Questions de petits, de moyens et de gros sous

Réjean Grenier
Réjean Grenier
Le Voyageur

La COVID et les commerces

À Sudbury, nous vivons présentement une recrudescence des cas de COVID-19. La semaine dernière, le district de Sudbury comptait près d’un quart de tous les cas en Ontario alors que nous représentons moins de 15 % de la population de la province. C’est tellement dramatique que Santé publique Sudbury et district a dû raviver certaines mesures de précautions, comme la réduction du nombre de clients dans certains établissements où la preuve de vaccination est demandée; cinémas, restaurants et salles de sport. Pourtant, certains de ces commerces ne se plient toujours pas au mandat vaccinal. Il y a des restaurants qui ne vérifient pas le statut vaccinal des clients et rares sont ceux qui ont téléchargé l’application permettant de vérifier le code QR des vaccinés. Il faut dire que ces établissements sont une minorité, mais leur laxisme est non seulement désolant, c’est dangereux. Espérons que Santé publique augmentera ses inspections et que les coupables seront punis.

Les salaires de nos dirigeants

Une récente publication sur les réseaux sociaux comparait les salaires et autres avantages financiers des maires des quatre plus importantes municipalités du Nord-Est. On y apprenait que George Pirie de Timmins reçoit une rémunération totale (chiffres arrondis) de quelques 102 000 $, Al McDonald de North Bay 81 000 $, Christian Provenzano de Sault-Ste-Marie 82 000 $ et Brian Bigger de Sudbury 229 000 $. Pour certains, notamment Brian Bigger, c’est probablement trop. Pour McDonald et Provenzano, ce n’est probablement pas assez. Seul Pirie semble être dans ce que nous pourrions considérer comme normal. Il est clair que des politiciens qui dirigent, à plein temps, des municipalités importantes devraient être bien payés. Et aujourd’hui, bien payé, c’est plus de 100 000 $. Ces hommes — ben oui, y’a pas de femmes — ont une grande responsabilité et travaillent dur pour accomplir ce que nous leur demandons. Mais il ne faut pas exagérer non plus. Hein Sudbury?

Banques et assurances

En parlant d’argent, le Globe and Mail nous apprenait lundi que le gouvernement fédéral prévoit augmenter les taxes des banques et des compagnies d’assurance d’ici la fin de l’année. Les libéraux avaient annoncé cette hausse pendant la campagne électorale. Ils prévoient augmenter de 3 % les impôts sur les profits au-delà de 1 milliard $. Les Libéraux ont aussi promis de prélever une surtaxe temporaire auprès de ces institutions afin de financer le programme de relance économique. Lors de cette annonce électorale, les banquiers ont un peu rouspété, mais ils semblent s’y être résignés depuis. Après tout, ils peuvent se permettre cette imposition et ils savent très bien qu’ils ne jouissent pas de l’appui des Canadiens. 

Mais le gouvernement devrait aller plus loin. Il y a au Canada des compagnies qui engrangent des profits plus importants que les banques. On pense notamment au secteur des technologies ainsi qu’aux minières qui bénéficient actuellement de prix élevés pour leurs produits. Elles devraient payer leur juste part itou.