Le nouveau whip du Nouveau parti démocratique de l’Ontario et député de Timiskaming–Cochrane, John Vanthof.
Le nouveau whip du Nouveau parti démocratique de l’Ontario et député de Timiskaming–Cochrane, John Vanthof.

En politique, les liens familiaux sont source d’histoires amusantes

Marc Dumont
Marc Dumont
Initiative de journalisme local - APF
Qu’arrive-t-il lorsque oncle et neveu sont tous deux élus, mais pour des partis différents? John Vanthof raconte.

Le député de Timiskaming-Cochrane, John Vanthof, a été nommé whip du Nouveau Parti démocratique de l’Ontario le 4 février. Le whip est le préfet de discipline du parti et celui qui travaille avec tous les partis pour assurer le bon fonctionnement de la l’Assemblée législative.

«Je suis honoré que notre cheffe, Andrea Horwath, m’ait choisi pour assumer ce rôle lors de la prochaine session», dit M. Vanthof.

En plus de devenir whip des néodémocrates, M. Vanthof accède également à la fonction de chef adjoint de l’opposition officielle avec sa collègue Sara Singh, députée de Brampton-Centre. Il conserve son rôle de porte-parole pour les secteurs de l’agriculture et de l’alimentation, de même que des affaires rurales.

Il est chargé de critiquer le travail du ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario, le conservateur Ernie Hardeman, qui est son oncle. «Nous nous entendons sur le plan personnel, mais ne sommes pas d’accord sur bon nombre des politiques de son gouvernement», dit M. Vanthof.

Interpelé sur cette situation inusitée, Ernie Hardeman a préféré ne pas confier comment il concilie vie familiale et vie politique. Cependant, il n’en fallait pas plus pour que John Vanthof se prête au jeu pour partager certaines de ses espiègleries. «Mon oncle et moi formons un drôle de couple à l’Assemblée législative. II m’invite au souper de l’Action de grâce chaque année, mais n’est pas surpris si je ne me présente pas», raconte-t-il. 

«En fait, je suis né dans la maison où mon oncle habite présentement. C’est là que j’ai mangé du spaghetti pour la première fois. Mon premier banana split, c’est avec mon oncle Ernie que je l’ai dégusté. Lui commandait le sien sans banane», raconte le député.

«Une fois, tout récemment élu, je me suis levé en chambre et j’ai commis l’erreur, en lui adressant la parole, de l’appeler oncle Ernie au lieu de député pour Oxford», se souvient John Vanthof. Depuis, les députés des deux côtés de la chambre le nomment affectueusement «oncle Ernie». «J’espère qu’il prend ça comme un compliment. Quant à moi, je suis fier de lui», ajoute-t-il.

La bonne guerre entre les deux hommes se manifestait lors d’évènements pré-COVID-19 quand ils s’adressaient à la foule. Si M. Hardeman était le premier à parler, il présentait John Vanthof comme le mouton noir de la famille, la brebis égarée. Si c’était M. Vanthof, il s’adressait habituellement à la foule en disant : «Je voudrais vous présenter le ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales, que je connais comme oncle Ernie et pour ceux qui se demandent pourquoi je ne suis pas un conservateur, c’est clair que vous n’avez pas encore rencontré mon oncle Ernie.»

John Vanthof n’aurait pas pu se présenter pour le Parti conservateur après le conflit qui a marqué le projet d’enfouissement à la mine Adams, située près de Kirkland Lake, en 1996. D’importants intérêts financiers, appuyés par les conservateurs de l’ancien premier ministre Mike Harris, voulaient envoyer les déchets de Toronto par train en passant par le Témiskaming. Toute la communauté agricole du Témiskaming s’était mobilisée pour bloquer le projet. Après une chaude lutte, le gouvernement est revenu sur sa décision. John Vanthof, alors président de la Fédération de l’agriculture du Témiskaming, avait été de ceux qui s’étaient battus bec et ongle dans un conflit digne de la confrontation entre David et Goliath.