En cette première semaine de novembre, partout à travers le pays des activités s’organisent pour souligner la Semaine nationale de l’immigration francophone.
En cette première semaine de novembre, partout à travers le pays des activités s’organisent pour souligner la Semaine nationale de l’immigration francophone.

Immigration francophone : passer des demi-mesures à une véritable stratégie

Martin Normand
Martin Normand
Francopresse
Les solutions visent les candidats et les communautés, alors que les problèmes se situeraient dans l’appareil gouvernemental et dans le leadeurship politique.

Au milieu des années 2000, le gouvernement fédéral s’est engagé à ce que les immigrants francophones constituent 4,4 % des immigrants qui s’installent au Canada, hors Québec. Près de 15 ans plus tard, force est de constater que la cible est loin d’être atteinte. Une approche renouvelée est désormais incontournable.

En cette première semaine de novembre, partout à travers le pays des activités s’organisent pour souligner la Semaine nationale de l’immigration francophone. Il s’agit d’un moment opportun pour mettre en lumière la contribution des immigrantes et immigrants à l’épanouissement des communautés francophones au pays.

Mais, comme le rappelle la thématique de cette année, «Ma couleur francophone», c’est aussi une opportunité pour effectuer un temps d’arrêt, avoir une prise de conscience autour de la discrimination raciale et renforcer nos gestes et nos comportements au nom de l’inclusion.

C’est aussi un moment opportun pour rappeler aux gouvernements fédéral et provinciaux qu’ils ont échoué à remplir leurs engagements : malgré quelques ajustements au fil du temps, la proportion d’immigrants francophones qui s’installent ailleurs qu’au Québec tarde à augmenter.

Les gouvernements tolèrent impunément leurs échecs dans l’atteinte de cet objectif, pourtant consigné dans des énoncés, des programmes et des politiques publiques. Dans tout autre domaine, on ne laisserait pas trainer une politique publique inefficace aussi longtemps.

Les représentants des communautés francophones ont raison de continuer à demander des comptes aux gouvernements et de demander des actions plus concrètes pour rencontrer les cibles fixées. Or, il faudrait aussi prendre un pas de recul et chercher la réponse à cette question : pourquoi les gouvernements ne parviennent-ils pas à rencontrer les cibles qu’ils se sont eux-mêmes fixées?

Des problèmes institutionnels

Les réponses peuvent être multiples. Le problème peut relever d’un manque de leadeurship et de volonté politique véritables, qui mèneraient à des mesures robustes permettant d’atteindre les cibles.

Il pourrait aussi relever d’une méconnaissance ou d’une sous-représentation des réalités des communautés francophones dans les efforts de recrutement de candidats francophones à l’immigration. Il pourrait relever de barrières ou de biais institutionnels qui masquent ou qui minimisent les besoins et les attentes en matière d’immigration francophone dans les stratégies gouvernementales. Il pourrait reposer sur des enjeux de coordination intergouvernementale dans les stratégies de promotion, de sélection et d’aiguillage des candidats.

Certes, quelques initiatives ont été prises : en 2019, le gouvernement fédéral a sélectionné 14 communautés francophones, dont Sudbury, qui recevront un financement dans le cadre du Plan d’action pour les langues officielles pour réaliser des projets favorisant l’accueil des nouveaux arrivants francophones.

En octobre 2020, le ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Marco Mendicino, a annoncé que les candidats à l’immigration francophones et bilingues qui utilisent le système Entrée express se verront octroyer des points supplémentaires, ce qui pourrait les avantager dans l’obtention de leur résidence permanente.

Or, ces initiatives ne règlent pas ce qui demeure un problème central depuis une quinzaine d’années : des failles dans le recrutement de candidats francophones à l’immigration.

Pour que des candidats se prévalent de leurs points supplémentaires, il faut d’abord les recruter et leur faire connaitre les communautés francophones minoritaires. Et toutes ces nouvelles structures d’accueil dans les communautés francophones accueillantes se développent en vain si les efforts de recrutement n’identifient pas de candidats francophones.

Une prise en charge élargie de l’immigration francophone

Il y aurait donc une inadéquation entre les problèmes diagnostiqués et les solutions développées.

Les solutions visent les candidats et les communautés, alors que les problèmes se situeraient dans l’appareil gouvernemental et dans le leadeurship politique. Une approche renouvelée de l’immigration francophone doit imaginer des pistes d’action plus cohérentes afin que les solutions s’arriment aux problèmes.

Si les gouvernements ne parviennent pas à imaginer cette cohérence, d’autres acteurs pourraient surement y parvenir.

Pourrait-on imaginer une prise en charge élargie de l’immigration francophone par des organismes qui œuvrent dans les communautés francophones minoritaires? Il s’agit d’un projet ambitieux qui soulève des enjeux de gouvernance et de représentativité, mais jusqu’à présent, les demi-mesures n’ont pas fonctionné!

Il est peut-être temps d’innover, de développer des mécanismes et des stratégies par et pour les francophones et qui mettraient à profit l’expérience des immigrantes et immigrants qui ont réussi à s’intégrer et à s’accomplir dans les communautés francophones minoritaires.

Ensemble, ces acteurs pourraient faire tomber les barrières institutionnelles et ériger des tremplins adéquats qui permettront enfin d’accroitre le recrutement et la sélection de candidats francophones qui s’établiront dans les communautés francophones.