmes de capacité dans les centres de dépistage font l’objet de discussions houleuses à Queen’s Park depuis le début de la semaine, la ministre de la Santé, Christine Elliott, a assuré que son gouvernement a l’intention de faire passer la capacité de dépistage à 50 000 tests par jour.

Actuellement, l’Ontario peut effectuer jusqu’à 30 000 tests quotidiens.

Le premier ministre Doug Ford s’est dit encouragé de voir «plusieurs jeunes personnes» en ligne pour recevoir un test de dépistage de la COVID-19. 

Toutefois, les nouvelles infections augmentent graduellement depuis la rentrée scolaire et certains centres de dépistage sont aux prises avec d’importants problèmes d’attente.

Les personnes qui doivent recevoir un test de dépistage pour la COVID-19 sont parfois confrontées à des heures d’attente à la queue leu leu, à l’extérieur. Certains sont même renvoyés chez eux après avoir longuement attendu.

À l’Assemblée législative de l’Ontario, la ministre Elliott a admis, mercredi, qu’il est essentiel de réduire le temps d’attente dans les centres de dépistage et d’analyse en laboratoires.

Cette affirmation est survenue après que le député libéral d’Orléans, Stephen Blais, ait fait part de ses inquiétudes à propos des problèmes importants dans les centres de dépistage d’Ottawa.

Ce dernier a indiqué que les Ottaviens doivent conduire de longs trajets pour se percuter à de longues heures d’attente. M. Blais a prévenu que l’absence de toilettes et les temps froids de l’hiver dans la capitale fédérale pourraient représenter un danger important pour les résidents.

Une entente possible avec le secteur privé

En conférence de presse mercredi, le premier ministre Doug Ford a affirmé que son gouvernement règle actuellement «des détails avec le secteur privé» pour que «les détaillants offrent des tests» pour aider à réduire les files d’attente.

M. Ford promet des milliers de nouveaux sites de dépistage chez «d’importants détaillants».

Rappelons qu’il avait indiqué en début de semaine être en discussions avec la chaine Shoppers Drug Mart pour un tel projet.

Il n’a pas offert plus de détails, mais il a assuré qu’une annonce à ce sujet sera bientôt faite.

Des amendes salées

Le premier ministre Doug Ford a également menacé l’imposition d’amendes à ceux qui organiseraient et participeraient à des rassemblements privés avec trop d’invités et sans distanciation — les plus sévères au pays. Le gouvernement continu à mettre en cause ce type de rassemblement pour la hausse des cas à Toronto, Peel et Ottawa. Ce serait d’ailleurs les régions où les amendes seraient le plus élevées.

Le caucus conservateur étudiait la question de la taille des rassemblements mercredi après-midi. Leur décision sera annoncée à la conférence de jeudi.