La maire du Grand Sudbury, Brian Bigger
La maire du Grand Sudbury, Brian Bigger

La lumière au bout… du Kingsway?

Philippe Mathieu
Philippe Mathieu
Le Voyageur
Entrevue avec le maire du Grand Sudbury

Le maire du Grand Sudbury, Brian Bigger, est optimiste face au recouvrement économique de la ville après la pandémie de COVID-19. De grands projets comme le quartier de divertissement du Kingsway (KED), la Place des Arts et le quartier Junction du centre-ville sont «très importants pour le recouvrement post-COVID». Le Voyageur s’est entretenu avec le maire Brian Bigger pour parler d’un Sudbury après COVID-19. 

Le Voyageur : Après tous les débats et les critiques, est-ce que le KED est toujours une bonne idée?

Maire Bigger : Absolument! Si tu le calcules avec un budget 700 millions $ par année et considère la durée de vie de l’aréna existant, qui est à peu près 70 ans. On parle d’investissement dans notre communauté en opération et en capital de plusieurs milliards de dollars au fil des années. Il y a aussi un élément de renouvèlement des bénéfices d’un aréna, des impacts énergétiques et environnementaux d’une si grosse et vieille installation. 

Le projet est aussi très important pour le recouvrement économique pour la ville après la COVID. Ce sera le signal qu’il est à nouveau temps d’investir dans notre communauté. On parle ainsi d’investissements de différents niveaux de gouvernement pour investir dans différents niveaux de l’économie pour la relancer.

Nous allons de l’avant avec un investissement significatif dans le projet Junction. Au début du mois de février, nous allons commencer à consulter le public pour avoir des idées et des opinions sur le design du projet. La Place des Arts continue, avec plus de la moitié de sa construction complétée. C’est quelque chose de très prometteur pour le centre-ville. Il est très important que nous continuions d’investir dans notre communauté, pour tourner la page de la pandémie COVID-19. 

LV : Pourquoi avez-vous demandé aux employés de la Ville de rédiger un nouveau rapport sur le KED?  

Maire Bigger : Nous avons vu une énorme quantité de débats dans le public et au conseil municipal au sujet du projet au cours des trois dernières années. C’est la plus grosse dépense que la ville aura faite pour un centre d’évènements. Il est très important pour nous de nous assurer que nous avons des informations actuelles et des informations précises pour faire en sorte que nous puissions prendre les meilleures décisions pour faire avancer le projet. Le rapport devrait être prêt dès le deuxième quart de l’année 2021.

LV : Comment est-ce que la pandémie de COVID-19 a affecté les finances de la ville du Grand Sudbury?

Maire Bigger : Nous savons tous ce qui se passe avec les restaurants et le tourisme. 

Pour la municipalité, une grande partie des revenus ne provient pas des taxes, mais plutôt des programmes de natation ou d’autres programmes de loisirs. Nous avons vu une grande réduction des revenus. Alors, c’est pour ça que cette année, le budget est vraiment serré. 

Nous n’avons pas été capables d’embaucher des étudiants cet été. Nous avons offert ce que nous croyons être  nos services les plus essentiels en essayant de gérer notre budget en même temps. 

Mon objectif en 2020 était de m’assurer, quel que soit le soutien de la province, que nous aurions un budget équilibré. En 2020, en partie grâce aux fonds de secours COVID-19 et au travail acharné que nous avons entrepris pour réduire nos dépenses afin de compenser les pertes de revenus, nous allons nous retrouver avec un excédent. Mais, tous ces dollars excédentaires devront être utilisés pour notre budget 2021, qui va être décidé d’ici le mois de mars.

Cette année, on aura un budget très difficile encore une fois. Surtout à cause des états d’urgence et de confinement et que la deuxième vague est plus significative que la première dans notre communauté d’après ce que nous avons vu jusqu’à présent. Les gens s’attendent à ce que les routes soient encore déblayées et qu’ils seront capables de contacter la ville pour obtenir un permis de construction. 

Là encore, la COVID-19 est toujours une préoccupation importante. Nous nous concentrons également sur cela, à la recherche de soutien pour les maladies mentales et les opioïdes et pour aider les gens à faire face à l’itinérance. Un bon nombre de ces programmes sont financés par la province. Cependant, ils sont devenus plus aigus pendant la pandémie. Toutes ces choses ajoutent aux défis d’équilibrer le budget de cette année. Il s’agit d’un exercice d’équilibre qui est assez difficile. 

Les défis ne se sont pas tellement accumulés du côté du capital. Nous investissons le plus possible pour stimuler l’économie et garder des gens employés. 

LV : Sudbury voit en ce moment beaucoup plus de cas de COVID-19 que lors de la première vague. Que voudriez-vous que les citoyens fassent? 

Maire Bigger : La chose la plus intelligente à faire est de minimiser les contacts avec d’autres personnes de l’extérieur de votre foyer. Peut-être qu’une seule personne doit faire du magasinage pour les nécessités. Restez en sécurité à la maison avec les membres de votre foyer. Nous savons qu’il existe de nouveaux variants plus infectieux. Nous devons faire mieux. Il ne s’agit pas de ce que vous ressentez personnellement par rapport à votre niveau de risque ou à quel point vous serez malade. Il s’agit des autres, de la communauté, du potentiel de submerger le système de santé et cela touche tellement plus de gens. S’il vous plait, restez à la maison. Nous devons le prendre au sérieux.

LV : Pouvez-vous fournir une mise à jour sur l’équipe de travail qui a été désigné il y a quelques mois pour travailler sur les défis du centre-ville?

Maire Bigger : À ce stade, nous avons lancé un forum en ligne intitulé «Over to you». Il a été ouvert à la participation du public pour fournir des informations au conseil municipal et à l’équipe de travail sur les expériences vécues et les solutions suggérées par diverses personnes travaillant pour des agences de soutien et aux membres du public. Il sera ouvert jusqu’à la fin du mois.

Les 27 et 28 janvier, nous organiserons un forum d’appel lors d’une réunion spéciale du conseil où les gens pourront parler des défis et des solutions potentielles auxquels nous sommes confrontés au centre-ville. Nous sommes toujours ouverts à recevoir des courriels et autres correspondances, mais nous voulions nous assurer de contacter le public. 

Nous reconnaissons que les entreprises sont les moyens de subsistance des gens. Il y a des gens travaillent au centre-ville. Nous devons faire ce que nous pouvons pour préserver notre centre-ville tel que nous le connaissons. On se pose alors la même question : où est le meilleur endroit pour investir. Cela fait partie des défis que nous essayons de résoudre. Ces programmes sont généralement financés par la province. 

LV : Pouvez-vous partager votre réaction face à la décision de la ville de Québec de couper sa partie du financement du Réseau des villes francophones et francophiles d’Amérique, dont Sudbury faisait partie?

Maire Bigger : Chaque ville du monde est mise au défi avec la COVID. Elles doivent prendre des décisions très difficiles. Chaque ville doit prendre ses propres décisions quand ça vient à des investissements en tourisme. Je crois que des jours meilleurs sont à l’horizon et que bon nombre de ces initiatives permettront d’obtenir les ressources et le soutien dont elles auront besoin dans l’avenir. 

L’un des objectifs du Réseau était de mettre en place des circuits touristiques reliant les villes membres. Ces circuits devaient permettre aux touristes de planifier une expérience de voyage pour découvrir l’Amérique francophone. 

NDLR : Les réponses ont été réorganisées pour réduire la longueur du texte.