Trente ans plus tard, le français reprend sa place à Sault-Ste-Marie

Pour les membres du Centre francophone de Sault-Ste-Marie (CFSSM), janvier 2020 sera un moment de réflexion important. Il y a 30 ans, la résolution d’unilinguisme déposée par le maire de l’époque, Joe Fratesi, secouait la communauté francophone. Un moment grave qu’elle travaille encore à surmonter.

Fondé en 1982, le CFSSM est un organisme communautaire qui œuvre depuis 37 ans à faire rayonner la francophonie. Depuis 2017, il est présidé par Jessica Torrance, une jeune technicienne en éducation spécialisée et enseignante à l’École publique Écho-des-Rapides. Le Centre francophone travaille donc à insuffler un vent de renouveau pour la communauté francophone. Jessica Torrance «veut faire une différence».

Prendre sa place

À la mention de la crise linguistique, la présidente du CFSSM confirme que c’est encore une réalité tangible pour une bonne partie de la communauté. Elle souligne que la municipalité a effectué «des changements incroyables» depuis quelques années, notamment le lever du drapeau franco-ontarien du 25 septembre à l’hôtel de ville et les mots «bienvenue, welcome, biindigen» (en Ojibwe) qui se retrouvent maintenant affichés sur les autobus de la ville. «Wow. On n’aurait jamais pensé voir ça !»

En 1990, sur une population de 70 000 habitants, plus de 25 000 personnes avaient signé pour l’unilinguisme.

Quand on lui parle de défis ou d’enjeux, Jessica Torrance sourit et s’exclame : «La seule différence qu’il y a entre nous et n’importe quelle autre communauté, c’est qu’on doit tout simplement prendre notre place. La majorité des familles [qui côtoient le CFSSM] sont mixtes, anglophones et francophones. Les francophones sont portés à vouloir être équitables, ils parlent donc plutôt en anglais. Il faut juste qu’ils pensent un peu plus à prendre leur place. Les gens ont aussi parfois peur de se battre. Moi, je suis là pour être leur modèle, leur go-to

Jessica Torrance remarque que beaucoup d’anglophones s’étaient joints à la manifestation du 2 décembre 2018, pour protester contre les coupures de Doug Ford. «Cette journée d’action a eu pour effet de renforcer notre groupe. On a fait l’effort et on a réalisé que les services que le gouvernement conservateur nous enlevait étaient essentiels et qu’on devait se battre pour eux.»

Des idées d’envergure

Le Centre francophone entamera en janvier 2020 un processus de planification stratégique qui orientera les cinq prochaines années. La communauté francophone sera bientôt consultée pour contribuer à cet important nouveau plan.

Jessica Torrance a grandi à Dubreuilville, a fait ses études au Collège Boréal à Sudbury et a déménagé à Sault-Ste-Marie il y a 8 ans. L’un de ses grands souhaits pour la communauté francophone est la création, un jour, d’un centre communautaire d’envergure.

À l’heure actuelle, le CFSSM a pignon sur rue dans le sous-sol de l’École Notre-Dame-du-Sault. Pour Jessica Torrance, l’endroit devrait être plus accessible et compter plusieurs salles pour permettre l’organisation d’activités pour toute la communauté francophone.

«Il y aurait possibilité de déménager, mais je pense qu’on doit bien étudier cette idée. Nous devons encore en discuter. Un plus grand centre communautaire francophone rassemblerait les plus jeunes et les plus vieux. Je sais que c’est peut-être gros comme rêve, mais j’aimerais qu’on se rende là. Je sais que ça va arriver», déclare-t-elle avec conviction.

North Bay

Celle qui a porté pendant longtemps le projet de maison de soins palliatifs à North Bay reviens sur ce travail de longue haleine et la présente controverse.
Val Rita-Harty

Pour une première fois, la municipalité de Val Rita-Harty a tenu un marché des fermiers hivernal dans son centre communautaire nouvellement rénové, au plaisir de nombreux acheteurs.
Grand Sudbury

L’intimidation et le harcèlement à l’endroit de la communauté LGBTQ de Sudbury se sont récemment accrus, au point où Fierté Sudbury Pride a cru nécessaire d’attirer l’attention sur la situation.
Haileybury

L’ancien restaurant du centre-ville de Haileybury, le Café Météor Bistro, s’est transformé cette année, mais pas dans la direction envisagée par ses propriétaires lors d’une première réunion publique le 24 mars.