Yves Charette et le joueur de golf Jhonatan Vegas, gagnant de l’Omnium canadien 2016 et 2017.
Yves Charette et le joueur de golf Jhonatan Vegas, gagnant de l’Omnium canadien 2016 et 2017.

Yves Charette reprend du service auprès de la PGA

Julien Cayouette
Julien Cayouette
Le Voyageur

L’ouverture de la frontière canado-américaine ce 8 novembre était aussi une bonne nouvelle pour un ostéopathe de Sudbury. Yves Charette sera au Houston Open au Texas cette fin de semaine pour reprendre ses services auprès des joueurs et des caddies de la Professional Golfers' Association (PGA). 

Le professeur en massothérapie du Collège Boréal est associé à la PGA depuis 2006. Il offre des traitements d’ostéopathie aux joueurs et leurs caddies. Il peut apaiser certaines douleurs ou certains problèmes musculosquelettiques par des traitements individualisés. 

«Avant COVID, ça allait bien. On est allé à Détroit, Houston et le dernier tournoi que j’ai fait, c’était le Player’s Championship en 2020. C’est là que la COVID a frappé et ils ont dû annuler le tournoi après la première journée», raconte Yves Charette. Même s’il y a eu des tournois aux États-Unis plus tard en 2020, il n’a pas pu s’y rendre puisque la frontière était fermée.

Il est bien heureux de pouvoir reprendre du service, malgré toutes les mesures de santé en place. «Ça fait 18-20 mois que je n’ai pas vu les joueurs. C’est comme des amis maintenant les caddies et les joueurs et la gang de Levelwear.» Il aura également l’opportunité de voir sa sœur, qui demeure au Texas.

15 années d’aventures

En 2006, Yves Charette venait de terminer sa formation en ostéopathie et un son ami Marc Cormier, qui faisait des orthèses pour les golfeurs professionnels, l’a encouragé à le rejoindre sur le circuit pour offrir des traitements d’ostéopathie aux joueurs — il n’y en avait pas à l’époque. Le fait que son fils avait commencé à jouer au golf l’a encouragé à accepter la proposition. 

Jusqu’en 2009, Yves Charette offrait des traitements aux joueurs seulement. Mais, comme il aime se «garder occupé», il a commencé à offrir le même service aux caddies en 2010, ce qu’ils apprécient énormément. «À tel point qu’il y a des caddies qui viennent au Canadian Open parce qu’ils savent que je suis là.» D’autres font parfois le voyage jusqu’à Sudbury.

Depuis 2019, il s’est associé à l’entreprise de vêtements Levelwear, qui a ouvert cette année-là un salon seulement pour les caddies similaire à celui auquel les joueurs ont accès pour relaxer entre les rounds de golf.

Le Players Lounge de la PGA, où Yves Charette travaille pendant les tournois.

Les blessures ou les problèmes sont différents pour les deux groupes. Par exemple, les caddies ont surtout des problèmes de cou, d’épaules et de dos en raison du lourd sac qu’ils doivent porter toute la journée. «Souvent, les caddies se lèvent le matin, font leurs affaires et c’est go go go, ça n’arrête pas. Alors quand ils voient qu’ils peuvent avoir des traitements, surtout au tournoi, ils adorent ça. Ils se sentent choyés et sont capables de régler leur problèmes pour être capable d’aider le joueur un peu plus.»

Du côté des joueurs, il voit surtout des blessures au poignet — pour avoir frappé le sol — ou au bas du dos. Les femmes ont souvent des problèmes d’hyperflexibilité, ce qui déstabilise les joueuses. Évidemment, aussi bien les hommes que les femmes ont des problèmes avec leurs pieds.

Yves Charette a aussi commencé à travailler avec la LPGA il y a quelques années. Sur la photo, il est en compagnie que la joueuse sud-coréenne Jin Yuong Ko.