Pas avec vous, mais pas contre vous

Julien Cayouette
Julien Cayouette
Le Voyageur

Le Canada est à nouveau dirigé par un gouvernement minoritaire. Est-ce que le parti à la tête de ce gouvernement sautera sur l’occasion pour servir d’exemple de collaboration au lieu de division?

Les peuples de l’occident n’ont jamais été autant «belliqueusement» divisés sans être ouvertement en guerre. Droite contre gauche. Écolos contre pollueurs. Science contre opinion. Blancs contre noirs. Religion contre religion. Pauvres contre riches. Végétaliens contre carnivores. Xbox contre PlayStation. Marvel contre DC...

Il n’est pas question ici de généralisation de ces ensembles. Ils contiennent tous plus de gens modérés qui essaient de créer des ponts ou qui ne montent pas aux barricades à la moindre virgule mal placée. Mais, à tout le moins, nos moyens de communication sont pris d'assaut par ceux qui ont les messages les plus radicaux.

Les désaccords ont toujours existé, mais les montées de violence verbale ou physique dans l’espace public étaient beaucoup plus rares avant que les réseaux sociaux — plus particulièrement Facebook et Twitter — créent des chambres d’échos. Ces cloisons virtuelles aux murs presque étanches permettent à ceux qui pensent la même chose de se crinquer mutuellement sans même essayer d’imaginer la vie des autres, ceux qui n’ont pas les mêmes obstacles ou les mêmes privilèges qu’eux.

Les crises d’hystérie aveuglée que l’on retrouve sur les réseaux sociaux ont finalement fait leur chemin jusqu’au Capitol américain et dans notre campagne électorale. On peut accepter une critique hurlée envers un premier ministre, mais pas un lynchage avec de la gravelle de routes mal entretenues.

Vous avez le droit de ne pas être d’accord avec quelqu’un. Mais avant de le dénoncer sur la place publique et de le traiter de tous les noms, essayez de comprendre son point de vue. Posez des questions. Lisez des explications de sources variées… et surtout de bonne réputation qui ne déforment pas la vérité à leur avantage. 

Vous ne changerez peut-être pas d’idée, mais vous adoucirez probablement votre regard. Vous ne dévoilerez pas illégalement l’adresse privée d’un professeur. Vous ne lancerez pas de roches au premier ministre. Vous ne gâcherez pas la vie d’une personne qui en arrache déjà. Vous ne détruirez pas la vie d’une personne qui ne le mérite pas. 

Vous n’êtes pas le centre de l’univers. D’autres personnes ont des problèmes.

Les politiciens ne font rien pour améliorer les choses. Démoniser l’autre parti ne veut pas dire que le vôtre est meilleur. Juste que vous êtes hypocrite. 

C’est pourquoi nous accueillons la venue d’un gouvernement minoritaire avec fébrilité. Que les politiciens apprennent à jouer ensemble comme des enfants dans un carré de sable au lieu de s’aveugler mutuellement avec le sable.