Les Alouettes du Collège Notre-Dame (en noir) contre le Collège St-Charles (en rouge)
Les Alouettes du Collège Notre-Dame (en noir) contre le Collège St-Charles (en rouge)

Football : Les équipes francophones à surveiller

Éric Boutilier
Éric Boutilier
Le Voyageur

Les équipes de football drapeau de l’Association athlétique des écoles secondaires de Sudbury (AAESS) ont été les premières à reprendre pleinement leurs activités depuis le début de la pandémie. 

Les Requins de l’École secondaire catholique Champlain, les Aigles de l’École secondaire catholique l’Horizon, les Panthères de l’École secondaire Macdonald-Cartier et les Alouettes du Collège Notre-Dame font partie des formations qui ont déjà disputé des matchs au complexe sportif James Jerome.

Les joueurs du circuit féminin et masculin de football seront, pour le moment, les seuls qui joueront devant de spectateurs cette saison. Des mesures ont été mises en place par les quatre conseils scolaires du Grand Sudbury pour permettre aux amateurs d’assister à des évènements parascolaires se déroulant à l’extérieur.

Le Voyageur s’est entretenu avec trois des quatre entraineurs et enseignants associés aux équipes francophones de football drapeau : Paul Renaud de l’Horizon, Ron Poulin de Macdonald-Cartier et Geneviève Diotte de Notre-Dame.

Quelles sont les attentes de votre club cette saison?

P. Renaud : En fait d’attentes, évidemment, ça fait deux ans qu’il n’y a pas eu de sports. Donc, on a des élèves qui n’ont pas fait d’exercices ou de sports ça fait longtemps. Le début va être vraiment de reprendre le niveau de conditionnement [physique] nécessaire pour jouer une pleine partie.

Nos filles ont joué et ont très bien réussi contre St-Charles (25-0). Pour faire des points, c’est une chose. Mais de ne pas permettre, ça veut dire que la défense était en bonne forme. Elles n’ont permis qu’un premier essai pendant toute la joute, une statistique pas mal incroyable.

Il y a quelques élèves de 12e qui ont joué pour nous en 9e année. C’est certain qu’elles vont agir comme des mentors et des modèles. Leurs rôles vont être très importants, surtout pour nos 9e et 10e. On en a plusieurs sur l’équipe. La base va être créée et on espère que cette base-là va être bonne pour leurs prochains deux ans.

R. Poulin : Nous avons une équipe que c’est juste la deuxième année qu’on existe. Évidemment, l’année passée, il n’y avait pas d’équipe. Mes filles de 9e année, qui sont maintenant 11e année, ont un an d’expérience. C’est bien pour nous autres étant donné qu’elles ont déjà ce vécu-là.

Nous avons quelques filles qui n’ont pas d’expérience. Celles qui en ont ont pu épauler ces filles. L’objectif c’est de pouvoir faire les éliminatoires, de continuer à s’améliorer comme équipe et approfondir nos habiletés et nos connaissances du jeu.

G. Diotte : Nos attentes sont un peu différentes pour chacune de nos deux équipes.

«Pour notre équipe juniore, on a des filles en 9e et 10e année qui n’ont jamais été sur un terrain de football avant. Pour elles, le but c’est de leur enseigner le jeu, la base et les apporter à un point où, rendues en 11e et 12e, elles vont être capables de bien compétitionner avec les autres équipes.

Pour l’équipe séniore, je pense que c’est de se rassembler encore une fois et être capable de s’amuser à jouer un sport que la majorité des filles ont été capables de jouer en 9e et 10e année. Pour elles, c’est juste de reprendre où on était quand on a été capable de jouer et de continuer à développer nos habiletés. Ça fait trop longtemps qu’on n’a pas été capable de le faire.

Les Alouettes du Collège Notre-Dame (en noir) contre le Collège St-Charles (en rouge)

Qui sont les joueuses à surveiller cette saison?

P. Renaud : On a Olivia Hinich qui est en 10e année. Elle a fait deux touchés. C’est sa première fois évidemment. Ce qui est le fun c’est qu’on a quand même de bonnes athlètes. C’est de faire le transfert avec celles qui ont déjà joué du soccer ou d’autres sports. C’est le fun d’avoir une passion de jouer.

Une autre est Hannah Kirwan de 10e qui agit comme quart-arrière et joueuse offensive. C’est une autre qu’on espère va jouer un grand rôle dans les trois prochains ans.

La dernière est Emily Windsor, qui est une athlète qui joue non seulement le football drapeau, mais elle est sur l’équipe de course de fond et de basketball junior. J’ai hâte de voir tous les différents sports qu’elle va jouer.

R. Poulin : On a 20 filles sur notre équipe. Mon quart-arrière, Adrienne Alexander, nous apporte au moins de la stabilité à cette position. C’est sa deuxième année qu’elle joue.

On a quelques joueuses clés aussi, comme mon centre Pascale Green, qui aide vraiment pour débuter nos jeux. Alexis Dubois, Sophie Dubois et Alexis Fredette sont quelques filles en 9e année aussi qui sont athlétiques et qui vont nous aider avec le déroulement de notre saison.

G. Diotte : On a de très bonnes athlètes sur notre équipe séniore. Notre quart-arrière, Haven, c’est une athlète modèle à l’école et dans son sport. On a aussi Emma qui est notre botteuse et receveuse de passe. C’est une autre qui excelle pour nous et qui est un bon modèle. Les deux filles sont aussi de bons modèles pour notre équipe juniore.