Courrier

 Nous parlons d’accès aux services en français. Ils parlent d’accès à de l’eau potable.

Dans le numéro du 26 février 2020 du journal Le Voyageur, on peut trouver une caricature avec deux hommes qui manifestent pour l’égalité des francos. La caricature fait référence aux blocages des voies ferrées en solidarité avec la Première nation Wet’suwet’en et l’un des personnages dit «J’espère qu’il ne faudra pas le faire à notre tour!» L’objectif de la caricature n’est pas clair. Au meilleur, on peut y voir une certaine empathie envers la cause des manifestants, exprimée toute croche. Au pire, c’est une manifestation d’un discours identitaire nombriliste franco-ontarien. Nous parlons d’accès aux services en français. Ils parlent d’accès à de l’eau potable. C’est une méchante différence. Mais elle n’est pas insurmontable.

Courrier

Par Joel Belliveau, professeur agrégé en histoire, UL

On a récemment suggéré que Victor le Voyageur, la mascotte sportive de l’Université Laurentienne, serait un « symbole colonial » qui représenterait « une facette raciste de l’histoire » (Lambda, le 13 janvier). L’idée de mettre Victor à l’écart a aussi été justifiée par l’argument voulant que ce ne soit pas « tout le monde qui se sente représenté par une mascotte d’homme blanc ». Cette discussion — et ces deux arguments — ont fait écho chez moi d’abord en tant qu’historien, mais aussi en tant que membre d’un groupe minoritaire.

Courrier des lecteurs

À l’approche du scrutin fédéral, les réseaux sociaux sont inondés de mèmes à l’endroit des partis politiques et de leur chef.

Je sursaute à chaque fois que j’en vois passer un invitant les citoyens à voter conservateur pour mettre fin aux déficits répétés des libéraux ou vice versa, comme si l’un faisait mieux que l’autre.