Photo : Jan Martin Will/Shutterstock

Maxime Bernier et le climat : «regardons les faits»

Au cours d’une entrevue accordée à l’émission 24/60 le 4 septembre, le chef du Parti populaire canadien a répété à plusieurs reprises son refus de parler d’une « urgence climatique », et a souligné qu’il fallait s’appuyer sur « les faits ». Le Détecteur de rumeurs l’a pris au mot.

Maxime Bernier : Il y a 10 ans, c’était Al Gore qui nous disait, si on ne fait rien, le niveau des océans va monter et ça va être la fin pour certaines villes... À chaque 10 ans, on nous parle d’urgence climatique.

Fait : en citant Al Gore, Maxime Bernier faisait peut-être référence au militantisme environnemental. Mais il n’existe pas de tels cycles dans la recherche scientifique sur le climat ou sur les océans. La tendance lourde, depuis les années 1960, est plutôt constante : une accumulation de données allant de plus en plus dans la direction d’un réchauffement climatique anormalement rapide, causé en bonne partie par l’activité humaine.

MB : Est-ce que le niveau des océans augmente ? Non !

Fait : selon plusieurs études, le niveau des océans a monté en moyenne de 1,2 mm à 1,7 mm par année entre 1900 et 1990, et ces chiffres semblent avoir doublé depuis les années 1990. Si la tendance se maintient, entre les estimations les plus optimistes et les plus pessimistes, cela représentera, d’ici 2100, de 450 à 750 millions de personnes vivant aujourd’hui dans des zones qui seront submergées.

MB : Et on ne peut pas baser des politiques climatiques sur la peur... Moi je suis en train de dire qu'on doit bâtir des politiques publiques sur la raison et les faits.

Fait : la température moyenne de la Terre a augmenté d’un degré depuis un siècle et tout dépendant de la vitesse à laquelle nous réduirons nos émissions de gaz à effet de serre, on aura dépassé le seuil du degré et demi entre 2030 et 2040; le seuil des deux degrés pourrait être franchi avant 2100 — voire les trois degrés, dans les scénarios moins optimistes.

MB : Ce que je suis contre, c’est de dire que (c’est) la faute principale de l’activité humaine. Et il y a des scientifiques comme Patrick Moore, qui a quitté l’organisation qu’il a fondée lui-même, Greenpeace, il est un scientifique, et il dit qu’il y a plusieurs autres facteurs.

 Fait : Patrick Moore n’a pas fondé Greenpeace, il en est devenu membre en 1971, comme en témoigne cette lettre fournie par Greenpeace. Moore a été un militant actif de Greenpeace Canada jusqu’au début des années 1980.

 Fait : Patrick Moore ne publie pas de recherches, il est avant tout un lobbyiste rémunéré depuis 30 ans par différentes industries, en particulier le nucléaire, l’exploitation minière et forestière.

Le Détecteur de rumeurs ouvre ici une parenthèse : lorsqu’on lit dans les médias une phrase telle que « les scientifiques s’entendent sur le réchauffement climatique », on veut en réalité dire « les scientifiques qui ont publié des recherches sur le climat arrivent tous aux mêmes conclusions ». Ou encore : « les scientifiques qui ont publié des recherches sur le climat dans des revues révisées par d’autres scientifiques arrivent tous aux mêmes conclusions ». Le seul texte que Patrick Moore ait publié ces dernières années qui pourrait être qualifié de recherche est un document publié en 2016 pour le compte du Frontier Center for Public Policy, un groupe de pression de droite qui a affiché sa vive opposition aux « dommages politiques causés par le lobby de l’énergie verte ».

MB : Regardez dans les faits. Regardez dans les faits. Je ne demande pas aux gens de me croire sur parole, je demande aux gens de faire leurs recherches, de regarder, je fais appel à l'intelligence des gens, et j'amène un autre point de vue au débat.

Fait : en science, tout n’est pas sujet au même type de « débat » qu’une discussion politique. L’évolution, par exemple, ne fait plus débat parmi les biologistes, l’astrologie ne fait plus débat parmi les astronomes, la Terre plate ne fait plus débat parmi les géographes. Ces sujets font consensus.

On entend souvent dire que « 97 % des recherches publiées par des experts sur le climat » confirment la théorie du réchauffement climatique causé par l’homme. L’origine de cette affirmation est une recherche de l’historienne des sciences de l’Université Harvard, Naomi Oreskes, en 2004 : sur 928 études publiées par des climatologues et contenant les mots-clefs (en anglais) « global climate change », aucune n’était en désaccord avec le consensus sur le réchauffement climatique. Depuis, au moins 14 compilations similaires sont arrivées à des totaux variant entre 91 % et 100 %, tout dépendant du niveau d’expertise retenu pour figurer dans la compilation.

(www.sciencepresse.qc.ca)

Fauquier-Strickland

Le conseil municipal de Fauquier-Strickland aimerait rester propriétaire de son complexe sportif.

Plusieurs municipalités situées dans le Corridor de la 11 cherchent un moyen de raviver leurs vieux établissements. Il y a quelques semaines, la municipalité de Val Rita-Harty a enfin conclu une entente avec un entrepreneur local pour faire de son ancienne église un centre de culture de cannabis médicinal. À Fauquier-Strickland, les élus se demandent maintenant ce qu’il en sera du centre sportif de la communauté. Le Voyageur s’est entretenu avec la mairesse Madeleine Tremblay pour en apprendre davantage.

Sturgeon Falls

Sturgeon Falls accueillera le spectacle SOLO au Centre récréatif le 21 décembre pour sa première représentation dans le Nord de l’Ontario.

Présenté par les groupes traditionnels québécois Le Vent du nord et De Temps antan et mise en scène par Michel Faubert, le spectacle contient des compositions originales ainsi que des interprétations modernisées de chansons traditionnelles canadiennes-françaises.

Greenstone — Longlac

Pour former la relève et encourager les jeunes à s’intéresser à la politique, la municipalité nord-ontarienne de Greenstone invite chaque année deux élèves-conseillers à se joindre aux réunions du conseil municipal.

Depuis 2015, cette initiative a permis à trois élèves francophones et trois élèves anglophones de s’initier à la politique municipale en plus de jouer le rôle d’ambassadeurs dans leurs écoles respectives.

Thunder Bay

Pour soutenir les travailleurs mis à pied par Bombardier à Thunder Bay, le gouvernement de l’Ontario a investi plus de 600 000 $ dans l’ouverture d’un «Centre dédié aux services de formation pour un réemploi rapide». Il est en service depuis le 29 novembre.

D’ici janvier 2020, plus de 450 travailleurs de Bombardier se retrouveront au chômage par manque de contrats à l’usine de Thunder Bay. Sans certitudes quant au moment où ils pourraient revenir au travail, plusieurs risquent de quitter la région.

«Des employeurs nous ont contactés, certains sont à la recherche de soudeurs ou de main d’œuvre en général. [Les travailleurs] ont donc l’option de rester ou de partir et c’est ce qu’on cherche à faire ici, à les aider à évaluer leurs options. Est-ce qu’ils sont ouverts à aller ailleurs au Canada, ailleurs en Ontario, où exactement ?» expose le chef de la section locale 1075 du syndicat Unifor, Dominic Pasqualino.

Nord ontarien

Quand 100 % des filles de l’école font partie de l’équipe de volleyball…

Les équipes féminines de volleyball de plusieurs écoles secondaires du corridor de la route 17 ont sauté sur le terrain pour la première fois afin de disputer leurs matchs inauguraux de la saison 2019-2020. Les formations francophones des associations du sport scolaire du District de Nipissing (NDA), du District de Sudbury (SDSSAA), de la rive nord du lac Supérieur (NSSSAA) et de Sault-Ste-Marie (SSMHSS) tenteront à leur tour de se démarquer lors de cette campagne de volleyball.

North Bay

Fernand Labelle décoré par la gouverneure générale du Canada

Le surintendant principal du quartier général de la région du nord-est de la Police provinciale de l’Ontario (PPO), Fernand Labelle, faisait partie de la quarantaine d’agents, de constables, d’inspecteurs et de chefs de police qui ont été décorés de l’Ordre du mérite des corps policiers le 31 octobre. Ce Franco-Ontarien a été reconnu par la gouverneure générale du Canada, Julie Payette, dans le cadre d’une cérémonie à Rideau Hall à Ottawa.

North Bay

Pour la première fois dans l’histoire du Carnaval des Compagnons, le macaron aura été conçu par un enfant de la communauté francophone de North Bay.

Mila Mulock, une élève de la troisième année de l’École publique Héritage, a remporté le concours de design du 57e macaron de l’évènement. Le Centre culturel Les Compagnons a récemment invité les élèves des quatre écoles de langue française de la ville à participer à ce concours afin de développer un emblème représentatif du Carnaval de 2020. L’image de Mila a été sélectionnée parmi 221 soumissions et sera publiée à la une du programme souvenir officiel de l’évènement. Les dessins des huit finalistes feront partie d’une exposition artistique à la galerie W.K.P. Kennedy pendant la durée du Carnaval. (É.B.)

Timmins

Après un an de travail de concrétisation, le projet de l’Alliance de la francophonie jeunesse de Timmins voit le jour. Le lancement a eu lieu le 28 novembre au Collège Boréal, campus de Timmins.

Le président du projet de l’Alliance de la francophonie jeunesse de Timmins, Christian Ricard, se dit fin prêt à retrousser ses manches et à relever le défi en compagnie de son comité, y compris la vice-présidente Julia Secord.

Temiskaming Shores

Ils sont venus de loin et sont repartis enchantés !

C’est que le Village Noël Temiskaming de New Liskeard recrée la magie d’un Noël à l’ancienne. « Nous courons les marchés de Noël chaque année et celui-ci est unique ! » affirme avec enthousiasme Johanne Hamel Jolette, de Montréal.

Du 21 au 23 novembre, les rues principales de New Liskeard ont été jalonnées de cabanes toutes plus mignonnes les unes que les autres. Avec leurs enseignes uniques, chacune invitait les visiteurs à profiter de produits d’artisans locaux : il y en avait pour tous les gouts.

Grand Sudbury

«Ce n’est qu’un début».

Une dizaine de familles d’origine italienne ont annoncé un don commun de 250 000 $ à la campagne majeure de financement de la Place des Arts le 3 décembre, dans le cadre de Mardi je donne. Selon un des meneurs de l’initiative, Perry Dellelce, «ce n’est qu’un début».

Temiskaming Shores

Un, deux, trois, allons au bois!

Une éducatrice à la retraite de New Liskeard, Pauline Beaubien-Dumont, a récemment publié son premier livre pour enfants intitulé Un, deux, trois, allons au bois! Le récit de cette nouvelle écrivaine franco-ontarienne a été dévoilé la semaine dernière en collaboration avec l’Association canadienne-française de l’Ontario (ACFO) du Témiskaming.

Elliot Lake

2019 marque le 50e anniversaire de l’École élémentaire catholique Georges Vanier d’Elliot Lake.

L’école a lancé les festivités le 15 novembre avec le vernissage de la Galerie d’OR, une exposition d’œuvres d’art créées par tous les élèves de l’école sous la direction de Julie Merk, enseignante à la retraite. Une centaine de parents et amis, dont la députée fédérale Carole Hughes, sont venus admirer le travail des élèves.

Nord de l'Ontario

Les Panthères de l’École secondaire Macdonald-Cartier sont parmi les équipes maitresses du circuit féminin de basketball de la Fédération des associations du sport scolaire de l’Ontario (FASSO).

La fin de semaine dernière, au gymnase de l’École secondaire catholique Jean Vanier de Welland, la formation sudburoise a remporté la finale de la ronde de consolation des équipes du niveau A.

North Bay

Les représentations auront lieu les 29 et 30 novembre dans la salle de spectacle de l’École secondaire publique Odyssée de North Bay à 19 h.

La nouvelle production de la Troupe du bord-du-lac, Surprise! Surprise!, est une comédie de l’auteur québécois Michel Tremblay. Par contre, la mise en scène de Michelle St-Onge apportera une variation au classique.

Francophonie

Une professeure et chercheuse de Sudbury fera partie de l’équipe qui travaillera à la mise à jour du Dictionnaire actuel de l’éducation.

La professeure associée de l’Université Laurentienne, Isabelle Carignan, sera professeure responsable du projet et s’occupera de la coordination scientifique sous la direction de l’auteur et professeur émérite, Renald Legendre, pour la mise en ligne de cette référence mondiale en éducation.

Timmins

Le Centre culturel La Ronde a soufflé ses 51 bougies dans une ambiance festive le 22 novembre en compagnie de 290 joyeux invités.

Cette soirée dans la salle de bal McIntyre à Schumacher se voulait à la fois une célébration du temps des Fêtes et un temps de réjouissance et de festoiement pour souligner l’anniversaire du Centre. «Nous avons reçu tellement de compliments, c’est super! C’était bien organisé», indique avec enthousiasme la directrice générale du Centre, Lisa Bertrand. «C’était complet, et ce, depuis la mi-octobre.»

North Bay

Un studio d’entrainement de la région du Nipissing espère aider un athlète à réaliser son rêve de participer aux prochains Jeux paralympiques de Tokyo.

L’entraineuse de Zumba de North Bay Roxanne Gauthier tentera de recueillir plus de 1 000 $ avec un séance bénéfice de Zumba afin d’appuyer Dave Innes dans sa quête pour devenir membre de l’équipe canadienne d’aviron.

Sudbury

Avec la perte de plus du 4/5 des cotisations, le journal francophone étudiant de l’Université Laurentienne, L’Orignal déchainé, est une des victimes de la modification du financement des services étudiants imposée par le gouvernement conservateur ontarien. Cependant, il est moins affecté que les autres médias du campus.

North Bay

Un kiosque de ServiceOntario de la région de North Bay semble contrevenir à la Loi sur les services en français de la province.

Le point de service du 392, chemin Airport présentait à l’extérieur de l’édifice une bannière unilingue anglaise faisant la promotion des services de renouvèlement de cartes de santé, de permis de conduire et de voitures.

Sudbury

Le centre de services aux étudiants du campus du Collège Boréal à Sudbury porte maintenant le nom de Centre Pierre Riopel - Le Phare.

Le dévoilement de cette dénomination en l’honneur de l’ancien président — de 2013 à 2016 — a eu lieu le 13 novembre.

Comme pour les autres anciens présidents et l’ancienne présidente, la salle à nommer en son honneur a été choisie en fonction de sa philosophie et de l’empreinte qu’il a laissée dans l’institution. Tout au long de sa carrière dans les écoles francophones, au Conseil scolaire public du Grand Nord de l’Ontario et à Boréal, M. Riopel a toujours pensé d’abord et avant tout à ceux qui reçoivent l’enseignement.

Timmins

Plusieurs bonnes nouvelles à l’AGA de l’Alliance de la francophonie de Timmins et une plus triste.

Plusieurs annonces et honneurs ont marqué la 78e assemblée générale annuelle de l’Alliance de la francophonie de Timmins le 14 novembre au Collège Boréal, dont le départ du président en poste depuis 20 ans, la création d’un comité francophone à la ville et une nouvelle initiative jeunesse.

Grand Sudbury

Plusieurs facteurs ont fait en sorte que l’Université Laurentienne a dû suspendre l’Option 3 de son programme d’Éducation, celle qui permet d’enseigner en 11e et 12e année du secondaire.

Des accommodements sont en place et d’autres à l’étude, mais la situation complique la vie des étudiantes qui sont intéressées par ce parcours.

Grand Sudbury

Un classique utilisé pour parler de l’inévitabilité

On connait tous — plus ou moins en détail — l’histoire du Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry. Il ne faut surtout pas oublier de présenter cette histoire aux plus jeunes et c’est un peu ce que la pièce de théâtre pour enfant Mon Petit Prince veut faire, tout en abordant un thème difficile : le deuil. L’équipe de cette pièce sera au Théâtre du Nouvel-Ontario le 23 novembre.

Claudelle est une enfant enjouée. Elle collectionne toutes sortes de choses, comme les sortes de vents, aime par-dessus tout l’amour que ses parents se vouent l’un pour l’autre et son livre préféré, Le Petit Prince. Cependant, il y a un an, sa mère «est partie rejoindre les étoiles» et son père, pilote de brousse, ne semble pas savoir comment sortir de son grand chagrin. Claudelle se donne la mission de le faire rire à nouveau en utilisant les leçons que son livre préféré lui a enseignées.

Blind River

L’auditorium de l’École secondaire catholique Jeunesse-Nord accueillera bientôt des films francophones.

Le Parlement des élèves de l’école francophone de Blind River, a récemment développé l’idée en étroite collaboration avec un cinéma local qui promet une expérience unique à la communauté franco-ontarienne de la rive nord du lac Huron.

L’initiative a été proposée afin d’augmenter l’offre d’activités rassembleuses faisant la promotion de la langue et de plusieurs cultures francophones auprès des élèves et des résidents de la région. La projection du film De père en flic, qui devait avoir lieu le 7 novembre mais qui a dû être reportée en raison de problèmes techniques, va aussi agir en tant que prélèvement de fonds pour financer certaines activités du Parlement des élèves de Jeunesse-Nord.

Grand Sudbury

L’intégration des nouvelles arrivantes par la voie de la découverte

Nécessité et découverte sont les deux fondements des séances de cuisine communautaire pour nouvelles arrivantes, offertes au Centre de santé communautaire du Grand Sudbury (CSCGS) depuis un peu plus d’un an. On y apprend effectivement à cuisiner, mais on y découvre aussi d’autres cultures, des services et des amies.

Nord de l’Ontario

Les diocèses canadiens accueillent de plus en plus de prêtres de l’étranger et, pour certains, l’obtention de la résidence permanente est un vrai casse-tête.

Parmi les emplois où il y a pénurie de main-d’œuvre francophone, il y en a un qui présente des défis particuliers pour les travailleurs étrangers : curé de paroisse. Les diocèses canadiens accueillent de plus en plus de prêtres de l’étranger et, pour certains, l’obtention de la résidence permanente est un vrai casse-tête.

Kapuskasing

La Ville de Kapuskasing saute dans le vide en soumettant sa demande de subvention pour financer la construction d’une nouvelle piscine. Les documents ont été envoyés au programme d’infrastructure fédérale Investir au Canada quelques jours avant la date limite du 12 novembre. Selon les estimations, ce projet coutera plus de 22,7 millions $.

Le projet de piscine municipale a été ravivé par le nouveau conseil municipal de Kapuskasing plus tôt cette année lorsque le programme de financement du fédéral a été présenté aux élus. Si la demande est acceptée, la municipalité pourra faire couvrir jusqu’à 73,3 % des frais.

Queen’s Park

Le député provincial de Mushkegowuk-Baie James, Guy Bourgouin, a déposé en première lecture le 5 novembre un projet de loi visant à modifier la Loi sur les services en français afin de mieux protéger les droits constitutionnels de la communauté franco-ontarienne. M. Bourgouin croit qu’il est impératif de mettre à jour la loi provinciale afin de munir la communauté franco-ontarienne des outils dont elle a besoin pour défendre ses acquis.

«Les aspects principaux [de ce projet de loi] parlent d’une obligation de consulter les communautés franco-ontariennes si le ministère voulait créer une politique, un programme ou un service qui a une incidence ou qui affecterait nos droits linguistiques», explique-t-il.

Rivière des Français

Les automobilistes de Rivière des Français ont fait le plein pour la dernière fois à la station d’essence de la Coopérative régionale de Nipissing-Sudbury à Noëlville. La semaine dernière, la coopérative a mis la clé dans la porte de la station qu’elle exploitait depuis quelques décennies la semaine dernière.

La CO-OP Régionale a annoncé quelques jours plus tôt qu’elle allait fermer cette station d’essence après avoir constaté des pertes financières et un besoin criant de mettre à niveau son équipement. La baisse de la demande au cours des dernières années a convaincu les dirigeants qu’il serait peu propice d’investir les grandes sommes nécessaires.

Sudbury

La doctorante Lianne Pelletier a mis en lumière les raisons qui expliquent certains comportements envers les arts en milieu minoritaire.

En étudiant le comportement de consommateurs et de non-consommateurs atypiques d’art, la doctorante Lianne Pelletier est parvenue à dégager certaines caractéristiques de ces publics qui pourraient aider les organismes culturels en milieu minoritaire à mieux cibler leurs efforts de markéting.