L’Ontario pourrait observer son plus important déficit jamais enregistré

Émilie Pelletier
Émilie Pelletier
Initiative de journalisme local - Le Droit
Plus : Doug Ford ne respecterait pas les règles de confinement

La pandémie de COVID-19 aura un effet historique sur le budget de l’Ontario, où le déficit devrait quadrupler et atteindre 41 milliards $ au cours de la prochaine année, selon le Bureau de la responsabilité financière de l’Ontario. L’Ontario n’a jamais enregistré un déficit aussi important à ce jour.

Le Bureau de la responsabilité financière de l’Ontario (BRF) a publié, lundi, ses Perspectives économiques et budgétaires du printemps 2020.

Le BRF prévoit que les revenus de l’Ontario verront une baisse de 21,7 milliards $, soit «beaucoup plus marquée» que celle observée pendant la crise financière mondiale de 2008-09.

Selon le rapport, le ratio de la dette nette au Produit intérieur brut (PIB) explosera à 49,7 % en 2020-2021, représentant un record et une augmentation de près de 10 points de pourcentage par rapport à l'exercice précédent.

Le BRF note aussi que le fardeau de la dette de l’Ontario demeurera élevé, et ce, même lorsque l’économie reprendra en 2021.

En réaction à la sortie du rapport, le premier ministre Doug Ford a affirmé qu’il n’épargnerait pas un sous pour protéger la santé et le bienêtre de la population.

Le ministre des Finances Rod Phillips a pour sa part remarqué que son gouvernement travaille actuellement sur la relance de l’économie avec les gouvernements fédéral et municipaux.

Déficit à 25,3 milliards $ possible en 2021-2022

«La relance économique de l’Ontario dépendra de l’efficacité des mesures mises en œuvre pour juguler la pandémie et du rythme de déconfinement sûr de l’économie», fait savoir le BRF dans son exercice financier.

Le déficit budgétaire pourrait être ramené à 25,3 milliards $ en 2021-2022, mais seulement si le déconfinement se fait graduellement cet été.

«Cependant, il est fort possible que le déconfinement de l’économie prenne plus de temps que prévu en raison de problèmes de santé publique persistants», indique le BRF.

Les déficits budgétaires et la dette de la province pourraient être beaucoup plus élevés si la relance économique est retardée. Le ratio de la dette nette au PIB pourrait être porté à plus de 52 % au prochain exercice.

Un rassemblement de 6 personnes chez Doug Ford

Après avoir affirmé qu’il s’était récemment rassemblé avec ses quatre filles lors d’un repas en famille, le premier ministre Doug Ford a fait savoir que la population de l’Ontario «doit faire preuve de jugement» quant aux rassemblements.

«Je m’en tiendrais à la famille immédiate», a-t-il soutenu, en précisant que ses gendres n’étaient pas invités lors du rassemblement.

Incluant la femme du premier ministre, cela représente donc un rassemblement de six personnes.

L’Ontario interdit les rassemblements de plus de cinq personnes depuis le 28 mars.

Cette interdiction de se rassembler exclut les ménages qui comprennent cinq personnes ou plus, mais le premier ministre a confirmé que deux de ses filles n’habitent pas avec lui.

M. Ford a demandé à maintes reprises au public de ne pas se rassembler avec des membres de la famille ou avec quiconque n’habitant pas dans le même logement.

Questionné à ce sujet, le bureau de Doug Ford a fait savoir que lors d’interactions avec des individus qui ne font pas partie de son propre logement, il est recommandé de «rester à six pieds de distance, de s’assurer que les gens sont sans symptômes et de continuer à pratiquer une hygiène adéquate».

C’est la deuxième fois que le premier ministre fait fi des mesures de confinement imposées par son propre gouvernement pour lutter contre la COVID-19.

Rappelons que M. Ford s’est rendu à son chalet familial de Muskoka, lors du dimanche de Pâques, après avoir demandé aux Ontariens de ne pas se rendre à leurs chalets pour éviter de propager le virus dans les petites municipalités. Il s’est défendu en affirmant y être allé seul et y être resté une heure dans le seul but de vérifier la plomberie de la demeure.

M. Ford a indiqué en conférence de presse que l’idée de créer des «bulles familiales», un principe selon lequel les citoyens auraient le droit de retrouver familles et amis, mais en groupes plus restreints, fera bientôt son arrivée en Ontario.