Joy Cormier, Michelle Foster, Louise Biglow, Sharon Mills et Lorna Green, des infirmières de l’Hôpital de Timmins, se sont partagées en décembre le plus gros prix du tirage 50/50 à ce jour : 386 132 $.
Joy Cormier, Michelle Foster, Louise Biglow, Sharon Mills et Lorna Green, des infirmières de l’Hôpital de Timmins, se sont partagées en décembre le plus gros prix du tirage 50/50 à ce jour : 386 132 $.

Succès hors norme du tirage 50/50 de la FHTD

Julien Cayouette
Julien Cayouette
Le Voyageur
En deux mois de tirages 50/50, la Fondation de l’Hôpital de Timmins et du district avait récolté plus d’argent qu’avec toutes ses activités de 2019.

Un succès retentissant que la gestionnaire des relations avec les donateurs, Barb McCormick, attribue à l’esprit de fête, de plaisirs et d’éducation que les cinq employés de la fondation donnent aux tirages mensuels.

«Quand on a des activités face à face, la plupart du temps on peut voir que l’argent recueilli est d’environ 100 000 $ à 200 000 $ [par année]», dévoile Mme McCormick. À lui seul, le premier tirage de septembre a rapporté 219 352 $. En fait, le gros lot a fait un bon de 100 000 $ lors de la dernière journée de vente de billets. Les montants gagnés n’ont fait qu’augmenter depuis.

La Fondation de l’Hôpital de Timmins et du district (FHTD) n’est pas la première à organiser des tirages 50/50 en ligne — Sault-Ste-Marie a commencé en décembre 2019 —, mais c’est Timmins qui reçoit maintenant trois ou quatre appels par semaine pour se faire demander le secret du succès de leur premier tirage. L’entreprise Ascend Fundraising Solutions, qui gère plusieurs tirages du même genre, leur a confié que le premier mois de la FHTD a été le plus performant qu’ils ont vu.

«On a l’appui de la communauté, ils aiment ce qu’on fait, croit Mme McCormick. Nous savons que nous avons besoin de rassurer les gens qui participent sur ce qu’on fait avec l’argent.»

Début

La Fondation a fait quelques tests à plus petite échelle en 2019 avec des tirages 50/50 parmi les employés de l’hôpital. Le succès les a encouragés à élargir le tirage à tous les résidents du district; un bassin de 115 000 personnes. 

«L’impact du COVID a accéléré notre projet pour l’introduire le plus vite que possible. Ça nous a aidés à faire quelque chose strictement sur l’internet», explique Barb McCormick. Les activités de financement prévues au cours de l’année 2020 ont évidemment toutes dû être annulées.

L’équipe avait estimé recueillir environ 70 000 $ par tirage mensuel. Elle a de loin dépassé ce chiffre.

Leur permis est valide seulement jusqu’en aout, mais ils ont bien l’intention de faire une demande de renouvèlement.

Utilisation des fonds

La promotion des tirages est aussi l’occasion d’éduquer la population et de présenter les besoins de l’hôpital. «On démontre ça avec des photos de certaines pièces d’équipement et une brève description du fonctionnement et comment ça va aider les professionnels, décrit la gestionnaire. Nous savons qu’on a besoin de faire comprendre à tous les participants ce qu’on fait avec leur argent. Sans eux, on ne peut pas faire de bonnes choses pour notre hôpital.»

Ce ne sont pas les projets qui manquent. La Fondation a une liste d’équipements à remplacer d’ici 5 ans. La valeur totale de la liste est de 35 millions $. 

En plus des équipements, ils peuvent aussi choisir des projets qui ont besoin d’un peu plus d’attention de façon pressante. En décembre, c’était le département de pédiatrie — l’argent a aussi permis d’offrir des cadeaux aux enfants. En février, ce sera au tour du département cardiopulmonaire, qui a besoin de ventilateurs et d’autres équipements.