Le Tutti Frutti sur la route Barrydowne
Le Tutti Frutti sur la route Barrydowne
Sudbury

Un service qui dépasse les normes, des portions qui dépassent de l’assiette

La voix du Nord
La voix du Nord
Le Voyageur
«On se considère comme un restaurant de cuisine gastronomique pour les déjeuners.»

Les restaurants Tutti Frutti de Sudbury sont de vrais pionniers. Non seulement la succursale du chemin Barrydowne a-t-elle été le premier restaurant spécialisé en déjeuner dans le Grand Sudbury, mais également le premier établissement de la franchise à l’extérieur du Québec.

Jennifer Nev est propriétaire de la succursale du boulevard Barrydowne depuis 2018. Denise Boyer est celle qui a ouvert ce premier restaurant hors du Québec en 2008 et elle est maintenant propriétaire de celui au sud de la ville, sur la rue Loache’s, depuis 2011. Elles ont toutes deux les mêmes fiertés : la qualité exceptionnelle de la nourriture qu’elles servent à leurs clients et l’environnement de travail chaleureux qu’elles procurent à leurs employés.

«Tous nos employés sont revenus», lance Jennifer Nev en faisant référence à la réouverture après la pause forcée par la pandémie — les deux restaurants ont rouvert à la fin juillet. C’est pour elle la preuve qu’elle a atteint l’un de ses objectifs : offrir un emploi de qualité et être attentif aux besoins de leurs employés. L’atmosphère de travail est joviale et les clients peuvent s’en rendre compte.

Denise Boyer est fière de faire la même affirmation, ajoutant qu’une cuisinière qui avait quitté pour un autre restaurant est revenue chez elle rapidement.

Un menu de qualité, des aliments frais

Denise Boyer, originaire de Sudbury, a découvert les Tutti Frutti lorsqu’elle travaillait en informatique à Montréal. Quand elle a décidé de revenir à Sudbury, elle a aidé son conjoint à réaliser son rêve d’avoir un restaurant. Le choix de cette franchise parmi d’autres restaurants de déjeuners s’est imposé : «On aimait mieux la bouffe de Tutti Frutti». Elle l’aimait tellement qu’elle était convaincue des succès à venir.

«On se considère comme un restaurant de cuisine gastronomique pour les déjeuners», ajoute Mme Nev.

Les deux propriétaires ne manquent pas de suggestions pour les nouveaux clients : les nouveaux sandwichs croustillants et tout spécialement les œufs bénédictines, entre autres.

Denise Boyer insiste sur le fait que tout est frais, préparé dans le restaurant. Chaque légume de votre omelette vient d’être coupé; le mélange ne leur arrive pas dans un sac en plastique, tout préparé. «Je suis très très fière de la bouffe qu’on sert. J’aime voir les visages des clients qui viennent pour la première fois, que tu mets l’assiette devant eux, qu’ils prennent des photos… c’est un moment spécial pour nous autres.»

«Les portions que vous obtenez pour le prix que vous payez sont également avantageuses», souligne Jennifer Nev, un commentaire souvent repris par les clients.

Oriana Marcantognini, de la succursale de la rue Loache, s’apprête à servir un Combo crêpe brisures de chocolat et bananes.

Adaptations COVID-19

La propreté du restaurant de Denise Boyer impressionne depuis longtemps les autorités. Les règles à suivre pour les clients depuis la réouverture sont claires et bien expliquées par les employés. Son grand local permet à Denise Boyer d’accueillir facilement jusqu’à 62 clients tout en respectant la distance de deux mètres. «Les clients voient toute la désinfection que l’on fait, donc ils se sentent encore plus en sécurité.»

Jennifer Nev dit qu’ils dépassent les normes pour assurer la sécurité de tous. «J’ai une personne qui s’occupe seulement de nettoyer les portes, les salles de toilettes et les tables.»

Ceux qui préfèrent manger à la maison peuvent quand même profiter du délicieux menu de Tutti Frutti avec une commande pour emporter.