Alexandra LeBoeuf et le logo qu’elle a créé pour la dystrophie myotonique
Alexandra LeBoeuf et le logo qu’elle a créé pour la dystrophie myotonique

Une image pour sensibiliser le public à la dystrophie myotonique

Éric Boutilier
Éric Boutilier
Le Voyageur

Le logo d’une jeune créatrice d’Astorville figure parmi les cinq finalistes d’un concours de conception de la Fondation de la dystrophie myotonique. Alexandra LeBoeuf, une étudiante de l’Université Nipissing et ancienne élève de l’École secondaire catholique Algonquin, a développé avec sa mère une image pour la journée internationale de sensibilisation de la dystrophie myotonique.

Alternativement connue sous le nom de la maladie de Curschmann-Steinert, la dystrophie myotonique est une maladie génétique qui affecte le squelette, les muscles lisses, les yeux, le cœur, le système endocrinien et le système nerveux central. Il existe très peu de traitements pour gérer les symptômes.

Artiste multidimensionnelle, Alexandra a voulu s’inscrire au concours afin de se mesurer à d’autres créateurs. «J’étais vraiment surprise. Je ne m’en attendais pas. Il y avait tellement de personnes qui ont probablement soumis un logo, alors quand j’ai appris que mon logo était un des finalistes, j’étais vraiment contente», raconte l’artiste franco-ontarienne.

Elle décrit son logo comme un symbole pour les personnes affectées par la maladie. «Au milieu, il y a une main fermée, qui est un des symptômes pour les personnes qui ont la dystrophie myotonique. Autour, il y a un ruban vert, qui est la couleur de notre ruban. Il y a un petit cœur sur le poignet qui décrit la passion de la communauté.»

Le dévoilement du logo gagnant aura lieu le 15 juin sur le site de la Fondation de la dystrophie myotonique : www.myotonic.org.