Le groupe de femmes qui ont cousu des jaquettes pour les travailleurs de la santé au Centre de l’Âge d’or de Kapuskasing en respectant les règles de distanciation physique.
Le groupe de femmes qui ont cousu des jaquettes pour les travailleurs de la santé au Centre de l’Âge d’or de Kapuskasing en respectant les règles de distanciation physique.

Le travail des COVID-19 Sewing Angels de Kapuskasing

Un groupe de femmes du club d'âge d'or ont donné un coup de main à l'hôpital

Malgré le confinement, le Centre de l’Âge d’or de Kapuskasing a eu la permission d’ouvrir ses portes à un groupe de couturières. Le groupe de bénévoles s’est donné le nom de COVID-19 Sewing Angels et a fabriqué des jaquettes pour le personnel de l’hôpital Sensenbrenner de Kapuskasing.

Le projet a été initié par Jocelyne Perron, qui a communiqué avec l’hôpital pour connaitre un besoin spécifique avec lequel elle pourrait les aider. «L’hôpital l’a mis en communication avec le Dr Pierre Plamondon, qui lui a demandé de faire des jaquettes», raconte la présidente du Centre d’âge d’or de Kapuskasing, Madeleine Paquette. Le médecin espérait en avoir au moins 80.

Il a fallu commander le tissu qui répondait aux exigences du ministère de la Santé. Elles ont aussi recruté une douzaine de couturières qui voulaient s’engager.

Avec le tissu, elles ont reçu des directives très spécifiques pour la confection des jaquettes. «Certaines de ces directives étaient de ne pas épingler le tissu pour le tailler ou le coudre. Le tout devait être cousu avec des coutures françaises et avoir un poignet en tissu extensible, ce qui permettait que les jaquettes soient réversibles et s’ajuste à toutes les tailles», explique Mme Paquette.

«Plusieurs dames ont débuté le projet à partir de leur maison. Elles ont vite réalisé le défi d’espace et la monotonie du projet», rapporte Mme Paquette.

Une des jaquettes conçues par les COVID-19 Sewing Angels.

L’hôpital a donc demandé à la Ville de Kapuskasing la permission d’utiliser le Centre d’âge d’or tout en respectant les consignes de distanciation physique. Cet arrangement a facilité le travail des dames et leur a donné plus d’espace pour tailler les 300 mètres de tissu pour le projet.

Le projet a été un succès. Certaines ont continué le projet à la maison pendant que d’autres étaient à l’œuvre au Centre d’âge d’or. «Les dames ont confirmé que le projet a été une bonne activité pour leur moral, même si elles devaient éviter de se déplacer.»

Elles ont travaillé deux jours par semaine pendant trois semaines pour terminer la confection de 136 jaquettes qui ont déjà été livrées à l’hôpital.

Nipissing Ouest

L’enseignante de l’École secondaire publique Odyssée, Sylvie Vannier, va se souvenir longtemps de son expérience saut avec l’équipe de parachutistes des Forces armées canadiennes. L’éducatrice franco-ontarienne native de Sturgeon Falls fait partie de ceux et celles qui ont réalisé leur rêve de sauter d’un avion avec la formation des SkyHawks. En plus, elle l’a fait au-dessus du Concours international de labour à Verner.