Doug Ford abandonne ses nouvelles plaques d’immatriculation

Le gouvernement de Doug Ford a finalement décidé de laisser tomber son projet de nouvelles plaques d’immatriculation bleues, dont les chiffres étaient illisibles dans le noir.



En février, le gouvernement de l’Ontario avait lancé sa nouvelle plaque d’immatriculation en lettres et chiffres blancs sur fond bleu. Après les nombreuses critiques des autorités de la sécurité routière, le premier ministre Doug Ford avait promis que son gouvernement travaillait sur un nouveau design du modèle.


«Après des tests approfondis par les forces de l’ordre et d’autres acteurs clés, nous suivons leurs conseils et n’allons pas de l’avant avec la nouvelle plaque pour l’utilisation des véhicules», peut-on lire dans une note envoyée par le bureau du premier ministre, ajoutant que des travaux supplémentaires sont nécessaires.

Les ressources du gouvernement provincial sont toutefois principalement concentrées sur la lutte contre la COVID-19. «Je ne veux plus mettre de ressources sur ce dossier», a fait savoir M. Ford en conférence de presse, mercredi.

Les véhicules de l’Ontario seront donc maintenant équipés des anciennes plaques d’immatriculation, sur lesquelles on pouvait lire «Tant à découvrir» en français et «Yours to Discover» en anglais.

«Le problème de délaminage de cette plaque a été résolu par les fabricants avec une garantie de cinq ans sur le produit», indique le bureau de M. Ford.

Les 145 000 plaques non vendues pourraient être utilisées pour les remorques ou les véhicules récréatifs.

En attendant, le gouvernement épuisera ses stocks des plaques déjà fabriquées, incluant les plaques bleues illisibles la nuit.

Le bureau du premier ministre demande aux Ontariens de ne pas visiter Services Ontario pour échanger leurs plaques d'immatriculation à moins de nécessité, en raison de la COVID-19.

Greenstone — Longlac

Pour former la relève et encourager les jeunes à s’intéresser à la politique, la municipalité nord-ontarienne de Greenstone invite chaque année deux élèves-conseillers à se joindre aux réunions du conseil municipal.
Éditorial

Ce qui s’annonçait être une autre course à deux, entre conservateurs et libéraux, pour les élections fédérales est en train de se transformer.