Francine Garon
Francine Garon

Le Nord reconnu à Contact Ontarois

Le travail des passionnés de Kapuskasing, Timmins et Sudbury reconnu.

La scène culturelle du Nord de l’Ontario est plus vibrante que jamais grâce à la tenue de nombreux spectacles et festivals. Ces activités ont toutes eu lieu grâce au travail acharné des bénévoles et des organismes chargés de divertir leur région. Deux dames importantes à la survie et la croissance de ce milieu ont été reconnues durant le gala de fermeture de Contact Ontarois 2020.

Timmins et Kapuskasing récompensés

Dans le milieu professionnel, le prix employé de l’année a été décerné à la directrice générale du Centre culturel La Ronde de Timmins, Lisa Bertrand. 

Au cours de la dernière, son équipe a su mener une importante campagne de financement qui permettra à l’organisme de se construire un nouvel édifice de 6,6 millions $ dans le centre-ville de Timmins. On espère son ouverture en février 2021.

Du côté de Sudbury, c’est La Slague du Carrefour francophone qui a été honoré avec le prix Vision et Innovation. 

Le samedi 18 janvier 2020, Contact Ontarois a mis fin à sa semaine d’activité en remettant des prix aux spectacles et artistes coups de cœur ainsi qu’aux professionnels du milieu culturel. La pièce de théâtre musical intitulée Vaches! The Musical, de la troupe est-ontarienne Créations In Vivo a balayée quatre catégories. (Plus de détails en page 10.)

L’œuvre d’une vie pour la famille Garon

Le prix bénévole de l’année a été remis à une contributrice chevronnée du Centre régional de loisirs culturel de Kapuskasing, Francine Garon.

Bénévole au Centre de Loisirs de Kapuskasing depuis presque 30 ans, l’expérience de Mme Garon est devenue un atout majeur pour différents comités. Elle accompagne souvent la direction générale aux évènements comme Contact Ontarois afin de bâtir la programmation culturelle de l’organisme pour la prochaine année. Elle a également été l’une des premières organisatrices du Festival de la St-Jean de la région de Kapuskasing.

Pour Mme Garon, c’est un plaisir de pouvoir partager cette passion pour les arts du spectacle avec sa famille et il s’agit d’une grosse raison pourquoi elle donne encore de son temps. «C’est une bonne chose. Ce n’était pas mon but, mais c’est arrivé comme ça au fil des années», raconte la bénévole. Aujourd’hui, certains petits-enfants sont engagés, tout comme grand-mère, au niveau culturel à Kapuskasing et Ottawa.

Selon elle, la scène du Nord de l’Ontario est plus que jamais en santé. «[Durant] les premières années, c’était plus difficile d’avoir des spectacles et des gens dans la salle, raconte Mme Garon. Avec le temps, de la persévérance et en offrant des spectacles malgré les difficultés, on a réussi à remplir nos salles. Il y a beaucoup d’artistes qui sont populaires aujourd’hui parce qu’on y a cru. Les LGS, Véronic DiCaire… ce sont toutes des personnes que nous avons amenées ici [dans le Nord de l’Ontario] quand ils n’étaient pas connus. C’est parce qu’ils ont tourné dans nos petites salles qu’ils sont maintenant populaires.»

Après autant d’années derrière les rideaux, elle a pris un peu de recul pour elle-même profiter des soirées au centre communautaire. Toutefois, Francine Garon n’a aucune intention d’arrêter, même si elle s’était promis de se retirer lorsque Garou viendrait à Kapuskasing pour la St-Jean, un but qu’elle aura finalement atteint en 2009.

North Bay

Celle qui a porté pendant longtemps le projet de maison de soins palliatifs à North Bay reviens sur ce travail de longue haleine et la présente controverse.
Val Rita-Harty

Pour une première fois, la municipalité de Val Rita-Harty a tenu un marché des fermiers hivernal dans son centre communautaire nouvellement rénové, au plaisir de nombreux acheteurs.
Grand Sudbury

L’intimidation et le harcèlement à l’endroit de la communauté LGBTQ de Sudbury se sont récemment accrus, au point où Fierté Sudbury Pride a cru nécessaire d’attirer l’attention sur la situation.
Haileybury

L’ancien restaurant du centre-ville de Haileybury, le Café Météor Bistro, s’est transformé cette année, mais pas dans la direction envisagée par ses propriétaires lors d’une première réunion publique le 24 mars.