Un restaurant du Témiskaming se réinvente

L’ancien restaurant du centre-ville de Haileybury, le Café Météor Bistro, s’est transformé cette année, mais pas dans la direction envisagée par ses propriétaires lors d’une première réunion publique le 24 mars.

L’établissement, qui est détenu par deux entrepreneurs francophones de la région, Nicole Guertin et Jocelyn Blais, accueille depuis la fin de l’automne une microbrasserie de la compagnie Whiskeyjack Beer.

Situé à quelques pas du lac Témiscamingue, le Café Météor Bistro se trouvait dans un édifice centenaire rénové par le couple en 2016. Il a ouvert ses portes pour la première fois l’été de l’année suivante et le restaurant a connu une popularité remarquable auprès des résidents et des touristes.

Par contre, malgré un chiffre d’affaires prometteur et une excellente réputation auprès des artistes, les propriétaires du Météor ont vite réalisé que les heures de travail et les exigences de la restauration étaient trop élevées pour eux.

«Ce qu’on avait réalisé, c’est qu’on n’était pas des restaurateurs. On avait développé un restaurant pour vraiment répondre aux besoins de nos clients et puis de la communauté. Mais pas longtemps après avoir ouvert le restaurant, on a réalisé que ce n’était vraiment pas pour nous», reconnait Mme Guertin.

Ils ont donc cherché la meilleure façon de préserver ce bijou du Témiskaming ontarien en demandant les avis des résidents et de la communauté d’affaires. Nonobstant plusieurs réunions et une participation active de quelques centaines de personnes au cours de l’année, Mme Guertin et M. Blais ont constaté que le modèle de restaurant coopératif étudié en premier lieu ne serait tout simplement pas envisageable et ils ont abandonné le concept.

Le propriétaire de WhiskeyJack Beer lors de l’ouverture en décembre.

«C’est difficile de vendre les restaurants, car les banques ne veulent pas les financer. J’en voyais travailler comme des malades et ça n’encourageait pas beaucoup de monde à vouloir faire ce même travail. On a regardé [faire] une entreprise dans une coopérative d’employés, mais, à mesure qu’on avançait, on a réalisé que même si les employés devaient mettre un peu d’argent, ils n’avaient pas ça à mettre.»

Ils ont commencé le processus parce qu’ils étaient «fatigué et brulé», de continuer à exploiter le restaurant et de tenter de mobiliser la communauté pour lancer une coopérative communautaire s’est révélé être un trop grand défi. «On voyait que ça avait de la misère à partir [malgré qu’il y ait 250 personnes qui sont devenues membres de la coopérative]. On n’avait pas vraiment de leadeurship pour prendre la relève au niveau d’un conseil d’administration.»

Finalement, le couple est entré en discussion avec la microbrasserie Whiskeyjack Beer en juillet, juste avant la fermeture du café en aout. Une partie de l’édifice a été converti afin d’accommoder la microbrasserie et conserver une partie restaurant. Le nouveau concept a ouvert au mois de décembre.

De plus, certains des anciens employés du Météor ont créé leur propre coopérative afin de maintenir une offre de restauration dans cet établissement.

«Tout le travail qui a été fait n’a pas été complètement perdu. La coopérative d’employés n’était pas obligée d’acheter [l’édifice]. Ils font juste donner un pourcentage de leurs ventes pour le loyer. Ce n’est pas autant un gros risque pour eux. Pour la microbrasserie, ils ne sont pas obligés de s’occuper de faire de la nourriture, mais ils offrent quand même ce service.»

North Bay

Celle qui a porté pendant longtemps le projet de maison de soins palliatifs à North Bay reviens sur ce travail de longue haleine et la présente controverse.
Val Rita-Harty

Pour une première fois, la municipalité de Val Rita-Harty a tenu un marché des fermiers hivernal dans son centre communautaire nouvellement rénové, au plaisir de nombreux acheteurs.
Grand Sudbury

L’intimidation et le harcèlement à l’endroit de la communauté LGBTQ de Sudbury se sont récemment accrus, au point où Fierté Sudbury Pride a cru nécessaire d’attirer l’attention sur la situation.