COVID-19 : Mise à jour du 14 octobre

Julien Cayouette
Julien Cayouette
Le Voyageur
Adoption plus large des services numériques + Déclin continu de la santé mentale

À la mise à jour matinale du 14 octobre, le nombre de personnes qui ont reçu un diagnostic positif de la COVID-19 en Ontario depuis le début des tests était à 61 413 (+721). Le total incluait 52 512 (+783) guérisons et 3017 décès (+0). Il y a 231 personnes hospitalisées, dont 64 aux soins intensifs. L’Ontario a effectué 32 206 tests hier.

  • Santé publique Sudbury et districts : 111 cas (109 résolus, 2 décès). Dernier cas : 13 octobre.
  • Bureau de santé Porcupine : +1, 87 cas (77 guérisons, 9 décès). Un cas asymptomatique a été détecté dans un foyer de soins de longue durée. Un examen de la situation est en cours.
  • Bureau de santé du district de North Bay-Parry Sound : +1, 42 cas (40 résolus, 1 décès). Le nouveau cas est âgé entre 20 et 39 ans et est en isolement. Le cas détecté la veille sera déjà résolu.
  • Service de santé du Timiskaming : 17 cas (17 résolus, 0 décès). Dernier cas : 5 octobre.
  • Santé publique Algoma : 39 (34 résolus, 0 décès). Dernier cas : 8 octobre.

Adoption plus large des services numériques

Un sondage mené par Interac Corp. dévoile que 75 % des Canadiens interrogés désirent que les services gouvernementaux soient accessibles en ligne plutôt qu’en personne. Pour 55 % des répondants, il est plus important maintenant d’avoir accès aux services de santé en ligne et aux services gouvernementaux (50 %). Le même sondage révèlerait que 58 % des répondants essaient de réduire les contacts lors de transactions.

Le sondage révèle également un intérêt grandissant pour la sécurité des données personnelles (62 %) et sur des façons de vérifier plus facilement l’identité des personnes avec qui ils font des affaires en ligne (65 %).

Déclin continu de la santé mentale

Morneau Shepell a dévoilé les résultats de son rapport mensuel sur l’indice de santé mentale des Canadiens. L’échelle montre un déclin constant depuis le début de la pandémie et certains problèmes, qui s’étaient calmés après la première vague, refont surface.

Aussi bien l’attitude face à l’isolement, à la dépression, à l’anxiété et à la productivité au travail ont reculé. La santé mentale des travailleurs obtient un score bas peu importe leur lieu de travail, mais ceux qui font du télétravail et ceux qui font parfois du télétravail, parfois du travail sur leur lieu de travail sont les plus affectés négativement.

Alors que les mentions de la santé financière, la peur de tomber malade et de voir un proche décéder étaient plus rare depuis l’été, elles refont surface comme causes les plus citées pour des problèmes de santé mentale.