Réjean Grenier
Le Voyageur
Réjean Grenier

Vaccins et soins de santé

Les prochaines épreuves...

Jamais un virus n’aura fait autant parler de lui que ce maudit coronavirus. Depuis le début de l’année, ce virus et la maladie qu’il cause, la COVID-19, mobilisent les journalistes partout dans le monde. Avec raison puisque la COVID -19 est mortelle dans plusieurs cas. Lundi, il y avait eu 12 590 décès au Canada, 1 529 000 dans le monde.

Dans la dernière semaine, deux nouvelles liées au virus ont fait les manchettes : la deuxième vague de propagation du virus dans les maisons de soins de longue durée et l’arrivée prochaine de vaccins.

Comme si nous n’avions rien appris lors du printemps dernier, il apparait maintenant que plusieurs maisons de soins de longue durée ne sont toujours pas prêtes pour faire face à la deuxième vague, qui les frappe présentement de plein fouet. La plupart ont bien sûr développé des mesures de sécurité pour contrer la propagation du virus, mais plusieurs font face à un manque flagrant de personnel pour assurer la conformité à ces protocoles. De plus, certaines institutions sont encore à court d’équipement sanitaire, comme des masques, dont l’utilisation est pourtant mandatée par les gouvernements.

De plus, plusieurs résidences ont maintenant le culot de faire payer leurs résidents pour cet équipement. On parle de plusieurs centaines de dollars facturés aux résidents qui payent déjà très cher pour y être logés. Ce n’est pas juste et les gouvernements devraient bannir cette pratique.

La nouvelle qui risque cependant de faire le plus parler dans les prochains mois est certainement l’arrivée de vaccins. Trois sociétés — Pfizer-BioNTech, Moderna et AstraZeneca — ont déjà terminé leurs essais cliniques et affirment que leurs vaccins sont efficaces à plus de 90 % et sans effets secondaires néfastes. Les services de santé de la Grande-Bretagne ont déjà accordé une approbation d’urgence au vaccin Pfizer-BioNTech et devraient commencer à vacciner la population dans les prochains jours.

Au Canada, on dit que Santé Canada approuvera ce vaccin dans les prochaines semaines et que les personnes les plus à risque — résidents des maisons de soins de longue durée, personnes âgées et personnel médical — pourraient recevoir leurs doses en début 2021. Le gouvernement prédit que tous les Canadiens pourraient être vaccinés d’ici l’automne 2021. La logistique de cette vaste campagne de vaccinations a été confiée à des militaires et ces derniers sont déjà en contact avec les autorités médicales des provinces qui seront responsables des inoculations.

La logistique ne sera cependant pas le seul problème lié à cette opération. Le plus grand danger, c’est la désinformation propagée par les antivaccins (antivaxxers). On voit déjà que les mensonges de ces gens qui prennent leurs opinions pour des faits ont ébranlé la confiance publique. Au printemps dernier, plus de 70 % des répondants affirmaient être prêts à recevoir un vaccin contre le coronavirus. À la suite des messages remplis de faussetés publiés sur les réseaux sociaux, ce pourcentage était réduit à quelque 50 % il y a quelques mois. Heureusement, en ce moment, on est revenu plus près du 70 %.

Nos gouvernements devront faire preuve de courage et d’ingéniosité pour contrer ces oiseaux de malheur. Il faut dès maintenant lancer des campagnes de publicité pour remplacer leurs affirmations alarmantes par des vérités scientifiques. Parce que sans un nombre élevé de gens vaccinés, ce virus continuera de faire des ravages.