Réjean Grenier
Le Voyageur
Réjean Grenier

Ah, l’école en 2020

La rentrée pourra donc être bien différente à Sudbury ou à Chapleau, à North Bay ou à Powassan.

À ce temps-ci de l’année, il est de bon ton dans le monde du journalisme de parler du retour en classe. D’habitude, c’est un peu mièvre, quelques renseignements déjà connus sur la rentrée, des souhaits de bonne chance aux élèves et aux parents et voilà, l’article est bouclé. Cette année, c’est pas mal plus difficile. Parce qu’il n’est pas facile d’être parents d’enfants d’âge scolaire en 2020.

Remarquez que depuis le mois de mars, les parents commencent à être habitués aux chamboulements. La dernière année a été complètement perturbée par l’éclosion de la COVID-19 et on est encore loin d’un retour à la normale. La rentrée risque donc d’être assez chaotique.

À mesure que les conseils scolaires publient leurs protocoles de retour à l’école, il devient clair que la situation sera différente selon les localités et les écoles. Tout en dictant certains paramètres, le gouvernement a remis les décisions importantes aux conseils scolaires. Ceux-ci font de leur mieux afin de trouver des solutions qui assurent la sécurité et la santé des enfants et des enseignants tout en leur permettant de continuer à enseigner et à apprendre. Pas une mince affaire.

Les conseils travaillent sur la corde raide en essayant de se conformer aux directives provinciales. Par exemple, il ne devrait pas y avoir plus de 15 élèves par classe dans certains conseils du sud, mais les conseils n’ont pas assez de locaux ni d’enseignants pour ça. Ils doivent faire respecter la distanciation physique ainsi que le port du masque à compter de la 4e année, mais n’ont pas assez de surveillants pour les diners et les récréations. Ils doivent donc trouver des solutions adaptées aux réalités de chacune de leurs écoles. La rentrée pourra donc être bien différente à Sudbury ou à Chapleau, à North Bay ou à Powassan.

C’est ainsi que la rentrée ne sera pas le même jour partout en province ou même sur le territoire d’un conseil scolaire. On verra aussi des écoles où les élèves seront divisés en deux groupes qui iront en classe un jour sur deux la première semaine alors que d’autres écoles prévoient des classes à tous les jours pour tous les élèves. Les heures de classe risquent aussi d’être différentes. De plus, tous les conseils ont dû créer des classes virtuelles pour enseigner aux enfants de l’élémentaire dont les parents ont choisi l’éducation en ligne plutôt que le retour en salle de classe. Et ce n’est que quelques exemples.

Le transport scolaire sera aussi perturbé. Une pénurie de chauffeurs d’autobus combinée aux mesures de distanciation forcera plusieurs parents à devoir conduire leurs enfants à l’école. Prévoyant une circulation accrue, plusieurs écoles en milieux urbains ont donc aménagé de nouvelles routes et portes d’entrée afin d’accueillir les élèves.

Face à tous ses défis, il sera vraiment important pour les parents de s’armer de patience dans les prochaines semaines, histoire de donner un peu de temps à tous pour s’adapter à la nouvelle réalité scolaire. Surtout, ne blâmez personne. Les autorités scolaires essaient de créer un système pour des centaines de milliers d’élèves, pas juste pour vos enfants.

Bonne rentrée.