Réjean Grenier
Le Voyageur
Réjean Grenier

Lettre à l’ambassadeur de Chine

P.S. : Je ne vous enverrai pas cette lettre par la poste, vous ne valez pas le prix d’un timbre-poste. De toute façon, je suis certain que vos espions sauront bien la trouver.

Ambassadeur Cong Peiwu
Ambassade de Chine
515, rue St-Patrick,
Ottawa  ON  K1N 5H3


Votre excellence, 

Comme vous le savez, nous Canadiens sommes d’habitude très polis. Mais je vous avertis, mes propos dans cette lettre ne sont pas polis. Si cela vous incommode, vous pouvez cesser de lire maintenant.

D’abord, permettez-moi d’expliquer la difficulté que j’ai à m’adresser à vous en utilisant votre titre protocolaire d’Excellence. C’est simple, je ne crois vraiment pas que vous méritez ce titre. L’excellence, voyez-vous, est un état qui se bâtit et se manifeste quotidiennement dans toutes nos paroles et nos gestes. Or, depuis votre nomination au Canada, vos commentaires au sujet de mon pays démontrent plutôt que vous ne savez que japper les ordres du parti communiste chinois.

Je pourrais dresser une liste fort exhaustive des déclarations, menaces et autres exhortations que vous avez proférées depuis bientôt deux ans. Il me suffit cependant de démontrer ici l’inexactitude et la mauvaise foi liées à votre récente défense du semblant de procès subi par mon compatriote, Michael Spavor. 

Dans votre communiqué de vendredi dernier, publié quelques heures après le procès de Spavor — ben oui, ce n’était pas tout planifié — vous affirmez que la Chine est un pays qui respecte la règle de droit. Or la Chine n’a jamais expliqué les allégations qui pèsent contre Spavor et nos diplomates n’ont pas pu assister au procès. Ce qui va à l’encontre de la convention de Genève sur les relations consulaires et au traité consulaire entre le Canada et la Chine. Sans parler d’un procès de deux heures, sans témoins de la défense, pour des accusations comportant une peine d’emprisonnement à vie. Et la Chine serait un pays de droit? 

Dans votre communiqué mensonger, vous indiquez de plus que les autorités judiciaires chinoises traitent les cas des deux Michael de façon indépendante. Voyons donc! Quand un pays se vante d’obtenir des verdicts de culpabilité dans 99 % des cas, il est clair que le juridique répond à une autorité supérieure, c’est-à-dire au parti communiste chinois. Vous nous prenez vraiment pour des idiots.

Vos commentaires démontrent aussi que vous êtes un adepte de la langue fourchue. Depuis l’arrestation des deux Michael, vous et votre pays ne cessez de crier sur tous les toits que ces arrestations n’ont rien à voir avec l’arrestation, au Canada, de Madame Meng Wanzhou en réponse à une demande d’extradition des États-Unis. Que les arrestations des deux Michael aient eu lieu quelques jours plus tard ne veut rien dire, selon vous. Or dans votre récente publication, vous liez les deux affaires et demandez au gouvernement canadien de relâcher Madame Wanzhou. Pas très intelligent.

Évidemment, vous ne comprenez rien aux traités d’extradition, la Chine n’en ayant qu’avec d’autres dictatures, souvent de tradition communiste. Le Canada n’a pas de traité d’extradition avec la Chine. Et nous n’en aurons jamais. Ce n’est pas dans nos habitudes de livrer des gens à des pays gouvernés par des régimes sans foi ni loi.

P.S. : Je ne vous enverrai pas cette lettre par la poste, vous ne valez pas le prix d’un timbre-poste. De toute façon, je suis certain que vos espions sauront bien la trouver.