Réjean Grenier
Drôle de coïncidence, la bande dessinée <em>Astérix et la Transitalique</em>, publiée en 2017, a un personnage romain nommé Coronavirus.
Drôle de coïncidence, la bande dessinée <em>Astérix et la Transitalique</em>, publiée en 2017, a un personnage romain nommé Coronavirus.

Que faire?

Au cours des prochaines semaines, plusieurs d’entre nous seront confinés à la maison en raison du coronavirus. Pour certains, ce ne sera pas un problème, mais pour d’autres plusieurs questions se posent. Voici quelques trucs.

D’abord, si vous devez vous mettre volontairement en quarantaine parce que vous revenez de voyage ou que vous avez côtoyé une personne possiblement infectée, une de vos préoccupations risque d’être financière. Tous les cas sont différents, mais, en général, votre employeur n’est pas obligé de vous payer pendant cet arrêt de travail. Sachez cependant que le gouvernement a éliminé la période d’attente d’une semaine pour recevoir de l’assurance-emploi. Vous aurez besoin d’une attestation de cessation d’emploi de votre employeur et ça risque de prendre du temps avant de recevoir votre chèque.

Il y a aussi la question des enfants qui ne pourront pas aller à l’école ni dans plusieurs garderies pendant les prochaines trois semaines. Ceci pourrait entrainer une espèce de quarantaine pour les parents. Que faire?

N’oubliez pas que, dans ce cas-ci, quarantaine ne veut pas dire pas-le-droit-d’aller-dehors. Profitez-en pour faire des marches, jouer dans la neige avec vos enfants. Ils apprécieront surement votre présence encore plus que l’air frais.

On ne peut quand même pas jouer dehors toute la journée et vous avez peut-être peur que vos enfants prennent du retard à l’école. Pour vous aider, les éditeurs de manuels scolaires français (France) ont mis leurs manuels en ligne. Pour en savoir plus, visitez outilstice.com.

Plus près de chez nous, le premier ministre Doug Ford a indiqué que son gouvernement mettrait des outils en ligne, mais ce n’est pas encore fait. Même le Centre franco-ontarien de ressources pédagogiques (CFORP), le plus grand éditeur de manuels scolaires en Ontario français, n’a aucune ressource en ligne. 

Mais on ne veut pas qu’étudier quand on est jeune, alors vous voudrez probablement permettre un peu de lecture libre ou de télévision à vos enfants. Sur Netflix, je suggère Peppa Pig en français pour les tout-petits et, pour les cinq ans et plus, Amandine Malabul, l’histoire d’une jeune fille à l’école des sorcières (même les adultes aiment ça).

Cependant, il n’y a rien de mieux que la lecture pour passer le temps en nous amenant dans le monde de l’imaginaire. Pour les plus petits, il y a bien sûr les bandes dessinées : Lucky Luke, Les Schtroumps, Spirou, les grands classiques Tintin et Astérix. N’ayez pas peur non plus de suggérer des livres qui vous semblent un peu ardus pour l’âge de vos enfants. Je suggère des Jules Verne ou des Alexandre Dumas pour les 12 ans et plus. Non seulement seront-ils envoutés par les aventures créées par ces auteurs, mais ils y apprendront aussi un bon vocabulaire, donc à mieux écrire. 

Et pour vous, deux beaux livres. Beaux dans le sens où ils nous transportent dans des mondes touchants où l’appétit de vivre est au centre de l’existence. D’abord, un petit livre de quelques 200 pages : La vie devant soi, de Romain Gary et, paru plus récemment, mais dont l’action se déroule au début du siècle dernier, Un gentleman à Moscou, de Amor Towles. Vous ne les regretterez pas.

Il faudra faire attention à ceux qui ne font pas la différence entre déconfinement et retour à la normale
Réjean Grenier

La COVID-19 est indirectement arrivée à Sudbury par les minières. Pourquoi n'ont-elles pas réduit leur production?
Réjean Grenier
Éditorial

Il est temps que les autorités de tous les pays fassent taire un groupe de mal informé qui menace la santé du monde.
Réjean Grenier
Éditorial

Le discours* d’un jeune avocat congolais, Jacques Mukenga Sefu, devant la Conférence internationale des Barreaux francophones devrait nous faire réfléchir.
Réjean Grenier
Éditorial

La semaine dernière, le premier ministre Justin Trudeau nommait la Franco-Ontarienne Mona Fortier au poste de ministre des Finances adjointe, responsable de la Prospérité de la classe moyenne.