Rien de misérable à Misery Bay

Julien Cayouette
Julien Cayouette
Le Voyageur

Lorsque l’on cherche des paysages époustouflants, on regarde souvent vers les hauteurs. Montages, falaises et ravins frappent l’imagination et offrent souvent des paysages impressionnants. Le parc Misery Bay sur l’ile Manitoulin offre un paysage plat tout aussi impressionnant.

À certains endroits dans les sentiers et sur le bord de la baie Misery, on marche sur de gigantesques dalles de pierres plates, presque horizontales. Elles semblent plonger extrêmement tranquillement dans l’eau. On a l’impression que l’on peut marcher pendant longtemps sans que l’eau n'atteigne nos genoux (je n’ai pas vérifié!).

Cette formation rocheuse rare est un alvar. En Amérique du Nord, il y en a uniquement en Ontario et au Québec. Ils sont formés de roches calcaires et dolomitiques et sculptés par d’anciens glaciers. Si les pierres sont recouvertes de terre, c’est une couche mince. Ceci crée un habitat difficile qui accueille des espèces de plantes et d’animaux rares et uniques. Plusieurs plantes ne poussent qu’à cet endroit sur l’ile Manitoulin et on peut y apercevoir des oiseaux plus rares.

La variété dépasse la faune et la flore. En plus de la plage de pierres plates, il y a une place de pierres rondes, une plage de sable entre les deux et, sur le bord du lac Huron, des pierres plus grosses abimées par les éléments.

Puisque le terrain est plat, la marche est facile. Il faut parfois se pencher pour passer sous un arbre tombé dans les sections en forêt, mais il n’y a pas de côtes à monter ou descendre. De plus, les sentiers sont très bien balisés.

Le parc comprend quatre sentiers aménagés et qu’il faut respecter pour ne pas détruire les habitats plus fragiles. Il est possible de faire des boucles d’environ 6 km ou jusqu’à 14 km et ainsi rejoindre la baie Mac à l’est. Le niveau de l’eau du lac Huron peut cependant influencer les sentiers accessibles. Lorsque le niveau est plus élevé, les plages ne sont plus accessibles.

Misery Bay est le seul parc provincial de l’ile Manitoulin et est une réserve naturelle protégée. Il y a un centre d’accueil à l’entrée ouvert en semaine. Le stationnement est payant, mais l’accès aux sentiers, praticables été comme hiver, est gratuit.

Pas besoin de créer des sentiers artificiels.
Difficile de se perdre.
Misery Bay accueille plusieurs espèces communes et rares, comme les asclépiades, fleurs préférées des papillons monarques.
Un lys orange.