Manque de données et de services pour les ainés francophones

Le plus récent livre blanc de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) recommande principalement une augmentation de la recherche sur les ainés francophones de l’Ontario et plus de services spécifiquement pour eux.

Ce document préparé avec l’aide de la Fédération des ainés et des retraités francophones de l’Ontario (FARFO) a été publié il y a deux semaines. 

Le document dresse un portrait relativement sombre de la situation des ainés francophones. Une série de chiffres démontrent la situation défavorable des francophones par rapport aux anglophones du Canada : augmentation plus importante du nombre de personnes âgées et population totale aussi plus âgée en moyenne, ils ont plus de chance de vivre seuls, ont un moins haut niveau d’éducation, sont en moins bonne santé, ont un revenu plus bas et ont plus de chance d’être pauvre.

Statistique Canada prévoit que, dès 2021, 18,7 % de la population sera âgée de 65 ans et plus. Cette proportion sera de 23,1 % en 2031 et de 25,5 % en 2061. 

On note également quelques contradictions défavorables. Par exemple, les personnes âgées qui ont un revenu plus faible auraient plus de chance de se trouver un logement abordable en régions rurales, mais les services de santé dont ils auraient besoin, en français de surcroit, y sont rares.

Ils ont également constaté que les ainées constituent un groupe moins homogène que les autres générations en raison, surtout, des expériences personnelles de chacun.

Recherches et autres lacunes

Ce n’est pas la première fois que le manque de recherches et de données sur la situation des ainés francophones du Canada et de l’Ontario est soulevé. C’est probablement pourquoi il s’agit de la première recommandation. 

Tout de même, à l’aide de documents et recherches existantes, d’un sondage en ligne et de consultations dans les cinq régions utilisées par la FARFO, cinq recommandations principales (encadré) ont été élaborées.

Exactement 824 membres de la FARFO ont répondu au sondage en ligne, mais le Centre de leadership et d’évaluation (CLÉ), qui a réalisé le livre blanc, signale qu’ils représentent une portion plus éduquée et plus en moyen de la population ainée.

C’est un des reproches que fait Lauria Raymond au document, une enseignante à la retraite et présidente de l’Université du Troisième âge (UTA) à Sudbury, à qui nous avons remis le livre blanc pour avoir les commentaires d’une personne concernée par le propos.

«Peut-être qu’une meilleure étude aurait été de faire du porte-à-porte dans des quartiers francophones ou auprès de gens qui s’identifient comme francophones.» Elle ajoute que le langage qui semble avoir été employé limitait certainement la compréhension des questions par les ainés moins éduqués.

Sa deuxième critique est le manque d’actions concrètes avancées dans les recommandations.

Mme Raymond a travaillé une dizaine d’années au ministère de l’Éducation dans l’équipe responsable des programmes-cadres en enseignement, elle était celle qui devait les critiquer.


« Ma question était toujours […] comment est-ce que vous allez faire ça. »
Lauria Raymond

C’est aussi le «comment» qu’elle trouve qui manque dans le cas du livre blanc. Elle craint que ce livre blanc ne mène qu’à la création d’autres comités et études. «Lâchez les documents et faites quelque chose», lance-t-elle.

Dans le Moyen-Nord

Lors des consultations régionales, les auteurs ont demandé aux participants d’identifier spontanément les enjeux les plus urgents pour eux. Pour le Moyen-Nord, on a retenu l’offre active et la promotion des services existants, les soins à domicile afin de vieillir chez soi, la maltraitance et le rôle des ainés auprès des jeunes.

Le même exercice a été fait au sujet des ressources manquantes. Les réponses incluent l’accès aux soins primaires dans certaines régions, l’accès aux services francophones dans les centres de santé, les médecins francophones, le manque de logements abordables, les services de transport et de transport adapté, des logements pour personnes semi-autonomes francophones, les centres pour les francophones (social) et la collaboration entre les intervenants.

Lauria Raymond, à travers l’UTA, a aussi constaté que les activités étaient rares : seul le Manoir des pionniers à des lits et des activités en français dans le cœur de la ville de Sudbury. «Toutes les autres places, zéro, parce que c’est privé. Si les francophones qui résident là veulent quelque chose, il faut qu’ils s’organisent eux-mêmes.»

Elle y ajoute la difficulté de faire connaitre les services existants, souvent par manque d’argent ou de ressources. Elle fait partie du conseil d’administration du Centre de formation du Grand Sudbury — qui offre des cours aux ainés — et sait bien qu’il n’est pas connu de tous.

Les listes dans le livre blanc sont plus longues, puisqu’elles incluent les enjeux et priorités des autres régions. Mme Raymond croit que, comme il y est mentionné, si on avait donné une liste à cocher aux participants, plus d’enjeux auraient été sélectionnés dans chaque région.

Les recommandations principales 

  1. Accroitre l’accès à des données pertinentes et récentes au moyen de financement d’études permettant d’identifier les besoins spécifiques des personnes âgées francophones à travers l’Ontario.
  2. Réduire la vulnérabilité des ainés francophones de l’Ontario en améliorant l’offre de services francophones communautaires, en visant à diminuer l’insécurité financière et en réduisant les barrières linguistiques pour favoriser la communication avec les professionnels de la santé; ces facteurs concomitants permettraient de réduire l’isolement des personnes âgées francophones.
  3. Accroitre l’offre de services de soins de longue durée en français ou adaptée aux francophones.
  4. Adopter une perspective intégrée du vieillissement sur les modèles fondés du cours normal de la vie ou sur le vieillissement actif et éviter de considérer la vieillesse comme une pathologie.
  5. Faire des pressions au niveau municipal pour s’assurer que des services sociaux et communautaires en français soient disponibles dans toutes les régions identifiées, au préalable par le Commissariat aux services en français de l’Ontario.

Le document entier peut être téléchargé sur le site monassemblee.ca.

Profil d'affaire

Ricky-Lee’s Da Bomb Diner

Le restaurant de Ricky McCutcheon est principalement connu pour la qualité de ses hamburgers. Cette reconnaissance est en grande partie due à sa victoire dans la première compétition Burger Wars au mois d’aout 2019; un concours organisé par la Fondation Enfants NEO où les gens votaient pour leur hamburger préféré parmi ceux de plusieurs restaurants de Sudbury.

Le médecin est loin d’être le seul professionnel de la santé qui peut vous soigner. En raison d’une pénurie de médecins il y a quelques années, le système de santé de l’Ontario a fait une plus grande place aux divers types d’infirmiers et d’infirmières, dégageant les médecins de certaines tâches et responsabilités.

Si vous demandez un rendez-vous au Centre de santé communautaire de Sudbury (CSCGGS), par exemple, vous ne rencontrerez pas nécessairement le médecin. Selon les soins requis, vous pourriez rencontrer un infirmier autorisé (IA) ou une infirmière praticienne (IP). Les deux jouent un rôle bien précis pour garder les patients en santé.

Un peu comme un corps policier a différents grades, le système de santé a ses niveaux de professionnels qui ont des responsabilités et un champ d’intervention bien précis.

À la base, il y a l’infirmière auxiliaire que l’on rencontre le plus souvent dans les hôpitaux ou les établissements de soins de longue durée. Juste après, il y les infirmiers autorisés, comme Mathieu Chartrand du CSCGS.

Les tâches de M. Chartrand sont nombreuses et touchent aussi bien la prévention que la guérison. Il peut être la personne que vous voyez avant le médecin, celui qui vient prendre les signes vitaux, qui prend de vos nouvelles et qui peut faire une première évaluation pour guider le médecin dans ses questions. Il fait aussi les suivis pour les soins de maladies chroniques — diabète et hypertension, par exemple. Il a aussi le droit de faire des injections et d’enlever des points de suture, entre autres.

Sa responsabilité s’arrête avant le diagnostic et le choix des traitements. Il ne peut pas déterminer de quel mal le patient souffre, prescrire des médicaments ou demander des tests. Il pourra par contre faire certains suivis après le début du traitement prescrit par le médecin, en personne ou au téléphone.

Si un problème sort de son champ de compétence, il peut transférer le cas à l’infirmière praticienne. Les journées d’Anne Despatie, infirmière praticienne au CSCSGS, se rapprochent un peu plus à ce que l’on imagine de la journée d’une médecin : rendez-vous à la file et beaucoup de paperasse. «On a le droit de poser des diagnostics [, comme un médecin], de demander des tests, prescrire des traitements et des médicaments», précise-t-elle. Tout ça de façon autonome, sans qu’un médecin n’ait besoin de tout confirmer. Après tout, elle a été formée pour cela.

Il y a tout de même quelques diagnostics qu’elle ne peut pas poser ainsi que quelques tests et médicaments qu’elle ne peut pas demander. Comme pour les IA, si un cas sort de son champ de compétences, elle le transfèrera au médecin, un spécialiste ou un autre professionnel, mais pourra faire des suivis par la suite. Mme Despatie donne un exemple d’interaction entre les IA et IP : «Si quelqu’un a besoin de vaccins parce qu’il s’en va au Mexique, les IP prescrivent le vaccin, le client va à la pharmacie le chercher, revient voir l’IA qui va lui injecter le vaccin.»

Rencontrer un IP ou une IA ne réduit en rien la qualité des services reçus. En fait, ils permettent à plus de personnes de recevoir les bons soins plus rapidement. «Le plus de différents professionnels qu’on a, les meilleurs soins qu’on peut donner», explique M. Chartrand.