«En cette journée de fête, j’invite l’ensemble de la population à oser rêver à l’avenir»

La Saint-Jean-Baptiste est la fête nationale de la francophonie canadienne et du Québec. Il s’agit d’une occasion de célébrer ce qui nous rassemble et de se réjouir du retour du beau temps. Alors que nous vivons tous d’importantes épreuves, la fête de cette année nous impose à réfléchir sur notre avenir. 

La situation de l’éducation universitaire en français à Sudbury est certes inquiétante. Nos jeunes du secondaire quittent le Nord pour poursuivre leurs études à l’extérieur du pays de Dickson. Plusieurs étudiants ont également décidé de terminer leurs études ailleurs. L’exode du Nord est une réalité qui nous habite depuis plus d’un demi-siècle. Trouvons donc des solutions, ensemble, pour renverser la vapeur.

Comme institution universitaire, l’Université de Sudbury a un devoir de tout mettre en œuvre pour inspirer nos jeunes à poursuivre leurs études ici, dans le Nord. Nous avons également une responsabilité envers notre communauté d’attirer de nouveaux talents qui viennent de partout au monde afin qu’ils puissent se réaliser pleinement.

L’Université porte un projet d’espoir, de renouveau, d’engagement, de collaboration et de coopération. Il cherche à miser sur les expériences positives que nous devons offrir à nos étudiantes et à nos étudiants. Il ose briser les silos et donne le droit à notre communauté de rêver à un avenir meilleur. C’est un projet qui veut légitimer le fait français et faire la démonstration au monde entier que nous sommes capables de contribuer à l’essor culturel, économique et sociétal de notre société.

L’Université de Sudbury est donc un projet de société par, pour et avec les étudiants et l’ensemble de la communauté sudburoise. Il cherche à habiliter ses communautés à décider par elles-mêmes de leur avenir. Il cherche à travailler de concert avec les peuples autochtones afin de trouver des solutions viables pour permettre notre essor collectif.

En cette journée de fête, j’invite l’ensemble de la population à oser rêver à l’avenir.

Serge Miville, Ph. D.
Recteur et vice-chancelier
Université de Sudbury