L’ARK et «Art» Boulianne reconnu par Kapuskasing

Chris St-Pierre
Chris St-Pierre

À Kapuskasing, Aristide Boulianne, ou bien «Art» ou encore «Boubou» pour les bons amis, est considéré comme l’un des ainés les plus travaillants dans la région. Depuis 2000, il contribue au bon fonctionnement d’Animal Rescue Kapuskasing (ARK), un refuge qui héberge et jumèle des chiens, des chats et d’autres animaux avec une nouvelle famille. Son dévouement à la cause lui a mérité le prix de la Personne âgée de l’année 2021 de sa communauté.

En 2016, il a pris contrôle l’ARK à la suite du décès de sa femme et fondatrice de l’organisme, Lise. 

Dans le cadre du mois des ainés, en juin 2021, le gouvernement de l’Ontario a offert la chance aux municipalités de reconnaitre une personne âgée de leur communauté. Pour M. Boulianne, c’est une belle surprise. Lorsque Le Voyageur l’a rejoint la journée de la remise le 9 aout, il ne savait pas ce qui l’attendait au Centre Civique en début de soirée.

Le conseil municipal et le maire de Kapuskasing, Dave Plourde, lui ont présenté le titre au début de leur rencontre. 

«M. Boulianne travaille pour l’organisme comme bénévole depuis plus de 20 ans, indique le maire. C’est un homme très passionné, il travaille fort tous les jours pour trouver des familles d’accueil et des adoptions.»

Art Boulianne est le responsable d’Animal Rescue Kapuskasing depuis 2016 et un bénévole de l’organisme depuis 2000.

Ce qui est d’autant plus impressionnant d’après lui, c’est que l’ARK finance ses activités sans avoir recours à des subventions fédérales ou provinciales. «Art et son équipe de bénévoles organisent des activités de prélèvement de fonds chaque année pour prendre soin des animaux et s’assurer de leur bienêtre, poursuit M. Plourde. On est très fier de compter sur des personnes comme Art pour aider la communauté.»

Du point de vue de M. Boulianne, il ne fait que son travail. Toutefois, il admet avec humilité que c’est tout un honneur de recevoir le titre de Personne âgée de l’année. «Ça veut aussi dire que je suis vieux!», ajoute-t-il avec un sourire aux lèvres. 

Après les plus de 17 ans de travail de sa femme à la barre de l’ARK, Art ne fait que «continuer à faire le travail qu’elle faisait parce que beaucoup de bénévoles s’impliquent et les gens nous appuient. C’est important d’avoir quelqu’un en ville qui parle pour les animaux.»

Bien qu’il pourrait prendre sa retraite, M. Boulianne reconnait que ce ne serait pas responsable de quitter l’ARK. Cependant, l’organisme cherche à lui trouver un successeur pour lui permettre de passer aussi plus de temps avec ses les fleurs.

Même en pleine pandémie, l’ARK continue d’accepter des animaux à la recherche d’un nouveau domicile. L’ARK est d’ailleurs à la recherche de nouvelles maisons d’hébergements temporaires. Les foyers intéressés peuvent appeler Aristide «Art» Boulianne pour obtenir plus d’informations au 705-335-1094 ou envoyer un message par la page Facebook de l’ARK.