Ryan Hunter (gauche)
Ryan Hunter (gauche)

Ryan Hunter essaie toujours de faire sa place dans la NFL

Le joueur professionnel de football originaire du Nipissing, Ryan Hunter, veut démontrer cette année aux entraineurs des Chiefs de Kansas City qu’il a tout ce qu’il faut pour évoluer dans la Ligue nationale de football américain (NFL) et qu’il mérite sa chance.

Le joueur de garde offensif mesurant 1,92 mètre (6’ 3“) et pesant 143 kilogrammes (316 livres) aimerait disputer son premier match professionnel dans l’uniforme rouge, jaune et blanc des Chiefs et devenir l’un des premiers joueurs de l’Ontario français à embarquer sur le terrain d’une formation de la NFL lors de la prochaine saison régulière.

La carrière de ce Franco-Ontarien a débuté il y a un peu plus de 10 ans dans le circuit junior de football de l’Association du sport scolaire du District de Nipissing (NDA), où il a joué deux saisons avec les Barons de l’École secondaire catholique Algonquin. Afin de progresser au football, Ryan a décidé de fréquenter une école secondaire spécialisée dans le développement de jeunes joueurs aux États-Unis avant de disputer cinq saisons dans l’alignement des Falcons de l’Université Bowling Green d’Ohio, une formation membre de l’Association américaine des sports collégiaux (NCAA).

La candidature de cet agent libre a été retenue par les Chiefs au mois d’avril 2018 et, depuis ce temps, Ryan pratique avec sa nouvelle formation à temps plein. Il a tenté de retenir autant d’information et de conseils que possible au cours de la dernière année et espère maintenant faire une bonne impression auprès de ses entraineurs.

«Je pense que la chose que j’ai retenue a été simplement d’apprendre à devenir un joueur professionnel. L’année passée, c’était ma première année dans la ligue et, chaque jour, je faisais ce que les entraineurs voulaient que je fasse. Mais cette année, je suis plus confortable dans mon environnement et je sais ce qui s’en vient lors des pratiques. Je suis capable de me concentrer sur le football et pas ce qui arrive avec les autres joueurs», estime M. Hunter.

«Je pense que j’ai eu un bon camp d’entrainement à date. J’ai quand même deux autres matchs présaison à jouer, donc il faut que je continue à faire un bon travail et de bien jouer. Je pense que si je peux démontrer aux entraineurs que je devrais être ici pour la saison, que si quelqu’un se fait mal, ou si pendant la saison je commence à jouer de mieux en mieux, je peux leur démontrer que je devrais avoir ma chance de jouer.»

Au cours de la saison morte, un entraineur de la région de Kansas City l’a aidé à développer un programme d’entrainement personnel qui mise sur des habiletés qui lui seraient utiles sur le terrain. Entre autres, Ryan a fait beaucoup de course et d’haltérophilie. Il a aussi appris à faire du jiujitsu et de la boxe afin d’améliorer son conditionnement physique.

Papillons dans l’estomac

Malgré quelques papillons dans l’estomac, il a hâte au jour où il entendra son nom appelé par l’annonceur maison des Chiefs ou de l’une des 31 autres équipes de la NFL et de prendre part à son premier match de ce circuit.

«C’est définitivement excitant et un peu intimidant à cause que le stade Arrowhead est immense. Je crois qu’il y a 90 000 places. La première fois que j’ai joué [un match hors-concours], ç’a été un peu intimidant, mais aussi excitant de pouvoir jouer dans la NFL», admet-il.

«Je pense qu’à date j’ai fait une très bonne job de démontrer aux entraineurs que je devais être ici. Il faut juste que je continue avec deux autres matchs présaison pour démontrer [à Kansas City et aux 31 autres équipes de la ligue] que si je me fais couper, qu’une autre équipe va vouloir me signer. Par contre, lorsque la saison commence, j’espère être ici, à Kansas City, car j’adore l’équipe et la ville.»

Son dernier match hors-concours sera disputé le 29 aout contre les Packers de Green Bay.

Sudbury

Éric Dumais, un athlète-étudiant francophone de l’Université Laurentienne, dispute sa deuxième saison avec l’équipe de crosse des Voyageurs. Le joueur de milieu de terrain fait partie d’une équipe qui espère bâtir à long terme un programme compétitif au sein de l’Association de crosse des universités canadiennes (CUFLA) tout en favorisant le développement de ce sport dans sa ville