La Laurentienne revient sur 2020

Message de M. Robert Haché, Ph.D., recteur et vice-chancelier de l’Université Laurentienne

2020 a été une année de bouleversements pour la communauté de l’Université Laurentienne; une époque pendant laquelle nous avons survécu et prospéré, lutté et surmonté… nous nous sommes serré les coudes à travers les défis de cette période vraiment unique.

Nous nous sommes soutenus les uns les autres dans le deuil que nous avons partagé avec les communautés universitaires de partout au Canada lorsque le vol PS752 d’Ukraine International Airlines a été abattu dans le ciel de Téhéran, en Iran. Nous nous sommes réunis pour exprimer notre reconnaissance aux travailleurs de la santé pendant les heures les plus sombres du premier confinement de la COVID-19. Nous nous sommes unis dans la solidarité pendant les troubles violents qui ont secoué des villes comme Lagos et Abuja, au Nigeria, et dans la mobilisation pleine d’espoir et déterminée de nos collectivités qui réclament l’équité, l’inclusion et la justice, de Minneapolis à Toronto, de Sudbury à la Première Nation de Sipekne’katik et au-delà.

Par contre, nous ne sommes pas seulement les témoins du tumulte de cette époque, nous sommes des citoyens actifs de notre propre histoire.

En tant que jeunes leadeurs, les étudiants de la Laurentienne et les nouveaux diplômés refont notre monde de façon puissante et constructive. La promotion de la protection de l’enfance par Mme Jane Kovarikova, diplômée, a mené à la dispense de droits de scolarité partout au pays, ce qui a permis à des membres de la population étudiante, comme Mme Shianne Van Duzen, de se faire entendre grâce à l’accès à l’éducation.

M. Jacob Pitawanakwat a fait passer sa communauté avant sa propre éducation, interrompant ses études pour aider à améliorer l’alphabétisation chez les jeunes de Wikwemikong. Mme Ra’anaa Brown, coprésidente de Black Lives Matter Sudbury, a convoqué Fierté Sudbury Pride, Place des Arts et UpHere pour concevoir la murale de rue officiellement bilingue de Sudbury consacrée à la justice raciale.

Mme Sara Elyoubi, qui a fait ses débuts comme orthophoniste dans son Maroc natal, s’est engagée à étudier et à pratiquer l’orthophonie en français ici, dans le Nord, et à devenir un membre actif de la communauté de la Laurentienne. Et Mme Nancy Rowe Henry, une Mississauga de la Nation Anishinaabek, située dans la Première Nation de New Credit, est en train de percer avec Akinomaagaye Gaamik, une initiative qui fait la promotion de l’éducation et de la guérison au moyen de méthodes, de pédagogies et de langues autochtones traditionnelles.

De plus, la communauté universitaire, les chercheurs et le personnel de la Laurentienne ont répondu à l’appel des gouvernements et de la société civile du monde entier à investir dans la recherche de solutions au problème de la COVID-19. M. Eric Gauthier, Ph.D., professeur de chimie, et son équipe de recherche ont produit un désinfectant pour les mains à l’intention des services policiers du Grand Sudbury au début de la pandémie, assurant ainsi des interventions plus sécuritaires dans notre collectivité.

Mme Jennifer Walker, Ph.D., membre des Haudenosaunees des Six Nations de la rivière Grand, fournit des données probantes aux dirigeants des Premières Nations de l’Ontario qui élaborent des politiques de santé pour protéger leurs collectivités contre le virus. Tandis que M. Stefan Siemann, Ph.D., professeur au Département de chimie et de biochimie, se sert de réalité virtuelle pour aider à trouver des médicaments contre la COVID-19.

M. Thomas Merritt, Ph.D., collabore avec M. Gustavo Ybazeta, Ph.D., de l’Institut de recherche d’Horizon Santé-Nord, et la Ville du Grand Sudbury pour faire la vérification des eaux usées dans le but de créer un système de détection précoce du coronavirus. De plus, l’Association des étudiants chinois de la Laurentienne a travaillé avec les partenaires de la Jiangxi University of Science and Technology (JXUST) en Chine pour assurer le don de quelque 8000 masques à Horizon Santé-Nord.

De même, le personnel de la Laurentienne, comme Mme Shelley Watson, Ph.D., du Centre d’excellence universitaire, a renouvelé ses outils et méthodes éprouvés pour mieux informer et soutenir les étudiants et le corps professoral tout au long de la pandémie. De plus, tandis que certains employés, comme MM. Tom Fenske et Thomas Matheson faisaient la collecte de masques et d’autre matériel pour Horizon Santé-Nord, d’autres, comme Mme Gisele Roberts, rassemblaient les lits de l’Université avec M. Pierre Fontaine et l’équipe d’entretien afin de les apporter à Horizon Santé-Nord. D’autres encore se sont dévoués entièrement à la sécurité de notre campus et de notre collectivité.

La somme totale de ces réalisations souligne la profonde incidence de l’Université Laurentienne sur notre communauté en 2020. Nous sommes fiers que notre établissement, qui célèbre cette année soixante ans de réalisations, ait servi d’incubateur à ce talent transformateur. En cette année de défis, ces esprits brillants et engagés nous offrent une promesse d’espoir.