Un drapeau franco-ontarien assure-t-il des services en français?

Émilie Pelletier
Émilie Pelletier
Initiative de journalisme local - Le Droit
Est-ce qu’un drapeau vert et blanc dans un bureau de ServiceOntario garantit que vous recevrez des services en français? Ça dépend.

Le gouvernement ontarien a annoncé la semaine dernière qu’il allait installer des drapeaux franco-ontariens dans 44 bureaux de ServiceOntario, là où se rendent les citoyens pour tout ce qui a trait à leur permis de conduire, leur vignette d’immatriculation, leur carte Santé et à leur certificat de naissance.

Questionnée jeudi après-midi par Le Droit, la députée responsable de ce projet, Natalia Kusendova, n’a pas pu confirmer sur-le-champ et sans équivoque que des services actifs dans les deux langues officielles du Canada seront offerts dans tous ces centres de services provinciaux. 

Par ailleurs, elle a précisé que ce sont en fait 29 drapeaux qui doivent être implantés, soit 15 de moins que ce qui avait été annoncé initialement. La députée n’a pas été en mesure d’expliquer ce soudain changement du nombre de drapeaux et avoue ne pas savoir «ce qui s’est passé et pourquoi on a réduit la liste».

Elle note toutefois qu’il s’agit d’une «première tranche» de ce projet et que l’intention est d’installer un drapeau franco-ontarien dans chaque bureau de ServiceOntario géré par la province. 

«Je pense que les locations qu’on a choisies pour la première tranche du projet de drapeaux sont désignées comme bureaux où on offre les services dans les deux langues», a-t-elle hasardé. 

L’Ontario compte 26 régions désignées où, en vertu de la Loi sur les Services en français, l’aide bilingue devrait être offerte au sein de tous les services gouvernementaux.

«J’attends toujours le mot de la ministre [des Services gouvernementaux et des Services aux consommateurs] Thompson. Je peux dire que le bureau dans ma circonscription [de Mississauga Centre] offre les services bilingues et j’ai vu la liste et je sais que ça touche des régions où il y a beaucoup de Franco-Ontariens, alors je suis presque sûre que oui.»

Quelques heures plus tard, la députée Kusendova a finalement confirmé au Droit que 28 des 29 bureaux de ServiceOntario ont la capacité de servir la population en français. 

Alors pourquoi avoir décidé d’installer des drapeaux franco-ontariens dans des bureaux de ServiceOntario sans avoir la certitude que les Franco-Ontariens pourront y être servis dans leur langue? 

«C’est important aussi pour nos amis anglophones de s’éduquer au sujet de l’histoire, de savoir que les droits minoritaires linguistiques francophones sont importants dans la province. Ça sert un but plus large que d’offrir les services en français. On veut honorer l’histoire francophone, riche de 400 ans dans notre province et éduquer le public anglophone.»

Un autre «beau geste symbolique»

Le porte-parole en matière de francophonie pour le NPD de l’Ontario, Guy Bourgouin, ironise qu’il s’agit, une fois de plus, d’un «beau geste symbolique» qui ne comprend aucun geste concret pour assurer les services aux francophones de la province. 

«Si on va dans un bureau et qu’on voit un drapeau franco-ontarien, on va s’attendre à des services en français», s’exclame-t-il, réitérant le besoin de plus de services juridiques et de santé en français dans la province. 

La députée libérale Amanda Simard, responsable du dossier des Affaires francophones au sein de son parti, se pose une question : «Les drapeaux vont-ils parler français?»

À ses dires, l’annonce de la députée Kusendova à propos des 44 drapeaux qui sont passés à 29 a «porté à confusion». 

«Peut-être que ce n’est pas fait exprès, mais ça induit les gens en erreur. (...) L’intention est bonne, mais ce sont le contenu, les services et les résultats qui comptent.»