Les médias au cœur de notre identité

Le journalisme canadien meurt et notre gouvernement reste les bras croisés.

Ces temps-ci, lorsque j’ouvre mon journal, je me demande toujours si c’est la dernière fois que j’aurai la chance de lire ma chronique préférée ou une histoire sur ce qui se passe dans notre communauté. En raison d’années d’inaction du gouvernement et l’hostilité des grands joueurs, l’industrie canadienne des médias se meurt.

Il est pourtant important de ne pas oublier un détail : le journalisme canadien est important. Que ce soit à l’écran ou dans nos journaux, que ce soit au sujet d’une nouvelle initiative pour appuyer nos entreprises locales ou un nouveau programme scolaire : ces histoires nous expliquent qui nous sommes en tant que société. Si ces histoires disparaissent, nous disparaitrons aussi.

Cette idée est au cœur de ma crainte. Le journalisme canadien meurt et notre gouvernement reste les bras croisés.

Des élections sont sur le point d’être déclenchées. Je veux que nos candidats sachent que mon vote aura un prix : si vous n’offrez pas de solutions substantielles à la crise des médias canadiens, vous pouvez l’oublier.

J’espère que mes concitoyens consommateurs de nouvelles se joindront à moi pour demander plus d’action de nos élus.

Cordialement,

Andy McClellan
Grand Sudbury

NDLR : Cette lettre a été traduite de l’anglais.